Photo d'Eldad Carin, via Stocksy.

Un remède contre les couilles flasques ? Le lifting du scrotum !

Qui sont ces hommes qui ont choisi délibérément de se lisser les testicules dans un but esthétique ?

|
14 Décembre 2016, 6:00am

Photo d'Eldad Carin, via Stocksy.

En juin dernier, le Telegraph annonçait officiellement que le lifting des testicules était bel et bien devenu « quelque chose de sérieux ».Les innovations dans le domaine de la chirurgie intime se propagent comme la peste, rapporte la publication, n'en démontre ce nouveau venu, aussi nommé « repassage des testicules ». Cette intervention chirurgicale consiste à retirer l'excédent de peau du scrotum afin de rehausser les testicules, victimes de la gravité et du temps.

Le Dr Amir Nakhdjevani fait partie des rares chirurgiens à pratiquer cette opération dans le monde. Il est basé dans le sud de l'Angleterre et explique que beaucoup d'hommes cèdent au chant des sirènes, notamment pour diverses questions d'orgueil. « En vieillissant, la peau perd de son élasticité – la génétique et d'autres facteurs peuvent accélérer le processus. De fait, la procédure a une visée plus esthétique que fonctionnelle. »

Si d'aucuns qualifient cette opération de ridicule, les femmes – et parfois même les adolescentes – ont pourtant elles-mêmes recours à des vaginoplasties depuis des années, et ce, de plus en plus. Il est grand temps, selon moi, que les hommes ressentent à leur tour la pression de se conformer à des canons de beauté totalement irrationnels.

Jusqu'à présent, le Dr Nakhdjevani a pratiqué 22 liftings du scrotum à la clinique Bella Vou, dans le Kent, où il travaille. Néanmoins, il insiste sur le fait que ces liftings connaissent une hausse croissante en popularité. Il répond sans relâche aux questions posées sur le sujet sur RealSelf, site de ressources et communauté en ligne où les candidats à la chirurgie plastique peuvent dialoguer avec des médecins. Selon lui, « la popularité de la procédure grandit chaque année et, désormais, les hommes peuvent voir les résultats. Beaucoup de patients ayant subi une chirurgie du scrotum sont plus à l'aise lorsqu'ils font du sport ou enfilent leurs pantalons ; de même, la nouvelle apparence de leurs parties intimes a un impact très positif sur leur vie. »

D'autres médecins présents sur le site avancent qu'au contraire, la procédure n'est toujours pas si répandue.

« Les liftings du scrotum sont-ils communs ? Non », confirme le Dr Barry Eppley, spécialiste de la chirurgie plastique et qui possède son propre cabinet privé. « En revanche, les liftings du scrotum sont-ils pratiqués ? Oui. Certains hommes sont-ils intéressés par cette pratique ? Oui. Mais je doute qu'il s'agisse d'une tendance amenée à se développer dans le futur. Certes, j'ai réalisé plus de liftings du scrotum ces deux dernières années qu'au cours des vingt précédentes, mais c'est seulement dû à Internet – comme nombre de procédures de niche. »

Photo via Stocksy / KKGAS

Lorsque j'ai interrogé des hommes sur leur rapport à leurs testicules, aucun d'eux n'a semblé enclin à leur imposer une chirurgie plastique. Une âme courageuse s'est cependant confiée – appelons-la Sam* – en se plaignant qu'« avant, elles me démangeaient beaucoup, quoique plus maintenant ». Selon Sam, il est peu probable que les hommes se soucient réellement de l'apparence de leurs couilles ; en tout cas, ce n'est pas son cas. « Je ne saurais même pas dire à quoi ressemblent de jolies couilles, ajoute-t-il. On subit peu de pression à ce sujet. La taille et la forme du pénis font l'objet de tellement d'emphase que les couilles semblent n'intéresser personne. »

David*, quant à lui, reconnaît un sentiment d'insécurité au niveau de ses couilles. « J'en ai une qui est plus grosse que l'autre et qui pend beaucoup plus, admet-il. Je ne sais pas si c'est parce qu'elle est plus lourde et qu'elle tire sur le cordon spermatique, ou si c'est parce que j'ai un cordon spermatique naturellement plus long. Aussi, le sac en lui-même est très fripé. » Mais il ajoute qu'il n'opterait pas forcément pour une chirurgie réparatrice. « Ça me gêne un peu soit, mais ça n'interfère pas avec ma vie sexuelle. Personne ne m'a jamais fait de remarque à ce sujet. Sans doute que j'envisagerais la chirurgie si j'en avais les moyens et la certitude d'obtenir des résultats – donc non, ça n'arrivera pas dans ce monde. »

« Certains hommes ont un sac scrotal qui pend incroyablement », m'a affirmé Eppley quand je lui ai demandé ce qui pourrait pousser un homme à avoir recours à cette procédure. « Pour certains de ces gens, il s'agit d'un vrai problème. Ça se coince entre leurs jambes. Tout comme les seins qui s'affaissent et deviennent très inconfortables, les testicules qui pendent peuvent constituer une véritable gêne. »

« Mais pour d'autres hommes, c'est surtout une question d'esthétique, poursuit-il. Les hommes sont plus nombreux à demander des implants testiculaires que des liftings du scrotum. »

Eppley estime qu'il est peu probable que le lifting du scrotum connaisse un essor sur le moyen comme sur le long terme. « Les hommes ne voient pas d'un bon œil la chirurgie esthétique. Je doute que ceux qui ont subi un lifting du scrotum ne s'en vantent autour d'eux. Quoiqu'ils fassent, ils ne veulent pas que les gens le sachent, et Dieu sait que cela s'applique particulièrement à cette zone, déclare-t-il. Mais comme pour tout, une fois que les gens apprennent qu'il existe un moyen de remédier à un problème esthétique, ils s'y intéressent. Si personne ne se fait [de lifting du scrotum] aujourd'hui et que dix personnes le font l'année prochaine, puis 20 autres l'année suivante, alors je suppose que l'on pourra appeler ça une tendance. Mais une tendance de petite ampleur. »

*Tous les noms ont été changés.