Des réfugiés aux antipodes
LE NUMÉRO PHOTO 2016

Des réfugiés aux antipodes

La photographe Atong Atem s'intéresse à la complexité de la notion d'identité au sein de la communauté africaine vivant dans sa ville d'adoption australienne.
10.10.16

Cet article est extrait du numéro photo 2016.

La famille de la photographe Atong Atem a dû quitter le Soudan du Sud alors que la jeune fille était âgée de six ans. Après avoir vécu dans un camp de réfugiés au Kenya, ils ont obtenu l'asile en Australie et se sont installés dans une ville qui ne comptait que quelques familles noires. Aujourd'hui, Atong Atem tire le portrait des immigrés africains de première et seconde générations et laisse transparaître la complexité de la notion d'identité pour une communauté tiraillée entre deux mondes.