Tech

Ânes bioniques et béliers sur roues : le fabuleux monde des prothèses pour animaux

Diverses associations et organisations développent des moyens pour améliorer la vie des animaux handicapés.
11.7.16
animaux prothèses

Lorsque votre animal de compagnie devient handicapé suite à une anomalie congénitale ou une blessure invalidante, vous essayez de vous adapter et de faire de votre mieux pour rendre sa vie aussi confortable que possible – malgré les circonstances. S'il y a beaucoup de douleur ou de sensation pénible en jeu, vous pourriez envisager de le faire piquer. Si vous n'avez pas de cœur, vous pourriez opter pour le troisième scénario – à savoir attacher l'animal à un arbre et l'abandonner. Pour les animaux handicapés qui sont domestiqués, mais n'appartiennent à personne – les animaux de rente – il n'y a généralement qu'une solution : l'abattage.

Publicité

Certes, cela peut sembler cruel, mais c'est la nature elle-même qui est cruelle. Mais où les siècles d'avancée technologique nous ont-ils menés, si ce n'est à une époque où les animaux handicapés ne sont plus condamnés à une mort certaine ? Aujourd'hui, beaucoup d'individus et d'organisations s'efforcent d'aider ces animaux. Dans le refuge Bichos Raros à Madrid, d'innombrables animaux en fauteuils roulants courent à travers la propriété. Grâce à des roues, les chiots infirmes peuvent jouer et gambader autant qu'ils le souhaitent. Les chiens plus vieux, quant à eux, ont droit à une seconde chance de vivre une vie normale.

Bichos Raros n'est ni plus ni moins que le paradis des chiens handicapés – on y trouve une salle dédiée à la rééducation, entièrement équipée de toutes sortes de gadgets pour mettre les animaux plus à l'aise, ainsi qu'une piscine où ils peuvent faire des exercices d'hydrothérapie.

Catia Faria, philosophe et chercheuse à l'université Pompeu Fabra à Barcelone, a réalisé une étude sur l'assistance aux animaux dans le besoin. Sa thèse, intitulée Animal Ethics Gone Wild: The Problem of Wild Animal Suffering and Human Intervention , vise à expliquer pourquoi nous avons l'obligation morale d'aider les animaux qui vivent dans un environnement naturel – même les animaux handicapés. Son argument principal est que la vie sauvage et la technologie ne sont pas antinomiques.

Le meilleur exemple pour illustrer cela est Freddy – une tortue qui a perdu la quasi-totalité de sa carapace lors d'un incendie dans la forêt amazonienne, au Brésil. C'est la toute première tortue à avoir retrouvé sa carapace grâce à la technologie d'impression 3D.

Une équipe composée de vétérinaires, de designers et d'artistes s'est réunie afin de créer une prothèse de carapace pour Freddy. La coque a été réalisée à partir de quatre pièces en plastique à base de maïs. Une fois les morceaux assemblés, les écailles ont été peintes par l'illustrateur Yuri Caldera, afin que Freddy puisse se fondre dans son environnement et garder les prédateurs à distance.

Publicité

Image publiée avec l 'aimable autorisation d'El Valle Encantado

Malheureusement, il n'y a pas de solution unique pour ce qui est des prothèses pour animaux. Esperanza Álvarez est vétérinaire et a fondé El Valle Encantado, à Madrid – l'un des dix refuges espagnols dédiés aux anciens animaux de rente. Elle explique que pour Dani, un âne secouru qui a besoin d'une nouvelle prothèse, l'impression 3D ne représente pas une option viable. « D'abord, les imprimantes 3D ne sont pas assez grandes pour créer ce dont il a besoin. Ensuite, le matériau n'est pas assez solide pour supporter son poids. Enfin, cela frotterait contre sa peau de manière désagréable. »

Par exemple, un âne et un chien ont des besoins complètement différents en termes de prothèses. « Un âne transpire – comme les humains. Les chiens ne transpirent pas. Leur peau est aussi très différente – ils se blessent facilement et les chances d'infections sont plus élevées. » Les bénévoles d'El Valle Encantado ont eu recours à plusieurs options pour aider Dani, mais aucune d'elles n'a fonctionné. Ils ont désormais placé leurs espoirs dans une campagne de médias sociaux pour soutenir Dani, #EstoyConDani.

le-fabuleux-monde-des-protheses-pour-animaux-body-image-1467885934-size_1000

Image publiée avec l'aimable autorisation d'El Valle Encantado

Peu de sociétés produisent du matériel orthopédique spécialement pour les animaux, mais la demande ne cesse d'augmenter. La réserve animalière El Hogar ProVegan travaille avec une société américaine, Animal Orthocare, qui réalise des prothèses pour toutes les espèces et développe des accessoires universels pour les chiens (comme des protège-coudes et des protège-genoux) qui s'adaptent à n'importe quelle patte – sans que des moules ne soient nécessaires.

Publicité

Le fondateur d'Animal Orthocare, Derrick Campana, explique qu'ils utilisent principalement du thermoplastique, car ce matériau est facile à mouler une fois chauffé. Les prothèses personnalisées valent généralement 1 130 euros, « à moins que ce ne soit pour une organisation à but non-lucratif. »

le-fabuleux-monde-des-protheses-pour-animaux-body-image-1467885998

Image publiée avec l 'aimable autorisation d'El Hogar ProVegan

Campana est particulièrement fier du design unique de la nouvelle prothèse conçue pour Felix, un bélier sauvé par El Hogar ProVegan. La fondatrice de l'association, Elena Tova, explique que Felix est placé sur un accessoire spécial chaque matin, conçu pour « masser ses genoux et les réactiver après sa nuit de sommeil. Grâce à ses pattes artificielles, il peut ensuite se promener et rejoindre sa famille ». Felix est plus chanceux que la plupart des béliers handicapés.

Le secteur de l'orthopédie pour animaux évolue rapidement grâce à « la technologie issue d'autres secteurs tels que l'aéronautique, l' industrie automobile et l'industrie médicale », explique Campana. Il ajoute que l'impression 3D a encore un trè s long chemin à faire et que l' ostéo-intégration sera vitale pour aider les animaux handicapés au cours des prochaines années. Il faudra un peu de temps, mais petit à petit, de nouvelles options voient le jour pour faciliter la vie des animaux handicapés, et ce, grâce à une combinaison entre orthopédie, bionique et éthique.