Vers une mort écologique : l'hydrolyse alcaline

Motherboard a visité le centre de "crémation aqueuse" de la Mayo Clinic afin de comprendre comment réduire l'impact environnemental de la mort.

|
18 Janvier 2018, 6:00am

La plupart des problèmes environnementaux – changement climatique, pollution de l'air et de l'eau, extinction de masse – sont causés par des humains bien vivants, et très – trop – actifs. Pourtant, on néglige très souvent l'impact environnemental de la mort, qui n'est pas moindre. L'hydrolyse alcaline, une alternative écologique à la crémation, utilise une combination d'eau et d'hydroxyde de potassium afin de décomposer les corps sans vie. Ainsi, on se débarrasse d'un coup d'un seul du problème de la gestion des concessions funéraires, et de celui de la diffusion de gaz toxiques et autres polluants dans l'atmosphère. Outre le fait d'être moins polluant, l'hydrolyse alcaline, aussi appelée aquamation, n'utilise qu'1/12e de l'énergie nécessaire à la crémation traditionnelle. Motherboard a parlé à Terry Regnier de la Mayo Clinic, dans le Minnesota, afin de mieux comprendre en quoi consistait ce processus.