Publicité
Crime

Maintenant on sait de quoi meurent les dauphins dans le Golfe du Mexique

Depuis la marée noire causée par l’explosion d’une plateforme pétrolière les dauphins présents dans le Nord du Golfe du Mexique meurent quatre à cinq fois plus.

par Matt Smith
27 Mai 2015, 10:00am

Photo par Cain Burdeau/AP

Des chercheurs ont déclaré avoir établi un lien formel entre le taux de mortalité élevé des dauphins du Nord du Golfe du Mexique et la marée noire de la plateforme pétrolière de British Petroleum (BP), Deepwater Horizon, qui a endommagé, il y a cinq ans, les poumons et les glandes surrénales des mammifères.

« Il n'y a pas d'autres causes plausibles qui peuvent raisonnablement expliquer le moment, la localisation et la nature de ces lésions et de cette augmentation des morts, » a déclaré l'épidémiologiste vétérinaire Stephanie Venn-Watson. Les dauphins morts « montrent des maladies inhabituelles et mortelles aux poumons et aux glandes surrénales ».

Les dauphins du Nord du Golfe du Mexique meurent à des taux quatre à cinq fois plus élevés qu'avant la marée noire. Trouver les raisons de cette surmortalité est l'un des objectifs de l'Évaluation des dommages sur les ressources nationales, que des agences fédérales conduisent depuis l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, qui, en avril 2010, a tué 11 personnes et a provoqué une fuite sous marine qui a duré trois mois.

Les scientifiques ont comparé les restes de 46 dauphins trouvés le long des côtes de Louisiane, du Mississippi et d'Alabama, à ceux de plus de 1 000 dauphins trouvés morts dans d'autres états à différentes périodes. Le vétérinaire pathologiste Kathleen Colegrove a dit qu'un tiers des dauphins du Nord du Golfe du Mexique — dont la moitié de ceux de la Baie de Barataria, en Louisiane, un des sites les plus pollués par la marée noire — avaient des cortexs surrénaux plus fins, ce qui est, selon elle, une « anomalie très inhabituelle ».

« C'était significativement plus haut que chez la population de référence, dans laquelle moins d'un sur dix présente cette lésion, » explique-t-elle. Alors que cette anormalité peut être causée par le cancer, des maladies auto-immunes ou des infections fongiques, Kathleen Colegrove assure que « [Les chercheurs n'ont] trouvé aucune de ces causes alternatives chez les dauphins. »

Plus d'un cinquième des spécimens souffraient de pneumonie bactérienne, un autre mal lié à d'exposition au pétrole.

À lire : Les animaux meurent toujours dans le Golfe du Mexique, cinq ans après la marée noire de BP

Les résultats des recherches ont été publiés mercredi 20 mai dans la revue scientifique PLOS One. La National Wildlife Foundation (NWF), a qualifié l'étude de « preuve irréfutable » qui met sérieusement à mal les efforts de BP pour se disculper des morts qui ont lieu dans la région.

« Les faits sont clairs : les actions 'grossièrement négligentes' de la compagnie ont tué les dauphins dans le Nord du Golfe, » affirme le président de la NWF, Collin O'Mara dans un communiqué. « Et, alors que nous pourrions ne jamais connaître l'étendue totale des dommages, parce que seule une petite fraction des carcasses de dauphins a été trouvée, les recherches scientifiques [de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA)] indiquent un lien direct entre la marée noire de BP et les morts atroces qu'ont connues les dauphins. Le baratin des services de communication ne peut pas changer ces faits scientifiques. »

À lire : Un scientifique payé un million d'euros par des pétroliers pour nier l'impact de l'homme sur le climat

La catastrophe a déjà coûté plus de 30 milliards de dollars à la compagnie BP, et elle risque plusieurs milliards de dollars d'amendes supplémentaires au cours d'un procès qui a lieu en ce moment à la Nouvelle Orléans. La compagnie conteste vigoureusement les résultats de la NOAA. Elle affirme que l'étude ne parvient pas à retracer le parcours du pétrole depuis la fuite du puits, et que les cas de morts inhabituels — appelés « unusual mortality events », ou UME — sont apparus deux mois avant l'explosion.

« Même si les UME ont pu se chevaucher dans certaines zones touchées par la marée noire, la corrélation n'est pas une preuve de causalité, » a déclaré le porte-parole en chef de BP, Geoff Morrell dans un communiqué. Un expert de BP a affirmé devant le tribunal que, sur les 130 dauphins morts examinés, aucun ne présentait comme cause de la mort une exposition au pétrole. Morrell a dit que la NOAA détient des centaines de rapports du même type qu'elle n'a pas publiés.

La NOAA estime que les cas de mortalité inhabituels qui précèdent la marée noire concernent un faible nombre de spécimens dans le lac de Pontchrtrain et au niveau du détroit du Mississippi, et sont vraisemblablement causés par les températures basses et aux faibles concentrations d'eau salée dans ces voies d'eau. Après la marée noire, ces cas de mortalité se sont étendus au Nord et au centre du Golfe.

À lire : État d'urgence déclaré en Californie : les images de la marée noire

Suivez Matt Smith sur Twitter: @mattsmithatl