Richard Browning combinaison volante
Browning se prépare à atterrir. Toutes les photos sont de Reto Sterchi.

L'avenir de l'aviation humaine en images

L'inventeur britannique Richard Browning change le monde de l'aviation, une armure volante à la fois.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR

Richard Browning est là pour prouver qu'en matière d'ingéniosité humaine, même le ciel n'est pas la limite. Sa récente invention, une combinaison à réaction appelée Daedalus Mark 1, peut atteindre une altitude de 3 600 mètres. « Mon hypothèse de départ était que l'esprit et le corps humains sont une construction étonnante – même le simple fait de marcher est extraordinaire et exige de l’équilibre et du contrôle, explique Browning. Alors j'ai commencé à imaginer ce qui se passerait si nous augmentions cette merveilleuse machine avec la dernière technologie disponible – que faire, où aller ? »

Publicité

Lorsqu'il a commencé à lancer l'idée de son « jetpack » vers 2016, la plupart des experts en aviation lui ont dit que cela ne fonctionnerait jamais. L’équipement serait trop chaud, disaient-ils, ou bien il lui arracherait les bras. Mais au lieu d'abandonner, Browning s’est tourné vers des gens qui croyaient en sa vision, comme l'ingénieur Alex Wilson et le concepteur de la combinaison à réaction, Sam Rogers. Ils ont travaillé dans le petit atelier qui se trouve derrière la maison de Browning à Salisbury, au Royaume-Uni, et ont mis au point une combinaison de 1 050 chevaux équipée de deux mini-jets attachés à chaque bras et un autre intégré dans un sac à dos.

La combinaison est maintenant prête à décoller et les gens peuvent se rendre au hangar de Browning pour l’essayer ou s'acheter leur propre combinaison pour la modique somme de 500 000 dollars. Le regarder voler, c'est comme assister à la naissance d'un nouveau cyborg-humain. Il se sert de son intuition humaine en bougeant les bras et en déplaçant son poids ; il ne pilote pas la machine – il ne fait qu'un avec la machine. « On ressent vraiment une liberté époustouflante, dit-il. Pendant chaque vol, je crie très fort tellement je suis euphorique. »

Le photographe Reto Sterchi a récemment rendu visite à Browning à Salisbury pour assister à un vol. « Quand il commence à s'élever, le bruit devient incroyablement fort, et on peut sentir la pression dans tout notre corps, dit Sterchi. Une sorte de miracle se produit sous vos yeux. »

Publicité

Plus de photos ci-dessous :

1573169455856-GRAVITY-9207_300

Richard Browning montre comment enfiler la combinaison volante au siège social de Gravity.

1573169553451-GRAVITY-9250_300

Un rendu informatique d'une turbine, qui alimente la combinaison.

1573169598036-GRAVITY-9522_300-copy

Les turbines tournent au ralenti après allumage.

1573169636176-GRAVITY-9508_300

Browning s'approche de la plateforme de décollage.

1573169667244-GRAVITY-9376_300

Browning détermine la direction du vent.

1573169709843-GRAVITY-9423_300

L'ingénieur Alex Wilson vérifie que toutes les turbines fonctionnent.

1573169766956-GRAVITY-9865_300-copy

Browning dans les airs.

1573169809316-GRAVITY-9756_300-copy

Browning vole au-dessus du Solent, tandis que l'ancien Royal Marine Martin Mawhood assure la sécurité en cas de crash.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.