FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

David Drugeon, artificier français d’Al-Quaida

On ne sait toujours pas si l'expert en explosifs a été tué dans l'attaque de drone américaine qui le visait mercredi, lui et d'autres membres de l’élite combattante d'Al-Quaida.
10.11.14
Image via Getty

La chaîne d'information Fox News a annoncé jeudi qu'un drone américain avait touché mercredi un convoi du groupe djihadiste Khorassan dans la région d'Idlib, en Syrie. D'après les sources de Fox News proches du département de la défense américain, la frappe aurait tué David Drugeon, un djihadiste français expert en explosifs et membre de Khorassan, souvent présenté comme la section d'élite des combattants chevronnés d' Al-Qaida.

Publicité

Un porte-parole du quai d'Orsay, le ministère des affaires étrangères français, contacté vendredi matin par VICE News a déclaré qu'il ne confirmait pas la mort de David Drugeon et que le ministère était en contact avec les autorités américaines à ce sujet. Il s'est ensuite refusé à tout autre commentaire sur la personnalité et le profil du Français visé par cette frappe.

D'après l'AFP, David « Daoud » Drugeon est un breton de 24 ans, originaire de Vannes dans le Morbihan, titulaire d'un BEP mécanique et fan de l'équipe de football de l'Olympique de Marseille pendant son adolescence. Il s'est converti à l'Islam à l'âge de 13 ans, pendant le divorce de ses parents, auprès de musulmans salafistes de son quartier. C'est à ce moment qu'il prend le nom de « Daoud ».

Après avoir économisé de l'argent en travaillant comme chauffeur routier, Drugeon part étudier le Coran en Égypte. En 2010, il annonce à sa famille qu'il repart pour l'Égypte, mais en réalité il part pour les zones tribales pakistano-afghanes, où il aurait été formé au maniement des explosifs par un belge d'origine marocaine, Moez Garsallaoui, un vétéran d'Al-Qaida.

Le français David Drugeon tué par un drone US en Syrie selon médias US. Suspecté d'être un gros poisson de — Guillaume Auda (@GuillaumeAuda)6 Novembre 2014

D'après un article du journal l'Express publié le 17 octobre 2012, Moez Garsallaoui aurait joué le rôle de sergent recruteur d'Al-Qaida pour les djihadistes francophones. Garsallaoui aurait notamment été le mentor du Franco-Algérien Mohammed Merah, auteur des tueries de Toulouse et de Montauban dans la région de Toulouse, en France en mars 2012.

Publicité

Dans une vidéo parue en avril 2014, Le Parisien décrivait déjà David Drugeon comme « très étroitement surveillé par les services de renseignements français et américains » et le présentait comme « une des cibles les plus actives et prioritaires des services de renseignements. »

Début octobre, le site américain McClatchy présentait Drugeon comme un ancien agent secret français retourné par Al-Qaida, dont il aurait rejoint la filiale Khorassan en tant qu'expert en explosifs. Contacté par VICE News à l'époque, Alain Chouet, ancien cadre de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure) avait fait part de ses doutes concernant le lien entre le djihadiste et les renseignements français.

Un officier de la DGSE a-t-il pu rejoindre Al-Qaida ? À lire ici.

Un article du journal L'Express, publié à la mi-octobre, expliquait que Drugeon a pu être pris pour un agent de la DGSE par les sources évoquées par McClatchy, parce que le jeune homme a participé durant son adolescence à un stage sportif à Coëtquidan. Par pure coïncidence, la petite ville est également le siège de l'école militaire de Saint-Cyr, où sont formés les officiers militaires français. La rumeur de l'agent secret français passé à Al-Qaida pourrait venir de là.

En 2010, David Drugeon adressait une lettre à son père, le dernier signe de vie qu'il donnera. Il y écrivait « On se retrouvera dans l'au-delà et je mourrai en martyr ». Son décès n'a à l'heure actuelle toujours pas été formellement confirmé.

Suivez Virgile Dall'Armellina sur Twitter : @armellina