On va lancer des coffres-forts pleins de bitcoins dans l'espace

Lancement prévu pour l'année prochaine d'ordinateurs placés en orbite qui devront traiter les échanges bitcoins. Cela devrait sécuriser et renforcer l'attractivité de cette monnaie d'un genre nouveau.

|
31 Mars 2015, 11:00am

Photo via Flickr

Le bitcoin prend de plus en plus de valeur à mesure que les transactions sont de plus en plus sécurisées. C'est quelque chose qu'il faut garder en tête pour comprendre pourquoi diable le bitcoin va se retrouver bombardé en orbite dans l'espace. 

Parce que, quel endroit plus sécurisé pour les ordinateurs qui gèrent les transactions bitcoin que le vide spatial, des kilomètres au-dessus de la Terre ? Le noyau dur des développeurs de la monnaie virtuelle et le fondateur du Dunvegan Space Systems, Jeff Garzik, ont mis sur pied le programme BitSat. Le but, c'est de charger des ordinateurs sur des satellites petits et (relativement) peu coûteux. Le tout est prévu pour 2016.

Pour bien comprendre le pourquoi du comment de cette nouvelle ère spatiale du bitcoin, il est nécessaire d'avoir à la fois des connaissances poussées en informatique, en sciences mathématiques, économiques. Il faut aussi s'y connaître en finance, ingénierie et droit. Mais si vous voulez juste prendre d'assaut la face accessible du bitcoin de l'espace pour pouvoir briller dans des dîners, il suffit de piger que le bitcoin c'est à la fois une monnaie et un outil qui sert de vecteur à des transactions financières.

Pensez à un chauffeur de taxi et à son passager. D'un côté ils sont tous les deux en train de voyager dans une voiture, tout comme le bitcoin et d'autres devises sont des monnaies. Mais, contrairement au passager, le taxi peut aller où il veut, parce que c'est lui qui conduit. C'est ça le bitcoin — pas besoin d'aide et d'intermédiaire comme les banques par exemple. Parce que c'est le bitcoin qui conduit le taxi.

Ceci étant dit, le bitcoin a plein de problèmes. Nombreux ne l'acceptent pas comme monnaie, et les critiques du bitcoin dénoncent le fait qu'il n'est pas "réel". Mais l'argent de manière générale, ce n'est pas "réel" — ce qui en fait un medium efficient en matière d'échange, c'est le nombre de personnes qui sont d'accord pour l'accepter en échange d'autre chose. Je ne sais pas ce que je pourrai m'acheter en prison avec 20 paquets de cigarettes, mais je sais que je pourrai obtenir quelque chose avec ces cigarettes parce qu'elles ont valeur de monnaie là-bas. En revanche, si j'essaie de payer mes impôts avec des cigarettes, je vais finir en prison, parce que les impôts ne perçoivent pas les clopes comme une monnaie.

Le moyen de faire en sorte que de plus en plus de personnes utilisent les bitcoins c'est d'en faire un outil de plus en plus pertinent pour les transactions financières. Une autre approche c'est de renforcer la sécurité des transactions. Ce qui, en ce qui concerne le bitcoin, veut dire trouver le moyen de lutter contre ce qui serait la production de faux billets dans le cas des monnaies que l'on utilise tous les jours. Il faut éviter les bitcoins de contrefaçon.

Faire l'une ou l'autre de ces choses accroît l'utilité et l'attractivité du bitcoin en tant que monnaie d'échange. Et ce faisant, on accroît le nombre de personnes qui vont l'utiliser, et on en fait une monnaie plus forte et plus attractive.  

Quel rapport avec le fait d'envoyer le bitcoin dans l'espace ? Eh bien, cela va le rendre plus sûr et plus utile.

"Vu la façon dont l'algorithme bitcoin fonctionne, si 99 pour cent des connexions à votre [machine gérant les bitcoins] sont mal intentionnées, cette connexion honnête sera identifiée et choisie parmi les autres," a expliqué Jeff Garzik à VICE News. Du coup, si vous arrivez à créer un seul ordinateur bitcoin capable d'identifier les connexions de type arnaques, c'est tout le système qui s'en trouvera plus sécurisé.

Et envoyer un ordi dans l'espace permet de faire ça. Une fois là-haut, il est impossible de l'atteindre physiquement, même si vous vous lancez dans un raid à la Mission : Impossible. Braquer un satellite c'est compliqué.

Garzik explique que "les endroits où se font les bitcoins, les endroits où se font les virements et les paiements en bitcoin, ces sites de grande valeur, prendront plus d'importance si les canaux internet qui mènent à eux sont garantis, en cas de rupture de connexion ou d'attaque."

En plus de rendre le bitcoin plus sûr, les satellites offrent un moyen formidable moyen de transmettre un signal à tout un paquet de personnes en même temps. C'est ce que font par exemple les satellites GPS à tout moment. Cette capacité à toucher de manière aussi vaste les utilisateurs simplifie la connexion au réseau bitcoin, même dans les endroits les plus reculés. Garzik expliquait qu'accéder au BitSat demanderait d'avoir une parabole satellite de 180 centimètres, un câble USB, et quelque deux mille dollars d'équipement. Bien sûr, c'est plus que ce que vous pouvez vous permettre de lâcher en une soirée, mais c'est accessible.

Ce que cela signifie d'un point de vue pratique c'est qu'il sera beaucoup plus facile d'envoyer de l'argent à votre pote qui se trouve dans une yourte au fin fond de la Mongolie. Normalement pour faire ça, vous auriez besoin d'aller à une banque. Puis vous vireriez votre argent à travers un réseau mondial de banques géré par la société belge Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, plus connue sous le nom de "Swift", et ce jusqu'à une banque mongole. Quelque part pendant ce trajet, l'argent est converti en tugriks mongoliens. À chaque étape, les banquiers prennent leur temps et gardent un petit bout du pécule pour le dérangement. Passer par le bitcoin permet d'aller plus vite, et élimine les intermédiaires et les coûts afférents. Bref, l'argent arrive plus vite et le virement vous coûte moins cher.

Mieux, les bitcoins de l'espace permettent d'autres choses. Puisque le bitcoin est aussi un outil pour effectuer des transactions financières — vous vous souvenez de notre histoire du taxi, il le conduit — il pourrait en théorie éliminer les avocats, les banques et tout ce qui fait grimper les coûts lorsque vous signez des contrats de transaction financière.  Après tout les systèmes bitcoin peuvent détenir, distribuer et valider la valeur de votre argent. Et on peut avoir tout à fait, sinon plus, confiance en eux qu'aux avocats ou aux banquiers.

Qu'est ce qu'il se passerait si les entreprises pouvaient virer la moitié de leurs avocats, n'ayant plus besoin d'eux pour gérer des milliards et des milliards de contrats différents impliquant des déplacements d'argent d'un endroit à un autre ? Considérant cette perspective, de nombreuses entreprises pourraient trouver que le bitcoin c'est finalement très bien. Et si des grosses compagnies se mettent à l'utiliser pour déplacer leurs fonds, que ce soit en interne ou avec leurs vendeurs, acheteurs, prestataires, alors beaucoup plus de gens seront sensibles à l'idée de prendre des bitcoins comme on va chercher des billets au distributeur.

Du coup, envoyer des serveurs bitcoin dans l'espace, en rendant cette monnaie plus sécurisée, pourrait développer son usage dans les transactions, faciliter les signatures de contrats moins onéreux. À l'échelle d'une nation, cela pourrait représenter un développement impressionnant en termes de structure financière.

Ce qui est certain, c'est que le BitSat est surtout une démonstration de la pertinence du concept. Envoyer des ordis dans l'espace, ça ne sert pas à faire des transactions financières dans l'espace en soi. C'est fait pour montrer qu'il peut y avoir de vrais avantages à faire tourner des disques durs dans l'espace.

"Ces satellites sont capables de traiter toute crypto-monnaie, et plus largement ils peuvent traiter, stocker, diffuser des données, " dit Garzik. "SnapChat pourrait utiliser ces satellites comme un medium de messagerie encodée, un exemple d'utilisation loin du bitcoin ou de la crypto-monnaie."

Pour finir, le BitSat c'est un peu comme le GPS, c'est une opportunité à saisir, et les gens mettront un peu de temps à réaliser tous les trucs très cools qu'ils peuvent faire avec cette technologie. Lorsque le premier GPS a été lancé là-haut, peu de monde a prêté attention au signal qu'il émettait. 

Suivez Ryan Faith sur Twitter: @Operation_Ryan

Photo via Flickr