Photo

À Beyrouth, la passion des tatouages chiites

Dans le cadre de l’exposition « C’est Beyrouth », le photographe Hassan Ammar expose sa série de photos consacrée aux tatouages religieux chez les chiites de la capitale libanaise.

par VICE Staff
28 Mars 2019, 8:05am

Tayseer, 30 ans, couvre son visage en exhibant son tatouage représentant le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. © Hassan Ammar / Institut des Cultures d'Islam 

Après avoir quitté le Liban pendant une grosse dizaine d’années, le photographe Hassan Ammar est revenu au pays à la fin de l’été 2015. À cette époque, le Liban connaissait son chapitre du « printemps arabe », pendant lequel d’importantes manifestations contre la classe politique congestionnaient les rues de la capitale, Beyrouth. « Dans ces manifs, je me suis aperçu que beaucoup de gens avaient des tatouages religieux, alors qu’en 2003, quand j’ai quitté la ville, personne n’en avait », explique Hassan.

En sillonnant les quartiers du sud de Beyrouth, Hassan et son appareil tombent sur des corps marqués par des tatouages référant au chiisme, mais aussi au Hezbollah et son chef, Hassan Nasrallah. « Dans un salon de tatouage, j’ai rencontré un type pas vraiment porté sur la religion qui s’était fait tatouer l’Imam Ali [un saint de l’islam chiite] à cause de la guerre en Syrie, où des lieux sacrés du chiisme avaient été visés », rembobine le photographe.

Dans la petite poignée de salons de tatouages visités par Hassan, des combattants du Hezbollah, mais aussi de nombreux civils viennent se faire inscrire dans la peau des portraits de l’Imam Ali ou le chiffre « 313 » (en référence aux 313 commandants chiites qui sont censés accompagner le dernier Imam Mahdi, lors de son retour pour sauver le monde de l’oppression).


Si les tatouages ne sont pas vus d’un très bon œil par les autorités religieuses – si bien qu’ils sont proscrits chez les sunnites – « les gens se tatouent pour revendiquer leurs appartenances à leur communauté », décrypte Hassan. « En revanche, les personnes tatouées ne voulaient pas forcément poser le visage découvert. Si c’est OK d’exhiber votre tatouage de Nasrallah au sein d’un groupe de soutien du Hezbollah, certains ne veulent pas forcément que leurs collègues de travail soient au courant. »

Comme pour les tatouages plus classiques, les représentations de l’Imam Ali seraient aussi pratique pour entamer la conversation sur la plage. « Un policier avec un portrait de l’Imam Ali sur le pectoral me disait que cela plaisait beaucoup aux femmes », se souvient le photographe dans un sourire. Pour aller jeter un œil à la série complète d’Hassan, cela se passe à l’Institut des Cultures d’Islam jusqu’au 28 juillet 2019.

Les photos ci-dessous :

1553001612072-AP_16209504508854
Ali, 22 ans, pose avec un portrait de l'Imam Ali sur le bras.
1553001648632-AP_16209504390009
Ali Hussein Nasreddine, 50 ans, montre son tatouage de l'Imam Abbas.
1553001561929-AP_16209504594323
Alodi Issa, 22 ans, se fait tatouer dans un salon du sud de Beyrouth.
1553001574948-AP_16209505044196
Zulfiqar, 30 ans, a un portrait de l'Imam Ali tatoué sur le pectoral droit.
1553001590582-AP_16209504639669
Ali Hussein Nasreddine, 50 ans, montre son dos tatoué.

L'exposition « C'est Beyrouth » s'ouvre ce jeudi 28 mars à l'Institut des Cultures d'Islam (XVIIIe arrondissement) et se tiendra jusqu'au 28 juillet 2019.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.