Publicité
Food by VICE

L’artiste qui voulait construire le mur de Trump avec du fromage

Pour Cosimo Cavallaro, « le lait symbolise la vie alors que le mur représente la peur » .

par Bettina Makalintal
01 Avril 2019, 9:23am

Photo d'Alan Shaffer / www.cheesewall.com

Quand il s’agit d’utiliser le fromage comme matière artistique, Cosimo Cavallaro est loin d'être un néophyte. En 1999, il avait recouvert une chambre d'hôtel de 450 kg de gruyère et d’emmental. Deux années plus tard, il récidivait avec une baraque, meubles compris, et remplaçait les frometons suisses par du Monterey Jack au poivre. Il a aussi tartiné Twiggy, mannequin célèbre des sixties avec du Cheese Whiz.

Cavallaro ne s’intéresse pas qu’aux produits laitiers. Il a aussi fait un lit avec du jambon, une chaise avec des bonbecs et un Jésus en chocolat rapidement considéré comme « une des pires attaques contre la chrétienté ».

Mais aujourd'hui, l’artiste culinaire est revenu à ses premiers amours : le frometon. Son projet ? Construire un mur le long de la frontière américano-mexicaine à base de briques de cotija – un fromage à pâte ferme et friable. Il vient d’en commencer la construction à Tecate en Californie et a diffusé les travaux sur Facebook.

Tandis que Cavallaro se débat avec 200 blocs de cotija périmé qui devraient faire 700 mètres de mur, Sarah Cavallaro, productrice et épouse de l’artiste, explique sa démarche à MUNCHIES dans un mail : « Cosimo travaille avec le fromage depuis 30 ans et adore les murs. Il utilise le fromage car il croit que les produits laitiers et le lait symbolisent la vie alors que les murs symbolisent la peur et les frontières. »

Pendant des décennies, l’idée d'un mur de fromage a trotté dans la tête de Cavallaro mais c’est l’agenda de Trump qui l’a poussé à franchir le pas.

L’objectif du mur est de lancer un dialogue assure Cavallaro dans une vidéo publiée sur le site web dédié au projet : « Ce mur est un reflet de notre époque. D’un instant où nous parlons de murs et des problèmes qui en découlent ».

« En tant qu’enfant d’immigré, nous avons toujours été considérés comme des étrangers. [...] On nous a toujours pointés du doigt comme étant le problème », poursuit-il dans une autre vidéo. À travers le fromage utilisé (périmé), l’œuvre veut aussi mettre en exergue l’absurdité des réglementations alimentaires qui conduisent au gaspillage.

Pendant des décennies, l’idée d'un mur de fromage a trotté dans la tête de Cavallaro mais c’est l’agenda de Trump qui l’a poussé à franchir le pas. « Trump et son mur m'ont fourni un contexte et l'impact émotionnel », a-t-il déclaré au HuffPost.

La carrière politique de Trump s'est en grande partie construite sur un fort sentiment anti-immigration. Ses appels répétés pour la construction d’un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique sont devenus un cri de ralliement pour ses partisans. Ils sont aussi à l’origine d’un arrêt des activités gouvernementales long de plusieurs semaines et d’inquiétude pour de nombreux membres de la communauté latino-américaine.

La longueur du mur de Cavallaro dépendra du succès de la cagnotte GoFundMe lancée par l’artiste. Au moment d'écrire ces lignes, il n'a reçu qu'une infime fraction de son objectif de 300 000 dollars (260 000 euros).


Cet article a été préalablement publié sur MUNCHIES US

MUNCHIES est aussi sur Instagram, Facebook, Twitter et Flipboard