FYI.

This story is over 5 years old.

Charlie Hebdo : journée de deuil et de traque

Cet article récapitule les évènements clés de la journée de ce jeudi, en commençant par les plus récents.
8.1.15
Toutes les photos sont d'Étienne Rouillon

Cet article récapitule les évènements clés de la journée de ce jeudi, en commençant par les plus récents.

Aucun lien ne peut être fait entre les deux attaques pour l'Intérieur

En fin de journée jeudi, alors que la place de la République se noircit à nouveau de monde en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, tient Place Beauvau une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé qu' "aucun lien ne pouvait être fait à ce stade entre les deux événements", faisant référence à l'attentat à Charlie Hebdo de mercredi et l'assassinat d'une policière à Montrouge ce jeudi. Il indique également que le niveau du Plan Vigipirate a été relevé au maximum en Picardie.

Les suspects

Dans l'après-midi de jeudi, Le GIGN et le Raid circonscrivent la traque des frères Kouachi, suspects dans l'attaque de Charlie Hebdo, à une zone de 20 km2 aux alentours des villages de Corcy-en-Valois, Villiers-Cotterêt et Longpont à la frontière de l'Aisne et de l'Oise. C'est la première fois dans l'histoire de ces forces spéciales que le Raid et le GIGN sont sollicités et déployés sur le terrain pour la même opération. Trois hélicoptères assistent les troupes au sol pour localiser les deux suspects. Ils auraient été repérés dans l'Aisne après avoir braqué une station-service. Le pompiste aurait reconnu les deux individus recherchés et a alerté les forces de l'ordre. Toujours en cavale, ils seraient lourdement armés et circuleraient sur la RN2 dans une Clio aux plaques masquées.

Les suspects ont été identifiés la veille grâce à une carte d'identité laissée dans la voiture utilisée lors de l'attentat. Plus tôt dans la journée, des médias indiquent que Chérif et Said Kouachi pourraient être en route vers Paris. Un impressionnant dispositif policier est mis en place aux portes de Paris — principalement porte de la Villette et Porte de Pantin situées au nord de la capitale, et portes d'entrée dans Paris depuis l'Aisne d'où viendraient les deux suspects armés.

Photo Etienne Rouillon 

Le Monde rapporte qu'en tout, 88 150 forces de sécurité ont été mobilisées pour la traque des suspects de Charlie Hebdo mais aussi dans le cadre du plan Vigipirate.

La communauté musulmane meurtrie

Une quinzaine d'imams de la région parisienne menés par l'imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, sont venus se recueillir devant les locaux de Charlie Hebdo. Chalghoumi a déclaré que les terroristes responsables de l'attaque de la veille "ne sont pas des musulmans. Ce sont des criminels. C'est un test pour nous, l'occasion de montrer nos valeurs."

Des mosquées en France font l'objet de menaces. Plusieurs grenades d'exercice ont été lancées dans la cour de la mosquée des Sablons, au Mans. L'une d'elles a explosé sans faire de blessé.

URGENT Mosquée du Mans visée par plusieurs tirs et un engin explosif — Willy Colin (@Willy_Colin)8 Janvier 2015

Une explosion devant un restaurant de kebabs adjacent à la mosquée de la ville a également eu lieu à Villefranche-sur-Saône (Rhône), aux alentours de 6 heures du matin, rapporte l'AFP. Une troisième mosquée, à Port-la-Nouvelle dans le sud de la France aurait également fait l'objet de tirs, juste après la prière mercredi soir.

Deuil national

Suite à la décision du Chef de l'État, la France entière observe une minute de silence à midi, en hommage aux victimes, dans les écoles, mais aussi dans les transports en commun. Un nouveau rassemblement de soutien est organisé place de la République dans la soirée, à l'appel cette fois-ci d'Anne Hidalgo, maire de Paris.

Manuel Valls invite  l'UMP à participer à la marche républicaine qui se tiendra ce dimanche. Cette manifestation avait été initiée par le Parti socialiste, le Parti communiste, Europe Ecologie-Les Verts, le Mouvement républicain et citoyen et le Parti Radical de Gauche. L'UDI et le MoDem rejoignent le contingent dans les heures qui suivent. Le Front National est pour le moment tenu à l'écart.

Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo, annonce qu'un nouveau numéro du journal satirique attaqué hier sera disponible en kiosque mercredi prochain. Un million d'exemplaires seront mis en circulation. Libération accueillera pour l'occasion le comité de rédaction de Charlie Hebdo pour la confection de ce numéro spécial. Le quotidien avait déjà hébergé les journalistes du journal satirique en 2011 suite à l'incendie criminel de leurs locaux.

Montrouge, l'autre chasse à l'homme. 

Jeudi matin, dans le sud de Paris, Porte de Châtillon, un homme armé tire à la kalachnikov sur une femme de la police municipale et un agent de la voirie qui intervenait suite à un accident de la route. Une période de confusion s'en suit : l'homme aurait pris la fuite dans la métro.

Photo Etienne Rouillon

Bernard Cazeneuve arrive sur les lieux de l'attaque. Le Ministre de l'Intérieur informe la presse qu'un homme âgé de 52 ans interpelé quelques minutes plus tôt par la police ne correspond en réalité pas au profil de l'homme recherché. Le suspect est en fuite et activement recherché par la police. Aucun lien avec l'attaque de Charlie Hebdo ne peut être fait.

La policière touchée dans la fusillade est décédée. L'agent de la voirie qui était avec elle est "sérieusement blessé" selon Bernard Cazeneuve mais son pronostic vital n'est pas engagé. Au même moment, le véhicule du suspect recherché par la police est repéré à Arcueil, une ville de la proche banlieue parisienne située à environ 4 kilomètres du lieu de la fusillade.