Le Brésil installe des pièges à moustiques géants à Rio de Janeiro

De toute évidence, la menace que constitue le virus Zika a stimulé la créativité des designers.

|
21 Avril 2016, 9:04am

Image: Posterscope and NBS

Un panneau publicitaire d'un nouveau genre est apparue à Rio de Janeiro. Sa cible : les moustiques susceptibles de transmettre le virus Zika.

Le panneau d'affichage high tech, conçu par deux agences publicitaires brésiliennes, est éclairée à l'aide de lumières fluorescentes et émet du dioxyde de carbone (destiné à simuler la respiration de mammifères tout chauds et remplis de sang) ainsi qu'un nuage d'acide lactique (qui imite la transpiration animale) afin d'attirer les moustiques.

Les insectes se posent sur le panneau et sont immédiatement pris au piège. Le dispositif permettrait d'attirer des moustiques situés à plus de 2,5 km de là, selon les designers.

Posterscope et NBS, les agences qui ont conçu ce système, ont publié toutes les informations techniques le concernant sur Internet ; elles encouragent les communautés affectées par des maladies transmises par les moustiques à construire leurs propres panneaux sur le modèle des prototypes déjà installés à Rio de Janeiro.

Les agences estiment qu'un panneau peut être réalisé pour moins de 200$, et que chaque panneau est capable de tuer des millions de moustiques susceptibles de transmettre le Zika, la dengue ou le chikungunya.

Actuellement, les scientifiques et les entrepreneurs testent différentes approches dans la lutte contre l'épidémie de Zika en Amérique latine, qui a provoqué la naissance de centaines de bébés microcéphales. Course au vaccin, pièges à moustiques à base de pneus de voiture recyclés, tout effort est bon à prendre.

Des organisations officielles telles que l'OMS hésitent bien sûr à promouvoir telle ou telle méthode sans l'avoir testée de manière appropriée grâce à des études scientifiques rigoureuses. Cependant, dans un rapport récent, l'OMS évoque l'idée des pneus en précisant toutefois qu'elle ne saurait recommander officiellement ce dispositif.

« Les technologies à base de pièges pourraient réduire la taille des populations de moustiques en attirant les femelles (qui pondent), et en améliorant la surveillance des vecteurs de la maladie, » dit le rapport. « L'efficacité de ces pièges contre les insectes a été démontrée dans des études de terrain, quoique à petite échelle. Même si tout porte à croire qu'il faut favoriser ces méthodes, il faudra les tester de manière plus approfondie et envisager des méthodes opérationnelles avant qu'elles puissent être utilisée en santé publique. »

En attendant que des études sérieuses ne soient menées sur l'efficacité des pièges pour éradiquer les moustiques et contrôler les vecteurs de propagation de la maladie, quelques panneaux publicitaires simulant la transpiration humaine ne peuvent pas faire de mal.