Publicité
Food by VICE

Quand le Pape clashe les gens qui textotent à table

Le Pape et le Vatican se sont lancés dans une croisade pour préserver le dernier bastion « de camaraderie et de solidarité » de nos sociétés dépravées : le dîner.

par Nick Rose
24 Février 2017, 9:00am

Photo via Wikimedia Commons.

Alors que les signes d'une Apocalypse imminente s'accumulent – un mec est parvenu à faire frire de l'eau mais ça ne choque personne – l'Église catholique et son représentant le plus connu (et accessoirement le garant de son unité) préfèrent se concentrer sur une menace plus immédiate : les textos pendant le repas.

Le pape François, qui s'avère être un peu plus « à la cool » que son prédécesseur (ce qui en dit pas mal sur Benoît XVI), a lâché un Scud contre cette pratique en apparence inoffensive. Bergoglio, qui a ses propres comptes Instagram ou Twitter et pose pour des selfies, a prévenu la jeune génération : s'envoyer des SMS à table pourrait être la cause de futurs conflits.

LIRE AUSSI : Rien ne manque plus au pape qu'une bonne pizza

« Quand on est assis devant un repas et qu'on parle à d'autres personnes sur nos téléphones, c'est le début d'une guerre. Parce qu'il n'y a plus de dialogue », a déclaré le pape à des étudiants de l'université Roma Tre.

Cette assertion rapportée par le Daily Mail peut paraître un poil alarmiste, mais comme la Bible n'est pas dotée d'un chapitre sur les textos ou les émojis, ça vaut peut-être le coup pour les fidèles d'écouter ce que le monsieur est en train de raconter.

« Nous avons besoin de baisser d'un ton, de moins parler et de plus écouter », a-t-il ajouté. « Le dialogue, c'est ce qui rapproche les cœurs. C'est un médicament contre la violence. »

Dans les familles, au moment du repas, combien sont ceux qui regardent la télévision ou écrivent des textos sur leur téléphone portable. Toute cette indifférence, dans le cœur de notre société qu'est la famille, c'est inquiétant

En d'autres termes, le dîner c'est un peu la base des relations humaines. L'endroit où l'on « rompt le pain » comme Jésus. Ce que le pape semble dire, c'est que si l'on fait fi de ces traditions, les interactions risquent de disparaître et il ne restera plus grand-chose pour empêcher les gens de se mettre sur la gueule.

Ce n'est pas la première fois que le Souverain pontife dénonce le danger de ces interférences quand vient l'heure de mangiare. Et non, envoyer des émojis de fruits ou de légumes à votre dernier match ne rentre pas dans la catégorie « lien social ».

« Dans les familles, au moment du repas, combien sont ceux qui regardent la télévision ou écrivent des textos sur leur téléphone portable ? », s'était-il interrogé en septembre 2016, cité par la Catholic News Agency. « Toute cette indifférence, dans le cœur de notre société qu'est la famille, c'est inquiétant. »

LIRE AUSSI : Nourriture et religion, le halal

Un an auparavant, il avait fait le même genre de remarque sur le dîner familial. « Être assis à table, partager un repas et les expériences de la journée, c'est un symbole fondamental de camaraderie et de solidarité », avait-il déclaré à des milliers de pèlerins réunis sur la place Saint-Pierre. « Hélas, le repas familial est en train de disparaître dans certaines sociétés. »

Clairement, François est dans une sorte de croisade pour tenter de préserver un des derniers bastions « de camaraderie et de solidarité » dans notre monde dépravé. Et il semble s'être fait la promesse de ne pas laisser les smartphones nous détourner d'un bon repas.