FIGHTLAND

L'histoire de la Namman Muay, la pommade des boxeurs thaï

La Namman Muay, c'est le Chanel 5 des boxeurs thaïs. Une référence, qui pose tout de même question : ce produit est-il sain pour le corps ?

par Alexander Reynolds
15 Février 2017, 8:35am

"Aspergez-vous". Ce slogan était celui de Brut 33, une marque d'après-rasage dont quelques mâles Alpha comme le boxeur Henry Cooper, le footballeur Kevin Keegan ou encore le basketteur Wilt Chamerblain s'étaient faits les hérauts. Etant moi-même un homme d'action – et un homme modeste, comme cette comparaison en atteste – je ne recommande pas Brut 33, sauf si vous voulez cocotter. En revanche, je vous conseille la pommade Namman Muay, l'aftershave des vrais mecs. Rendu célèbre grâce à la boxe thaï et à des stars comme Buakaw, ce produit est facilement reconnaissable. Un flacon jaune et une forte odeur mêlant menthe et eucalyptus, voilà sa signature.

La Namman Muay est très utilisée par les habitués des salles de gym et des vestiaires de boxe thaï, mais aussi par des gens "normaux", comme les athlètes, les masseurs, les vieux ou les physiothérapeutes. Tous y ont recours pour soigner leurs douleurs musculaires ou articulaires. La Namman Muay n'est pas un de ces produits miracles vendus par des charlatans, c'est LE produit phare. La référence. Aucun autre médicament à base d'huile ou autre crème analgésique disponible sur le marché n'a la même capacité à éveiller les muscles ou à les régénérer après l'effort comme le fait la Namman Muay.

Photo via facebook/BanchamekGym

En boxe thaï, se faire enduire de Namman Muay par votre staff dans votre coin avant le combat fait partie intégrante du rituel préparant les boxeurs au combat. Ce massage est même considéré symboliquement comme l'ablution ultime du boxeur dans sa quête du combat sans prendre de coup ni laisser de sang sur le ring. Un instant mystique, pendant lequel la chaleur brûlante envahit les pores de la peau tandis que l'odeur forte et envahissante de la pommade s'insinue dans les narines. A ce moment, le corps, tendu et stressé, se détend lentement, jusqu'à atteindre un état de décontraction et de calme qui permet au combattant de s'engager sur le ring aussi décidé que Jake LaMotta dans Raging Bull. La Namman Muay et la boxe thaï sont intimement liées. Et comme beaucoup de combattants, je me suis enduit de cette pommade pendant des années. Sans jamais vraiment en savoir plus sur ce produit.

Il était plus que temps de combler ces lacunes. Je me suis plongé dans une pile de bouquins, sans images je vous l'assure, pour mieux comprendre à quoi j'avais affaire. Voilà le résultat des ces épuisantes et fastidieuses investigations. Produit par le groupe Devakam Apothecary Hall en Thaïlande, la pommade chauffante Namman Muay redonne force et vigueur aux bras et aux jambes des combattants depuis plus de 50 ans déjà. Son odeur caractéristique provient d'une herbe médicinale traditionnelle dont l'usage est resté confidentiel pendant des années, se limitant au cercle des boxeurs, qui se transmettaient le secret. Il faut attendre 1960 et le règne de Pone Kingpetch, triple champion du monde des poids-légers, pour que la potion magique de Devakam devienne une marque plébiscitée, à la notoriété mondiale.

Voilà comment le destin de la Namman Muay a pris un tel tournant. Le grand champion Kingpetch s'entraînait dans une salle détenue par Thongthos Intratat, qui était aussi entraîneur. Ce dernier, qui cherchait constamment de nouveaux produits pour améliorer l'échauffement et la récupération de ses combattants, a alors décidé de tester ses remèdes sur ses boxeurs. Soutenu par quelques investisseurs, Intratat a donc fondé Devakam, sa propre boîte pharmaceutique, et s'est mis à produire et vendre ses premiers flacons de Namman Muay. Un succès mondial, puisqu'aujourd'hui, la pommade est utilisée par des millions de personnes à travers le monde, au secret de fabrication bien gardé, à la manière du Coca-Cola.

Mais à l'inverse de la célèbre boisson, la Namman Muay n'est pas acceptée partout, certains accueillant son odeur en se pinçant le nez. Si beaucoup de farangs supportent très bien le parfum si particulier de cette pommade, ce n'est pas toujours le cas dans les pays occidentaux. Prenez le patron de la salle de MMA où je combattais à Atlanta : il avait interdit l'usage de la Namman Muay, mais aussi du baume du tigre. Ces effluves orientales, semblables à celles de l'éther pour lui, irritaient ses narines américaines. Il manifestait d'ailleurs son mécontentement par des scènes dignes d'un acteur en pleine tirade sur une scène new-yorkaise. Le mec avait la carrure d'un héros grec, tout droit sorti du film 300. Mais visiblement, la Namman Muay était son talon d'Achille.

A sa décharge, il est loin d'être le seul à ne pas supporter les senteurs chimiques de la Namman Muay. J'ai fait l'erreur de m'en mettre avant de me rendre à un cours de yoga à Notting Hill. Le prof, clairement un control freak, s'est mis à bégayer : « Qui s'est mis du baume du tigre ? », avant de nous assurer que les huiles chelous et autres baumes odorants étaient proscrits pour faire du yoga.

Chez moi, la présence de ce petit flacon jaune à côté de la brosse à dents et de la cire à cheveux sur l'étagère de la salle de bain a toujours intrigué mes visiteurs, y compris ma cible féminine de l'époque, que j'avais réussi à ramener chez moi. Non, ce n'est pas de l'aftershave. Non, ce n'est pas du baume du tigre. C'est de la Namman Muay, l'eau de toilette des kick-boxeurs. Celle qui est devenue ma femme depuis avait répondu un simple « Oh » surprise.

Plus récemment, ma Namman Muay adorée a fait l'objet d'études approfondies. La Fédération internationale de kickboxing a mis en garde les combattants contre l'usage de cette pommade sur le visage des combattants, conseillant d'éviter le contact avec les yeux et les plaies ouvertes. Un débat qui a rouvert celui du recours aux médicaments contenant du salicylate de méthyle et ses conséquences sur la peau, la Namman Muay étant composée à 31% de cette substance. Merde. Il est peut-être temps pour moi de me désintoxiquer, me suis-je dit en lisant tout ça. Mais en réalité, il est déjà trop tard. Savoir que cette pommade est en partie faite d'ingrédients dérégulants ne m'empêchera pas de réutiliser cette pommade. Pour une simple et bonne raison : aucune autre sensation ne remplacera jamais la chaleur apaisante qui parcourt mon corps une fois enduit de Namman Muay. Juste, ne vous en aspergez pas sur tout le corps.