Sports

Une vague, une histoire : Greg Long et l'expérience de la mort imminente

Tomber au mauvais endroit, au mauvais moment. C’est la triste expérience qu’a vécu Greg Long à Cortes Bank en 2012. Un wipe-out qui a failli lui coûter la vie.
14.3.17

« Si la noyade doit arriver, cela fera partie de la vie ». Ces mots, ce sont ceux prononcés par Greg Long dans le documentaire Sine qua non, réalisé il y a quatre ans par Richard Yelland et retraçant le parcours du big wave rider le plus titré du globe. Des mots qui auraient pu être encore plus lourds de sens après que le natif de San Clemente, en Californie, ait frôlé la noyade fin 2012, après avoir passé trois vagues sous l'eau. Fils d'un ancien sauveteur, c'est lors de ses multiples expéditions à Cortes Bank – spot situé à 180 km au large de la côte sud californienne – que Greg Long a engrangé de l'expérience. Être bien préparé, limiter les risques au maximum, ne rien laisser au hasard… C'est en grandissant dans cet environnement que le Californien est devenu le plus célèbre et plus couronné des surfeurs de gros.

Seulement voilà : le 21 décembre 2012, Greg Long va connaître le pire wipe-out de sa vie sur le spot qui l'a vu grandir. Accompagné de ses amis Shane Dorian, Grant Baker, Ian Walsh et de quelques-uns des meilleurs spécialistes du big wave riding, c'est à la rame et en gun que les surfeurs se lancent sur la droite massive et sombre de Cortes Bank. Bien placé pour démarrer sur la deuxième vague d'une des plus grosses séries du jour, Greg Long dévale cette pente aux côtés de Garrett McNamara, parti un peu plus sur l'épaule. Trop à l'intérieur et subissant les secousses d'un plan d'eau clapoteux, il est le premier à se faire rattraper par la mousse. La sanction est terrible. « Je suis arrivé en bas de la vague et l'écume m'a avalé, me projetant très profond, expliquait Greg Long après l'accident. J'ai essayé de déclencher mon système gonflable pour remonter vite à la surface mais cela n'a pas marché… J'ai compris que j'allais rester un moment au fond, comme cela m'est arrivé de nombreuses fois. » L'attente sous l'eau est longue et brutale. Greg bataille pour parvenir à reprendre de l'air.

Mais alors que le Californien aperçoit enfin la lumière et arrive à moins d'un mètre de la surface, il reçoit de plein fouet une seconde vague qui éjectera tout l'air qu'il lui restait dans les poumons. « Je me suis aussitôt retrouvé dans les abysses, avec zéro oxygène, se souvient le Californien. Mon corps convulsait de plus en plus, commençant à me pousser à essayer de respirer. Mais j'ai eu la clarté d'esprit de m'interdire de le faire, en aucun cas. "Ça va, je tiens, je vais remonter à la surface", étaient mes seules pensées. Mon corps s'est relaxé et mon envie de respirer a diminué, me permettant de rester conscient assez longtemps pour que j'entende la vague suivante (la troisième) me passer au-dessus de la tête ». De nouveau tiré vers le fond, le corps tremblant et très affaibli, le Californien tentera de remonter à la surface en s'agrippant à son leash. En vain. « _Centimètre par centimètre, je me battais pour remonter dans l'espoir d'atteindre ma planche qui était toujours immergée dans l'eau. C'est là que j'ai perdu connaissance _».

Ce n'est qu'après une quatrième vague (la dernière de la série) que les jet-skis parviendront à le récupérer, inconscient. Son corps, toujours accroché au leash de sa planche, flottait à la surface. Grâce à l'aide de DK Walsh, Jon Wall et Frank Quiriarte, Greg Long finira par reprendre ses esprits une fois sur le bateau d'assistance. Profondément choqué, l'équipe de secours présente sur place distillera les premiers soins alors que le Californien tousse et recrache de l'eau mêlée à du sang. L'arrivée des garde-côtes en hélicoptère pour une évacuation vers l'hôpital de San Diego mettra fin à cette journée tragique.

Finalement, Greg Long ne gardera aucune séquelle physique de son accident. Il reprendra même les compétitions trois semaines après avoir frôlé la mort. En revanche, il n'échappera pas au contrecoup de cette expérience extrême. « Je disais aux gens que j'allais bien parce que j'avais peur de perdre des sponsors. Mais la vérité, c'est que j'étais terrifié », concèdera, honnête, l'Américain. Après une période de repos prolongée, Greg Long finira par reprendre sa vie de chasseur de grosses vagues. Plus d'un an après son accident, le surfeur de San Clemente retournera à Cortes Bank, seul. Une session glassy d'une perfection rare, immortalisée dans un clip laissant transparaitre l'émotion qui régnait ce jour-là.

Retrouvez Surf Session sur Facebook et Twitter. Vous pouvez également vous procurer les numéros du magazine par ici.