Culture

Quand Joy Division rencontre une photocopieuse pour faire un clip

Les expérimentations sonores et graphiques de « Onryō » sont aussi inquiétantes qu'envoûtantes.
10.4.17
Toutes les images sont publiées avec l'aimable de Denial of Service.

Les ordinateurs ne verront sûrement jamais le monde de la même manière que nous, mais les dernières productions du studio denial.of.service tentent désespérément de leur faire vivre les mêmes expériences. Comment ? En invitant une intelligence artificielle à une soirée du Berghain par exemple. Alors, non, ça ne sert pas à grand chose, mais force est de constater que les résultats sont graphiquement intéressants. « La plupart des réactions créées dans le projet Onryō sont réalisées à l'aide du travail sur Max/Jitter de Paul Fennell et d'un code open-source à l'efficacité redoutable. » Fennell était déjà le mec derrière la vidéo Deep Dream la plus flippante au monde. Avec Onryō, il pousse le bouchon encore un peu trop loin.

Publicité

« La majorité des superpositions sont le résultat de nombreuses répétitions des expérimentations sonores menées pas Turing. Le tout retravaillé par Tomasz Sulej », nous explique le collectif dans la description de sa vidéo. On a bien du mal à définir ce qu'on entend. Visuellement, par contre c'est impeccable.

Retrouvez la vidéo ci-dessous :

Tous les travaux de Denial of Service sont à retrouver ici.