Publicité
Stuff

Avec le mec qui veut créer un État gay séparatiste

Pour Viktor Zimmerman, créer un État 100% homosexuel est la solution la plus logique pour la reconnaissance de leurs droits.

par Nick Chester
16 Septembre 2016, 5:00am
Les droits de la communauté LGBT ont énormément progressé ces dernières années, mais dire que les homosexuels en bavent est encore un euphémisme. Le 3 septembre dernier, un homme et son copain affirment avoir été dégagés d'un bus de Londres après être rentrés par la mauvaise porte. Le weekend dernier, des homophobes ont attaqué des membres du Pride Committee en Irlande du Nord. En France, à Montpellier, un homme a été frappé à coups de matraque parce qu'il tenait la main de son compagnon.

Certains pensent que la solution est de continuer à se battre coûte que coûte pour l'égalité. L'organisation séparatiste Gay Homeland Fundation a proposé une autre stratégie : ses membres croient que la marginalisation de la culture gay est un fait inévitable dans une société où la majorité des gens sont hétéros. Ils préconisent donc la création d'un État gay. Cela peut sembler un peu radical, mais pour les concernés, c'est la solution la plus plausible. Je suis entré en contact avec Viktor Zimmerman, le chef de cette association, pour comprendre pourquoi selon lui cette option est plus que nécessaire.

VICE : Salut Viktor. Pourquoi pensez-vous que les gays ont besoin d'un territoire à eux ?
Viktor Zimmerman: Nous avons besoin d'un centre culturel et politique où nous pourrions développer de nouvelles – et meilleures – façons de vivre, plus en adéquation avec ce que nous sommes. Rassembler des gays dans un environnement créatif et libre pourrait libérer une énergie formidable. Des milliers d'artistes gays, écrivains, sculpteurs, réalisateurs et chanteurs seraient tous au même endroit. Il n'y aurait plus d'oppression culturelle de la part des hétéros. Tous les espaces publics seraient décorés par la culture gay.

Un État gay pourrait aussi devenir un lieu d'asile pour des millions de gays. Beaucoup de gays sur cette planète vivent dans des environnements dangereux : leur intégrité physique est menacée tous les jours, leurs emplois sont en péril et leurs familles les menacent ou les forcent à se marier. À cause d'un système migratoire très strict, ces gens ne peuvent pas vivre ailleurs. Un pays gay serait une très bonne option.

Le but de votre association est donc de créer un lieu sécurisé pour les gays, où la culture gay serait la norme ?
Oui, notre objectif est d'établir un État libre, indépendant et démocratique.

Pourquoi se concentrer sur la création d'un État gay plutôt que sur la promotion de nouveaux droits pour la communauté LGBT ?
Il n'y a aucune contradiction entre l'existence d'un État gay et l'amélioration des droits des gays dans tous les pays. Les deux ne sont pas incompatibles. Les gays ont besoin d'être ensemble pour échanger leurs idées. S'il doit y avoir une véritable culture gay, il nous faudra un peu plus que quelques bars gays, trois librairies gays et une gay pride une fois par an. Ce n'est pas une question de droits de l'homme. Le problème, c'est que 6 % de la population mondiale est une minorité dispersée dans des environnements non adaptés.

Nous devons également nous souvenir que les droits de l'homme peuvent être retirés aussi facilement qu'ils sont aujourd'hui garantis.

Où comptez-vous installer votre État ?
Idéalement, il faudrait que ce soit un lieu situé près de la mer, accessible et plutôt bon marché. Il en existe plein en Amérique du Sud, et les circonstances politiques y sont plutôt favorables.

Sérieusement, nous prendrons ce que nous pourrons et nous en tirerons le maximum pour notre bien-être. De même, les constructions sur la mer ne sont pas écartées. Un tel projet a été imaginé par une organisation appelée Seasteading Institute,grandement financée par Peter Thiel, le mec gay qui a fait fortune en co-fondant Paypal.

Quel est votre plan à long terme pour installer cet État ?
La première étape est la formation d'une entité souveraine non territoriale, un État sans territoire donc. Cette organisation pourrait aider les réfugier homosexuels à se loger et à trouver un emploi. L'économie sera primordiale à ce stade pour donner aux gens un emploi et des revenus afin de garantir leur sécurité. La création d'un système bancaire gay pourrait aussi aider le développement économique.

Il faudra ensuite obtenir une reconnaissance sur le plan politique de la part de nombreux États. Une telle reconnaissance serait évidemment très utile dans nos activités : aider les réfugiés, effectuer des transactions financières et assurer la sécurité du pays.

L'étape suivante serait d'obtenir un bail de longue durée sur un territoire moyennement grand de la part d'un pays déjà existant. Légalement, il resterait le territoire du pays d'accueil, mais il pourrait être administré en fonction de nos propres lois.

Zimmermann (à gauche) avec un autre membre de la Gay Homeland Foundation

Est-ce que des hétéros pourraient vivre dans votre État ?
Il y aura des hétéros qui vivront sur les territoires gays, mais leur nombre sera limité et ils ne pourront pas occuper des postes de dirigeants.

Comme ferez-vous en sorte que la population ne diminue pas ?
L'immigration. Nous savons tous comment les bébés gays sont faits, des millions d'entre eux sont nés cette année, sans aucun effort de notre part. Tout ce dont nous avons besoin est qu'une partie d'entre eux prennent leurs affaires et rejoignent notre État.

Finalement, à quel point votre objectif est-il réalisable ?
Légalement, l'émergence d'un État gay est possible. Il y a eu des précédents concernant l'apparition de nouveaux États par des traités, comme la création du Vatican avec des acquisition de terrains en temps de paix. Nous sommes vraiment confiants. Un jour, les gays auront leur propre territoire souverain.

Merci, Viktor.

Suivez Nick sur Twitter.