LE NUMÉRO VOUS NOUS AVEZ MANQUÉ

La présidente de Planned Parenthood nous parle de la bataille pour l’avortement aux États-Unis

Cecile Richards, présidente de Planned Parenthood, est bien au fait de la violence, de l'intimidation et de la législation auxquels fait face son mouvement pour les droits des femmes.
01 juin 2016, 1:20pm
Photo : Chuck Grant

Cet article est tiré du numéro Vous nous avez manqué du magazine VICE.

Cecile Richards, la présidente de Planned Parenthood, est bien au fait de la violence, de l'intimidation et de la législation auxquels fait face son mouvement pour les droits des femmes. Sa mère, Ann Richards, a été la deuxième femme gouverneure du Texas, une féministe active et une militante en faveur d'une plus grande justice sociale. Comme sa mère, Cecile Richards est élégante et acharnée. Ses efforts pour offrir des soins de santé abordables ont été applaudis et décriés.

VICE : Avez-vous déjà convaincu un pro-vie de devenir pro-choix?
Cecile Richards : J'ai vu des élus qui avaient promis de s'opposer au droit à l'avortement changer d'avis. C'est arrivé grâce à des femmes — dans leur propre famille ou dans leur circonscription — qui leur ont parlé de leur situation. Quand ils peuvent faire preuve d'empathie, ça aide à briser leur position très rigide et essentiellement politique.

Au cours d'un discours devant le congrès en septembre dernier, des membres du congrès vous ont interrompue si souvent qu'une vidéo rassemblant toutes ces interruptions est devenue virale. Même ceux qui s'opposent à vous ont été impressionnés par votre maîtrise.
J'espérais seulement parler au nom de millions de femmes qui n'auront jamais la chance de prendre la parole sur la place publique. Parfois, quand des gens sont complètement ridicules, vous n'avez qu'à leur donner la parole et les laisser faire. Dans bien des cas, je pense que les membres du congrès ont montré le peu d'estime qu'ils ont en réalité pour les femmes.

Pensez-vous que votre travail serait différent si vous étiez un homme?
Ces enjeux seront toujours difficiles. Je n'ai jamais réfléchi à ça. La majorité des personnes qui travaillent pour Planned Parenthood partout au pays sont des femmes. Bien sûr, nous comptons aussi sur des hommes formidables. Je pense que les hommes qui peuvent travailler pour Planned Parenthood et aider à faire avancer les droits des femmes sont remarquables. Ce sont des hommes qui apprécient vraiment les femmes.

Quand les politiciens accordent plus d'importance à leur programme politique qu'à la santé et au bien-être des femmes, les troubles commencent.

Quand j'ai visité Planned Parenthood, j'ai remarqué que le formulaire pour les patients donne l'option de choisir son genre et pronom. Je n'avais jamais vu ça dans une clinique de gynécologie-obstétrique.
Comme nous célébrons nos 100 ans d'existence, je pense à notre évolution. Pour moi, ce qui est le plus emballant, c'est de voir combien de personnes nous visitent : nous ouvrons des services pour les personnes trans partout aux États-Unis. Nous avons ouvert un nouveau centre à Asheville, et les cliniciens sont fiers de pouvoir leur offrir des services. Des personnes traversent des États pour s'y rendre parce que le service offert est excellent, sans jugement et sûr pour leur santé. La fierté des cliniciens est palpable.

Planned Parenthood est la plus importante source d'éducation sexuelle au pays. Pourquoi cette initiative est-elle si importante?
Politiser ces questions, c'est insensé pour moi. La très grande majorité des parents demandent que leurs enfants reçoivent de l'éducation sexuelle, et ils ne sentent pas qu'ils ont les ressources pour leur offrir. Je viens du Texas, où, en ce moment, il y a seulement la politique de l'abstinence. Il n'y a pas vraiment d'éducation sexuelle. C'est pire que lorsque j'étais enfant.

Il y a une corrélation directe entre les services offerts par Planned Parenthood, la diminution du nombre de grossesses non désirées et le besoin de cliniques d'avortement. C'est pourquoi nous nous sommes autant battus pour l'Affordable Care Act, qui donne accès à moyens de contraception gratuits. Aux États-Unis, le taux de grossesse chez les adolescentes n'a jamais été aussi bas dans les quarante dernières années, et ce n'est pas parce que les jeunes ont arrêté d'avoir une vie sexuelle. C'est parce qu'ils reçoivent une meilleure éducation sexuelle, de beaucoup de sources, et qu'ils ont un accès plus facile aux moyens de contraception.

Qu'est-ce qui se passe au Texas?
C'est vraiment terrifiant. Il y a un cas important devant la Cour suprême (Whole Woman's Health c. Hellerstedt), qui déterminera si les dispositions mises en place pour protéger l'accès légal à l'avortement seront maintenues. Au Texas, seules les grandes villes, à quelques exceptions près, offrent un accès sûr et légal à l'avortement. Donc si vous vivez loin d'une grande ville, vous ne disposez pas du même droit de consulter un médecin en qui vous avez confiance pour une procédure légale aux États-Unis. On voit déjà une augmentation du nombre de femmes qui ont essayé d'interrompre elles-mêmes leur grossesse.

On en est à plus de 100 000.
Exactement. Quand les politiciens accordent plus d'importance à leur programme politique qu'à la santé et au bien-être des femmes, les troubles commencent. C'est ni plus ni moins ce qu'on voit.