FYI.

This story is over 5 years old.

reportage

Les cultes du cargo mangent les gens

Les cultes du cargo sont des groupes tribaux semi-religieux dont les membres pratiquent des rituels en l'honneur de leurs idoles en espérant que des cargos pleins à ras-bord de marchandises tomberont du ciel. Sauf que ces fanatiques déconneurs se...
10 août 2012, 10:10am

Des membres d'un culte du cargo sur l'île reculée de Tanna. Ils ont l'air plus intéressés par la construction de fusils en bois et par le fait de défiler sapés comme des officiers de l'armée américaine que les membres du culte du cargo de Papouasie-Nouvelle-Guinée qui ont été accusés de cannibalisme.

Il y a quelques semaines, on a publié un article sur les cultes du cargo basés sur l'île de Tanna dans l'océan Pacifique. Les cultes du cargo sont des groupes tribaux semi-religieux dont les membres pratiquent des rituels en l'honneur de leurs idoles – principalement un soldat américain imaginaire de la seconde guerre mondiale, le fameux « John Frum », et un monarque raciste bien trop réel, le prince Philip – en espérant que des cargos pleins à ras-bord de marchandises tomberont du ciel. Ah oui, ils croient aussi que quand ces cargos arriveront, tous les autres habitants de la planète se feront buter les laissant seuls maîtres du monde.

Jusqu’ici, tout cela a l'air plutôt inoffensif, un peu délirant, certes, mais globalement inoffensif. Sauf qu’à quelques milliers de kilomètres de ces fanatiques déconneurs, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, tout n'est pas aussi rose. Il se murmure que des membres d'un culte du cargo local auraient tué et mangé sept personnes.

J'étais choqué d'apprendre qu'une croyance aussi absurde puisse pousser des gens à en dévorer d'autres, j'ai donc décidé d'appeler l'inspecteur Jacob Bando, de la police royale de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il a participé à l'enquête qui a mené à la capture et à l'arrestation des cannibales, j'ai donc pensé qu'il serait en mesure de m'éclairer sur les faits.

VICE : Salut Jacob, tu peux m'expliquer ce qui se passe avec les membres du culte du cargo dans ton pays ?
Jacob Bando : Une de leurs croyances veut que lorsqu'ils tuent des gens, ils deviennent plus puissants – il s’agit de sacrifice humain, donc. Ce qu'ils ont fait, c'est tuer quelques personnes, les brûler et les cuire. Ils pensent que l'huile du corps humain va les renforcer.

Je vois. J'ai lu qu'ils mangeaient leurs victimes, également. Pourquoi ?
C'est aussi une de leurs nombreuses croyances : manger quelqu'un rend puissant. Et manger le cœur et les reins de la victime rend invisible. Ils croient aussi que s'ils accomplissent tout ça, des marchandises vont tomber du ciel. C'est parce que pendant la seconde guerre mondiale, le ravitaillement des troupes était parachuté, mais les caisses tombaient parfois entre les mains des indigènes. Et ils pensent donc que s'ils font des sacrifices, des cadeaux vont leur tomber du ciel. [__rires__]

Vous avez arrêté les responsables. Pouvez-vous nous décrire l'opération ?
Les proches des victimes, des gens qui vivaient dans les villages de Tangu et de Biam, ont été bouleversés par ces meurtres. Ils nous ont rapporté les faits en mentionnant les noms des personnes impliquées. Nous avons encerclé le village en plein milieu de la nuit. On a utilisé le dialecte de la tribu, on a réveillé tous les villageois et arrêté les membres du culte.

Ces membres du culte du cargo de Tanna vénèrent le Prince Philip. Ce qui est plutôt OK, comparé au fait de manger d'autres personnes.

On vous a opposé une résistance ?
Oui. Ils avaient des armes primitives, surtout des arcs et des flèches, qui sont maintenant au commissariat en tant que pièces à conviction. Mais ils ne pouvaient rien faire contre nos armes modernes.

Aucun policier ne s'est pris une flèche en pleine figure ?
Non, personne n'a été blessé. Mais les gens qui se sont fait arrêter ont pris une bonne dérouillée, ça leur servira de leçon. [rires]

Attendez, quoi ?! Vous les avez battus ?
Oui, c'est le mode opératoire classique ici. [Et il ne ment pas]

OK, donc qu'est-ce qui va leur arriver maintenant ?
Ils vont être jugés, c'est un crime très grave. On a assez de preuves. On a trouvé des corps.

Vous avez arrêté combien de personnes ?
À peu près trente.

Sur combien d'habitants ?
Le district doit comporter plus ou moins 42 000 habitants. Les cultes sont très petits.

Tous les membres du cultes se sont fait arrêter ou seulement les meurtriers ? Le culte perdure ?
C'est un groupe très restreint. Et il est très difficile de les identifier. Ça va prendre encore du temps pour tout mettre au clair. Les gens qui sont encore en liberté finiront bien par se faire arrêter. On doit convaincre les habitants que les cultes sont une mauvaise chose et que s'ils ont des informations, ils doivent nous les communiquer.

J'ai entendu qu'il y a une élection en ce moment. Les meurtres ont eu un impact sur la campagne, ou les résultats ?
L'élection a été légèrement décalée. Ils dissuadaient les gens d'aller voter, ils leur disaient de ne pas s’inquiéter, que des trucs allaient tomber du ciel.

Je vois. Des choses pareilles se sont déjà produites par le passé ?
Oui, des événements similaires ont pu avoir lieu. Par exemple en 2009, une fillette de 5 ans a été kidnappée, dans le district de Bogia. Ses ravisseurs ont cuit son corps pour l'offrir en sacrifice à leur dieu. En 2010, dans le même district, trois jeunes hommes ont été tués de la même façon.

Très bien, merci Jacob !

Plus de talkies-walkies en bois et de rituels exotiques :

L'ÎLE DU PACIFIQUE OÙ UN SOLDAT AMÉRICAIN MORT ET LE PRINCE PHILIP SONT DES DIEUX

ARCHIPEL DES PARADES