FYI.

This story is over 5 years old.

L’hydrofracturation m’a refilé la gonorrhée

En plus de l'équipement lourd nécessaire aux forages, la campagne américaine s’est également fait envahir par des hordes de travailleurs assoiffés de sexe et de drogues dures.
4.11.13

Image via

Des camions remplis d’équipements de forage et de produits chimiques industriels ont commencé à débarquer en masse dans des villes désertes de l'Amérique, afin d'extraire du gaz de schiste par « fracturation hydraulique ». L’hydrofracturation permet aux groupes énergétiques de fissurer la roche pour puiser dans des réserves souterraines de méthane et de pétrole autrefois inaccessibles, tout ça grâce à une injection sous haute pression d’eau, de sable et de produits chimiques comme le benzène et le formaldéhyde. En plus de l'équipement lourd nécessaire aux forages, la campagne américaine s’est également fait envahir par des hordes de travailleurs assoiffés de sexe et de drogues dures.

Les tours de forage ont fleuri dans plus de 17 États, parmi lesquels on peut déjà compter la Californie, le Texas, le Dakota du Nord et la Pennsylvanie. À en croire ce rapport du groupe Environment America, 82 000 puits ont été creusés depuis 2005. Des images satellite ont révélé que certaines zones des Grandes Plaines scintillaient presque autant que la ville de New York, du fait des lumières des tours de forage et des torchères de gaz.

L’industrialisation accélérée de ces campagnes a entraîné une tripotée de problèmes urbains en Amérique rurale. Alors que ses détracteurs se plaignent généralement de la pollution de l’air et de l’eau potable, du gaz des marais et des substances cancérogènes, ces opérations de forage ont également provoqué une augmentation de la prostitution, des affaires de crimes sexuels et du trafic de méthamphétamine.

« Il doit y avoir 80 mecs pour chaque femme », m’a affirmé un vétéran de l’industrie qui a pu assister à la prolifération récente de caravanes, de bars et de strip-clubs dans les prairies du Dakota du Nord. « Un pote à moi a ramené sa femme ici. S’il a le malheur de tourner le dos pendant qu’ils font leurs courses, plein de mecs se mettent à l’aborder. »

Afin de pallier la pénurie de logement pour les travailleurs de passage, des unités  de logements sociaux – qu’on appelle « camps pour hommes » – sont apparus un peu partout dans des centres de population autrefois très calmes. Vous avez 7,6 fois plus de chances de mourir sur une tour de forage que dans n’importe quelle industrie, donc c’est assez compréhensible que les ouvriers veuillent relâcher la pression dès que leur paie tombe. Malheureusement pour les petites villes, ces ouvriers ont une vision très débauchée du repos.

« Les prostituées font la passe à 300 $ », m’a confié un ouvrier qui préférait rester anonyme. « Mais si tu vois une femme dans un magasin ou dans la rue, elle va devenir nerveuse dès que tu lui diras bonjour. Certaines piquent carrément des crises de panique, parce qu’il y a des mecs très crus ici. »

Certains détracteurs sont même allés jusqu’à qualifier l’hydrofracturation de viol de la Terre, mais là où les extractions sont devenues courantes, de vrais viols ont été commis. Les violences faites aux femmes dans le Dakota du Nord et le Montana ont tellement augmenté que le département de la Justice a annoncé en juin qu’il souhaitait mener une enquête à un demi-million de dollars afin d’étudier cette éventuelle corrélation. En sollicitant des bourses de chercheurs, le département a émis l’hypothèse que « les camps de l’industrie du pétrole pouvaient avoir un impact sur la violence domestique, les violences entre hommes et femmes, les agressions et le harcèlement sexuel dans leurs communautés ».

Une étude séparée du groupe environnemental Food and Water Watch (FWW) publiée en septembre révèle que les cas de gonorrhée et de chlamydiose ont également grimpé en flèche, à raison d'une augmentation de 32,4 % dans les comtés industriels de Pennsylvanie. L’étude se fonde sur des statistiques collectées cinq ans avant et après le changement du Safe Drinking Water Act, qui exempte désormais les extracteurs de révéler la nature des produits chimiques utilisés au cours des forages – ce qui a permis une intensification de l’hydrofracturation. FWW s’est aussi appuyé sur des rapports de presse partout dans le pays afin de prouver la tenacité de ce problème :

 « Nous avons constaté que l’hydrofracturation entraînait toutes sortes de coûts sociaux pour les communautés touchées par les forages », a expliqué Emily Wurth, responsable du programme de FWW. « Ce sont les vrais coûts de l’hydrofracturation, et personne n’en parle, jamais. »

Outre les maladies sexuellement transmissibles, l’étude mentione une forte augmentation des accidents automobiles – plus de 7,2 % en Pennsylvannie, alors qu’une baisse de 12,4 % a été constatée sur les régions non affectées par le forage. Malheureusement, cet État est loin d’être un cas isolé.

« La plupart des chauffeurs routiers conduisent leurs camions à plus de 160km/h et doublent des camions-citernes lorsqu’ils se rendent à leur lieu de travail et qu’ils en reviennent », a poursuivi mon témoin anonyme.

Dans les zones les plus concernées par l’hydrofracturation, on note également une consommation accrue de méthamphétamine. Dans les campagnes du Colorado, où les puits ont poussé comme des champignons sur un paysage déchiqueté, les crimes liés à cette drogue ont carrément doublé la moyenne nationale.

Curtis Hakgen, un extracteur de l’Oklahoma récemment retraité, a déclaré que 95 % des mecs avec qui il avait eu l’occasion de bosser carburaient au café et aux boissons énergisantes afin de rester éveillés. Quand il m’a décrit son travail, j’ai facilement compris pourquoi certains avaient tendance à devenir agressifs.

« Avant, ils faisaient travailler trois équipes de cinq hommes sur une même plateforme, m’a expliqué Curtis. On travaillait huit heures d’affilée. Maintenant, il n’y a plus que deux équipes qui travaillent douze heures de suite. C’est vraiment dangereux. Beaucoup sont morts en s’endormant au volant alors qu’ils rentraient chez eux. » Tandis que des centaines de nouvelles tours de forage sont mises en place pour répondre à la demande croissante, des ouvriers sans expérience sont promus plus facilement,  ce qui provoque également plus d’accidents sur les sites d’extraction.

Cependant, Curtis ne partage pas l’avis véhément de groupes environnementaux comme FWW. Il accuse les écologistes paranoïaques (qui selon lui, sont secrètement motivés par d’autres intérêts liés au charbon) de dépeindre les ouvriers comme des violeurs malades et des maniaques drogués afin d’empêcher l’Amérique de puiser dans ses propres ressources naturelles.

Emily Wurth a fermement nié. Le groupe veut simplement que les « décisionnaires locaux » considèrent l’impact de l’hydrofracturation avant d’accueillir chaleureusement des sociétés de forage dans leurs communautés.

« Nous devons baisser notre demande d’énergie et déployer des programmes d’énergie renouvelable au plus vite » a-t-elle dit. Elle a ajouté que les ouvriers étaient les bienvenus s’ils voulaient se joindre aux écologistes pour obtenir des emplois plus sécurisés et eco-friendly.

L’explosion de Deepwater Horizon en 2010 est un parfait exemple. À l’instar de la fracturation hydraulique, le forage offshore montre à quel point les groupes énergétiques sont prêts à tout pour accéder à des sources de combustibles fossiles. Au cours du désastre, 11 ouvriers sont morts et 4,9 millions de litres de pétrole se sont répandus dans le golfe du Mexique. Plus tard, une commission fédérale en est arrivée à la conclusion que l’explosion avait été provoquée par un manque de régulation et de supervision chez British Petroleum (BP) et ses partenaires – TransOcean et Halliburton.

Pendant ce temps, les opérations de fracturation hydraulique continuent de se développer, reproduisant ainsi le scénario de BP sous terre. Selon les chiffres recueillis par Environment America, en huit ans, l’hydrofracturation a généré 280 milliards de litres d’eaux gaspillés, détruit plus de 145 000 hectares de terres, provoqué 450 000 tonnes de pollution atmosphérique en un an et ajouté 100 millions de tonnes de gaz de serre dans l’atmosphère.

Les fissures laissées par les extracteurs de gaz n’ont pas seulement poussé au vice, à la violence et aux pertes environnementales. De plus en plus de preuves montrent qu’ils provoquent aussi des tremblements de terre. Peut-être que les secousses sismiques —de même que les inondations et la famine associées aux changements climatiques– sont là pour nous prouver qu’il serait plus sage de laisser les restes de dinosaures liquéfiés tranquilles.

@JohnReedsTomb

Plus d’écologie :

TOXIC – CRISE DE L’EAU AUX ÉTATS-UNIS : NEW YORK

LA VALLÉE PÉTROCHIMIQUE

LA MORVE D’ANGUILLE IS THE NEW BLACK – Des chercheurs veulent vous habiller avec du mucus de poisson