FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

AFGHANISTAN - LES ELECTIONS A WARDAK

8.9.09

Ça a été plutôt compliqué de suivre l'actualité en Afghanistan ces derniers temps, à cause de la vague de violence et de corruption qu'ont entraîné les élections du 20 août dernier. L'idée selon laquelle les mecs qui luttent pour diriger le pays seraient les mêmes impliqués dans des affaires de violations des droits de l'homme, trafics de drogue et autres méthodes d'intimidation est complètement folle, mais ce n'est pas nouveau pour le peuple afghan… ni pour pas mal d'autres gouvernements. Pour résumer en un mot la situation, il y avait trois personnages principaux dans la course au pouvoir: l'actuel président Hamid Karzai du parti indépendant, le mec avec les mêmes nom et prénom Abdullah Abdullah et Ramazan Bashardost, lui aussi issu du parti indépendant. Avec 49% du scrutin, il semblerait que Karzai ait conservé son titre.

Nous avons demandé à notre ami Travis Beard, qui vit là bas depuis longtemps, ce qu'il en était réellement de cette élection, et pourquoi tout ceci nous semble tellement incompréhensible. Voilà ce qu'il nous a dit…

Les secondes élections présidentielles en Afghanistan ont eu lieu le mois dernier, dans un climat de violence et d'intimidation partout dans le pays. L'une des pires régions touchées en ces temps de scrutin était celle de Wardak, sur laquelle les talibans ont lancé une attaque au lance-roquette pour empêcher les habitants de se rendre sur le lieu de vote. L'un des pires incidents en terme de mortalité a eu lieu à Maiden Wardak, la capitale de la région et résidence du gouverneur Khalim Fidai, qui fut obligé de se cacher chez lui durant toutes les élections. Voici quelques photos que moi-même et mon ami David Gill avons prises ces derniers mois.

Ici, un policier à l'entrée d'un hôpital dans la région de Wardak : Maidan Shar.

Un policier vérifie l'intérieur d'une voiture à un check point.

Le gouverneur Halid Fidal regarde le ciel alors que des roquettes en tombent le jour des élections.

Un policier se protège des roquettes.

La queue pour aller voter.

Les gens avaient peur que les femmes puissent voter plusieurs fois, à cause de leur visage caché par la burqa.

Les stigmates d'une attaque au lance-roquette dirigée vers la mosquée d'un mollah qui a été aux côtés des américains.

Le mollah de la controverse.

Une affiche en faveur de la campagne de Hamid Karzai, déchirée par l'opposition.

Un garde surveillant le check point de Wardak.

Ce garde tient un AK 47 dans sa main, et 17 kilos de balles sur son corps.

Une affiche du favori à l'élection Abdallah Abdallah, devant une mosquée attaquée par les talibans.

C'est le détonateur qui a permis de lancer les roquettes sur la ville. Quand on l'a retrouvé, le téléphone indiquait « 1 appel manqué ».

Le colonel Gabel, de la base de Maiden Shar, exprime sa version des événements le jour des élections.

BRIONY WRIGHT
PHOTOS DE TRAVIS BEARD AND DAVID GILL