Photo

L’Étrange village des jumeaux

Dans la ville de Kodinji, en Inde, le taux de naissances de jumeaux est plus de cinq fois supérieur à la moyenne nationale – et ce sans aucune explication possible.
Glenn Cloarec
propos rapportés par Glenn Cloarec
4.7.16

J'ai entendu parler pour la première fois de cet étrange phénomène dans un journal local. L'article expliquait que, dans ce village nommé Kodinji et situé dans l'État de Kerala, au sud de l'Inde, le nombre de naissances de jumeaux était de plus de cinq fois plus élevé que la moyenne nationale. Ainsi, on pouvait y compter environ 440 jumeaux pour 14 600 habitants – un chiffre exceptionnel, même si les statistiques varient, et auquel il faut encore rajouter les faux jumeaux. Le reportage indiquait aussi que des experts médicaux étaient partis y enquêter, mais étaient revenus sans la moindre explication. Selon le docteur Sribiju, interrogé par le magazine Outlook, il se pourrait néanmoins qu'un facteur environnemental en soit responsable – il resterait cependant à identifier lequel. « Ce qui est très intéressant, c'est l'augmentation des naissances gémellaires au fil des ans, expliquait-il. Au cours des dix dernières années, le nombre de jumeaux à Kodinji a doublé. »

Publicité

Le sujet m'a aussitôt intéressé. J'ai moi aussi commencé à mener mon enquête et à chercher des informations sur Internet. Je suis tombé sur des images d'un photographe de la région. Il avait pris une photo avec une cinquantaine de jumeaux rassemblés. C'était incroyable, mais ses images étaient typiques des photos de presse et n'avaient pas vraiment d'intérêt visuel. J'ai donc décidé de m'y rendre, après avoir cherché un traducteur, un chauffeur et une famille chez laquelle je pourrais loger. Ma traductrice n'avait jamais entendu parler de cet endroit et était elle aussi très surprise d'en apprendre l'existence. En y allant, je voulais voir de mes propres yeux si c'était bien réel. C'était donc davantage pour satisfaire ma curiosité personnelle que pour y travailler.

Mis à part le phénomène qu'il hébergeait, le village n'avait rien de spécial. Il était même plutôt laid. Il s'agissait d'une ville typique du Kerala, avec sa végétation et ses rizières. Si les gens étaient très hospitaliers et avaient beaucoup d'humour, mes deux premiers jours là-bas ont été assez étranges. La plupart des jumeaux refusaient de se laisser photographier – ce qui est bizarre en Inde, où les gens aiment poser et où je n'avais jamais eu de problème auparavant, contrairement à ce qui peut se passer dans d'autres pays. Ainsi, les premiers jours, j'ai pris très peu de portraits. Ils me disaient tous qu'il fallait que j'obtienne d'abord l'autorisation du maire du village. Je suis donc allé voir ce dernier, qui m'a demandé de payer 2 000 dollars à « l'Association des jumeaux », en arguant que des photographes coréens et américains l'avaient déjà fait auparavant. Je lui ai répondu que jamais je ne paierais pour un reportage – en tout cas dans un cas comme celui-ci –, car cela était contraire à mon éthique. Finalement, j'ai rencontré l'enseignant du village. Il a accepté de m'aider si, en échange, je lui apprenais l'anglais.

Le maire essayait de profiter des journalistes intéressés par le village – ce que je peux en partie comprendre, car il n'y a pas beaucoup de travail là-bas… La plupart des gens sont fermiers ou gèrent une petite boutique. Si la majorité est musulmane et appartient à la classe sociale inférieure, j'ai aussi rencontré des jumeaux chrétiens et des gens de classe moyenne qui vivaient dans de grandes maisons.

Publicité

Cette expérience a été fantastique. Aujourd'hui, je travaille toujours dans les régions rurales de l'Inde. J'ai récemment commencé un projet sur les services de soins dans ces zones. Dans le même temps, j'en termine un autre sur Ghoramara, une île du golfe du Bengale qui pourrait être totalement submergée d'ici huit ans à cause du réchauffement climatique. L'Inde est un pays qui continue à me fasciner et à me surprendre chaque jour, malgré toutes les années que j'y ai déjà passées.

Jordi Pizarro est un photographe indépendant basé à New Delhi. Retrouvez-le sur son site et sur Instagram.