FYI.

This story is over 5 years old.

LES CHIENS NE FONT PAS DES CHATS MAIS PAS DES CHEVAUX NON PLUS

Un village roumain victime d’une épidémie de tremblements de terre

Pendant un mois, tous les jours, les habitants de Izvoarele ont cru que leur baraque allait s'effondrer
28 février 2014, 9:00am

Illustration by Michael Shaeffer

Izvoarele est un petit village de 1 000 habitants du sud de la Roumanie. Fin 2013, il a été confronté à un grave problème : à intervalles réguliers, des tremblements de terre survenaient. Entre le 23 septembre et le 15 octobre, tous les jours, des séismes (dont certains d’une intensité de 4 sur l’échelle de Richter) ont été constatés, et l’Institut national de physique de Roumanie en a enregistré plus de 250 durant cette courte période.

Si la presse roumaine a beaucoup couvert cette histoire, personne ne sait pourquoi le village a été frappé à de si nombreuses reprises. Des théories diverses existent. Selon certains, une vieille faille sismique aurait été réveillée par le forage pétrolier dans les environs ou par l’exploration du gaz de schiste. Pour d’autres, il s’agirait de la colère de Dieu. Pour les scientifiques, ni l’Homme de là-haut, ni les compagnies pétrolières ne sont responsables. « Ces séismes sont dus à des causes naturelles. La région a subi de fortes pluies et le sol est très sableux [_ce qui peut amplifier les -répliques_] », m’a dit Gheorghe Ma˘rmureanu, un sismologue -roumain. « Ça n’a rien à voir avec les plates-formes pétrolières. »

Le 15 octobre, l’Institut national de physique de Roumanie a publié un rapport préliminaire jugeant l’activité sismique « inhabituelle » et n’a pas totalement exclu la responsabilité de l’homme. Selon un article de -NewsRomania.com,- dans l’ensemble, les scientifiques estiment que « les tremblements de terre n’ont pas été causés par des facteurs tels que les inondations ou le forage ». J’ai appelé Ion Neculau, maire de Slobozia Conachi, commune dont Izvoarele fait partie. Il m’a dit que les tremblements de terre se calmaient et qu’il n’y avait donc plus rien à en dire. « Les machines installées alentour indiquent toujours de légers tremblements permanents », m’a-t-il appris. Cependant, ils n’auraient rien d’inquiétant : « La situation s’est stabilisée. La vie est à nouveau normale. »

Quand j’ai appelé Gheorghe Casian, le seul villageois listé dans l’annuaire, il a émis un tout autre son de cloche. « Nous avons peur tous les soirs. Nous ne pouvons pas dormir à cause des tremblements. Mais ça ne ressemble plus à des explosions dans le sol comme avant. Bien que les autorités affirment le contraire, je pense qu’ils sont dus aux plates-formes pétrolières. Nous vivons dans la peur que nos maisons s’écroulent. »

Ainsi, personne ne sait pourquoi les tremblements de terre ont commencé si soudainement, ni pourquoi ils se sont arrêtés. À l’heure où j’écris ces lignes, Izvoarele reste donc à la merci de Dieu.