FYI.

This story is over 5 years old.

News

Des nouvelles de la ramasse

Des bombes, des retours inespérés, des procès, des dictateurs et plus de trucs qui se sont passés quand vous étiez bourrés.
26.8.13

Les Nations Unies ont le feu vert pour enquêter sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie
Selon toute vraisemblance, Bachar al-Assad se fout d’être condamné pour crime contre l’humanité

(via)

(photo via)

Le régime de Bachar al-Assad a accordé, dimanche, la permission à l’ONU d’enquêter sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Cette permission fait suite aux énormes soupçons des pays occidentaux et de l’OTAN depuis plusieurs mois sur l’utilisation par l’armée syrienne de gaz neurotoxiques. Mercredi dernier, la dernière attaque chimique présumée aurait fait plus de 1 000 morts en bordure de Damas.

Publicité

Dans une interview accordée au journal russe Izvestia – exemple d’indépendance détenu en majorité par le gouvernement Poutine, allié principal du régime syrien – le président al-Assad a expliqué que « Les déclarations faites [par des hommes politiques américains et européens] sont une insulte au bon sens. […] C'est un non-sens : accuser d'abord et recueillir les preuves ensuite. »

En juin dernier, deux journalistes du Monde avaient fourni aux autorités françaises des échantillons prélevés sur des cadavres en Syrie et dont l’analyse avait révélé la présence de gaz sarin. Même si l’utilisation de ce gaz est interdite depuis 1993 par la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CIAC), la Syrie fait partie des six États qui, à l’époque, avaient sobrement refusé de signer cet accord. Il est donc très probable qu’Assad soit coupable, et qu’à l’image de tous les événements survenus en Syrie ces deux dernières années, il n’en ait pas grand-chose à foutre.

Hosni Moubarak a refusé de se présenter à son procès
En conséquence, les Frères musulmans incarcérés ont eux aussi dit à la justice égyptienne d’aller se faire foutre

(via)

(photo via)

Le président égyptien déchu il y a deux ans Hosni Moubarak, ne s’est pas présenté à son procès ce dimanche 25 août. Accusé de « complicité de meurtre » de centaines de manifestants lors des révoltes de janvier et février 2011 – à l’issu desquelles il avait fini par quitter le pouvoir, après trois décennies à la tête du pays – il risque aujourd’hui la peine de mort. Si tout se passe bien, Moubarak devrait être jugé au cours de la septième audience, qui aura lieu le 14 septembre prochain.

Publicité

Le procès de Mohamed Badie, Guide suprême des Frères musulmans, et de ses deux adjoints, a également été reporté au 29 octobre car, là encore, aucun des accusés n’était présent à l’audience. La justice égyptienne a sommé la police de dorénavant présenter les accusés – qui risquent aussi la peine de mort pour « complicité de meurtre » – le jour prévu, espérant sans doute prouver au monde entier que le pays, au bord du gouffre depuis le mois dernier, continue de prospérer.

Une photojournaliste de 23 ans a été victime d’un viol en réunion à Bombay
Une pratique courante dans la mégalopole indienne réputée « sûre » pour les femmes

(via)

(photo via)

Une jeune journaliste a été victime d’un viol en réunion, jeudi dernier, à Bombay, alors qu’elle prenait des photos dans un quartier chic de la ville pour le magazine dont elle est stagiaire. Son collègue, qui s’est interposé, a été battu et attaché tandis que cinq hommes violaient la jeune femme. Ses cinq agresseurs ont été arrêtés dans le courant du week-end et la vie de la victime n’est – heureusement – pas en danger.

Bombay est pourtant réputée « plus sûre » pour les femmes que la capitale indienne New Delhi, où plusieurs viols ont eu lieu ces derniers mois, dont celui d’une étudiante de 23 ans, agressée, battue, violée à bord d’un bus, puis jetée sur le trottoir, où elle avait finalement succombé à ses blessures. Ce drame avait alors soulevé une vague de manifestations dans le pays, où la population ne supporte plus le laxisme dont la justice et la police font preuve par rapport au traitement des violences faites aux femmes.

Publicité

Une série d’attentats a fait 48 morts à Bagdad
Les violences en Irak n’avaient plus été si intenses depuis 2008

(via)

(photo via)

Deux voitures piégées, une bombe placée en bord de route et d’autres attaques à la bombe ont fait 48 morts ce dimanche, dans la région de Bagdad, en Irak. L’un des attentats qui visait spécifiquement un mariage chiite, a provoqué cinq morts. Ce type d’attaques aux heures de pointe, en fin d’après-midi ou en soirée – pour la plupart, revendiquées par Al-Qaïda – s’est multiplié dans le pays ces quatre derniers mois.

Selon des sources médicales et de sécurité, les attaques en Irak ont fait 3 600 morts depuis le début de l’année 2013 ; juillet est quant à lui le mois le plus meurtrier qu’a connu le pays depuis 2008. Le premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a promis de multiplier les actions en vue d’arrêter les auteurs de ces violences. Il a expliqué que « plusieurs dizaines d’islamistes sunnites avaient récemment été tués » tandis que « des centaines [avaient] été arrêtés. »

Deux mutineries ont eu lieu en 48 heures dans la prison de Châteaudun
Selon leurs dires, ils ont fait ça parce qu’ils « se faisaient chier »

(via)

Une trentaine de détenus ont mutiné le centre de détention de Châteaudun, dans l’Eure-et-Loir, en fin de semaine dernière. Ils se sont réunis dans deux cours de la prison puis ont fait pression sur le grillage principal pour le faire tomber, avant de se diriger vers la zone neutre du pénitencier, saccageant au passage les grillages qui leurs barraient la route. Ils ont ensuite caillassé les surveillants, lesquels ont répliqué par des tirs de flash-ball, avant d’être maitrisés par les équipes régionales d’intervention et de sécurité appelées en renfort. La veille, les détenus avaient suivi le même scénario et tenté d’incendier un poste de commandement.

Publicité

Apparemment, aucune revendication ne ressortirait de ces émeutes organisées dans l’un des seuls centres de rétention français épargné par la surpopulation carcérale. Selon François Korber, délégué général de l’association de défense des prévenus Robin des lois, et lui-même ancien détenu : « Depuis dix ans se déverse là toute la misère de l'Ile-de-France. L'établissement est composé à 80 % de jeunes des cités de la banlieue parisienne, qui y transposent leurs codes, la violence, le non-droit. »

DSK va sortir un bouquin
Il y parlera – évidemment – de tout sauf de ce-que-vous-savez

(via)

(photo via)

Selon le Journal du dimanche, Dominique Strauss-Kahn publiera le 15 octobre prochain un livre sur son expérience en tant que patron du Fonds monétaire international. Et non pas sur l’autre truc. Il y parlera donc de sa perception de la crise financière et « livrera des anecdotes sur les acteurs politiques qu’il a rencontrés » durant ses trois années à la tête du FMI, duquel il a dû démissionner après l’affaire du Sofitel à New York en mai 2011 – si vous vous réveillez d’un coma de deux ans, il avait alors été inculpé pour avoir violé Nafissatou Diallo, l’une des femmes de chambre.

Aujourd’hui, toute cette histoire est derrière lui, mais il a pourtant été renvoyé devant un tribunal français pour « proxénétisme aggravé en réunion » dans l’affaire – toute aussi salée – du Carlton de Lille. À ce point que les magistrats l’auraient qualifié de « roi de la fête ».

Suivez Maxime sur Twitter : @XimeLelong