FYI.

This story is over 5 years old.

LE NUMÉRO DES CAUSES PERDUES

À quoi ressemblera la fin des temps ?

Dans l’histoire, la fin a toujours été proche. Il est facile de s’égarer dans le spectacle de l’incertitude qui affecte notre propre existence et de perdre de vue les choses qui pourraient vraiment tous nous tuer.
5.2.13

Illustration : John Bogan

Dans l’histoire, la fin a toujours été proche. Il est facile de s’égarer dans le spectacle de l’incertitude qui affecte notre propre existence et de perdre de vue les choses qui pourraient vraiment tous nous tuer. Stuart Armstrong est chercheur à l’Institut du futur de l’humanité de l’université d’Oxford. Sa mission est prospective : élaborer des scénarios des apocalypses qui pourraient anéantir toute vie humaine. Stuart a été assez sympa pour me résumer les quatre scénarios les plus probables. L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
« Soit ça nous tuera, soit on s’y fera. Même si on obtient juste des IA de niveau humain, ces choses pourront être dupliquées et entraînées ; on pourra sélectionner les meilleures et les mettre en réseau pour former des supercomités avec un niveau d’intelligence équivalent à, disons, les cerveaux combinés d’Edison, Einstein, George Soros, Bill Clinton, Oprah, Platon, Goebbels et Steve Jobs – chaque entité brillant dans son propre domaine, et, mise en réseau avec les autres, traitant les informations un million de fois plus vite qu’un être humain moyen. » LA BIOLOGIE SYNTHÉTIQUE
« Avec la capacité de programmer des cellules de la même manière qu’on programme des ordinateurs, vient la capacité de façonner des virus, des bactéries et des cellules animales pour répondre à des objectifs spécifiques, potentiellement meurtriers. Des sortes de superhackers travaillent déjà à élaborer des génomes qui peuvent s’exprimer et se propager. » LES NANOTECHNOLOGIES
« Avec les nanotechnologies, on peut construire des machines à toute petite échelle à des fins d’espionnage ou militaires. Ça pourrait rendre obsolètes les rapports diplomatiques et permettre à n’importe quel petit État de se construire un arsenal en une seule journée, déstabilisant le monde entier. » LA GUERRE NUCLÉAIRE
« Les armes de la guerre froide n’ont pas été détruites et leur potentiel létal n’a pas diminué. De récentes recherches ont démontré que le scénario de l’hiver nucléaire restait plausible, même en cas de conflit nucléaire à petite échelle. Et la prolifération reste une possibilité pérenne, surtout si les développements technologiques permettent aux acteurs non étatiques d’être de la partie. »