FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

LA FÊTE DE SAINT JUDE THADDÉE À MEXICO

13.10.10

Si vous vous baladez à Mexico le 28 de n'importe quel mois, vous vous demanderez sans doute pourquoi plein de cailleras déambulent dans les rues en portant la statue d'un barbu. C'est la fête de San Juda Tadeo, le patron des causes perdues et des cas désespérés. Il a plein de fans mexicains hardcore. À vrai dire, on l'aime tellement ici que cette célébration annuelle est devenue mensuelle - l'Église a toujours su saisir une occasion de renflouer ses caisses en faisant la fête. Des milliers de personnes se rassemblent près de l'église de St. Hipolito, le long de l'Avenida de la Reforma, pour célébrer leur saint préféré de façon stylée.

Je ne comprends rien à ce mec. Pourquoi sa statue a une banane ? Sa mère m'a tout expliqué en espagnol, mais elle parlait tellement vite que mon cerveau n'a pas réussi à comprendre ce qu'elle disait. Cela dit, la casquette de baseball force le respect.

Mon photographe soutient que Juan Carlos était défoncé à la colle. Je n'ai rien remarqué mais c'est carrément possible. Il n'y a que deux choses plus populaires que San Juda au Mexique : la colle, et Christian Audigier.

Beau scapulaire 8-bit. Jael a mis tout un jour pour le faire. Il a appris à tisser lors d'un séjour en prison.

Ça, c'est David. Il a 17 ans et se fout complètement de ce que vous pensez de sa coiffure. Cette péninsule bleue n'est pas l'œuvre d'amis mal intentionnés qui l'auraient tondu après une nuit riche en tequila/colle. Non, cette coiffure, il la voulait. J'aime bien les fausses boucles d'oreilles Chanel sinon.

Paola et Belen, deux sœurs qui adorent porter les même fringues. Elles ne sont pas jumelles, mais elles aiment bien embrouiller tout le monde au lycée en se faisant passer l'une pour l'autre.

Tout le monde ne s'habille pas forcément pour l'occasion, mais si t'as pas ta statue t'as rien à foutre ici.

Synchronisation vestimentaire familiale.

Dulce (qui signifie « douce », en espagnol) a deux statues parce que sa mère ne pouvait pas venir mais voulait qu'on lui bénisse son saint.

Pas envie de superposer les rangées de perles et autres colifichets à la gloire du saint ? Vous pouvez toujours vous glisser dans ses fringues.

Cette petite a le look et l'attitude stoïque des plus grands saints.

Combien de litres d'encre auront été versés sous les peaux mexicaines ?

Au crépuscule, la fête continue et devient même plus « sauvage ». Je n'ai jamais vraiment vu le visage de cette fille mais je crois qu'elle était super belle.

TEXTE : VALERIA COSTA-KOSTRITSKY

PHOTOS : ELIZABETH-ROSALES ET DAVID SANDOVA