En écoute : Bad Pelicans, l'idiotie punk retrouvée

Le nouveau maxi du trio garage punk parisien sort demain chez Chrysanthem Records​. Vous pouvez l'écouter dès à présent ici.
06 février 2020, 10:44am
Nouvel album Bad Pelicans

Mine de rien, on tombe de moins en moins sur des groupes de punk vraiment débiles – ce qui est souvent un mal pour un bien par ailleurs. Comme si l’envie de séduire, de vendre quelque chose, d’être aimable envers son prochain avaient pris le pas sur tout le reste, et disqualifié d'office toute notion de danger ou de désobligeance – ce qui est parfois bien utile en musique.

C’est sans doute pour ces raisons que j’étais passé à côté des Parisiens de Bad Pelicans. Ne serait-ce qu’à cause de leur nom, ce préfixe « Bad » qui indique souvent des intentions assez feignantes, en plus d’être d’un goût douteux. Ajoutez à ça des vieilles démos qui trainent sur leur Soundcloud, flanquées de titres comme « Pavline McShit » ou « Covch Pizza », ce qui pourrait achever de me refroidir d’entrée, ou en tout cas de me dire que j’ai passé l’âge des blagues à base de pet.

L'erreur de l'époque donc, c'est qu'on en vient à oublier que la fainéantise et le mauvais goût sont justement ce qui fait historiquement le sel du garage, du punk, du grunge, psychédélisme et autres affiliés. Mais encore faut-il savoir se servir de cette idiotie, de savoir vers où la diriger, à défaut de badigeonner de caca la tête du premier auditeur venu – ce qui peut être marrant un temps mais a connu ses limites dans le passé.

Heureusement, il suffit d’écouter le maxi Underground du trio parisien qui, après avoir sorti l’album d'obédience plus pop Best Of l’an dernier (qui, non, n’était pas un best of), plonge cette fois les mains dans le bain d'acide, pour se rendre compte que leur débilité apparait comme salutaire. Quatre morceaux tellement fiers d’être idiots, sales, rugueux, violents, sans calcul, qu’on en vient à chérir ces bonheurs, de plus en plus rares et précieux, de se retrouver en présence d’un petit disque produit avec une patate et un magnétophone. Et qui a l'air de n'avoir été conçu que pour vous déchirer les tympans avec le sourire.

Le maxi Underground de Bad Pelicans sort demain chez Chrysanthem Records. Vous pouvez l'écouter ci-dessus. À noter que la release party aura lieu le 12 février à la Boule Noire.

Marc-Aurèle Baly est vaguement sur Twitter.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.