Capture d’écran 2021-11-16 à 13
Un verre de lait d'amande. Photo : Lavinia Martini 

C’est quoi le minimalisme en cuisine ?

« Il ne s'agit pas vraiment d'économiser de l'argent, même si c'est une conséquence naturelle. Il s'agit plutôt d'éviter le gaspillage. »
17.11.21

« J’ai un lit, une chaise et une radio », dit Joshua Fields Millburn dans le documentaire Minimalism: A Documentary About the Important Things, sorti en 2015 sur Netflix. C'est à peu près l’idée que les gens se font d'un minimaliste : un type debout dans une pièce à moitié vide, en train de se demander si une bouteille d'eau « procure de la joie ». Avec Ryan Nicodemus, Milburn a formé le duo The Minimalists. À la fois podcasteurs, blogueurs, auteurs et réalisateurs de documentaires, les deux hommes ont contribué à la promotion du minimalisme au cours de la dernière décennie.

Publicité

Bien sûr, Millburn et Nicodemus n’ont pas inventé le minimalisme. Ancré dans le design du Bauhaus, qui visait à combiner l'esthétique et la fonction, le minimalisme est apparu dans le New York des années 1960, lorsque des artistes comme Frank Stella, Donald Judd et Sol LeWitt ont introduit dans le monde de l'art une forme de beauté plus simpliste et harmonieuse. L'approche minimaliste a ensuite été appliquée à la musique et à la littérature, avant de s'étendre au style de vie. Aujourd'hui, le minimalisme ne consiste pas seulement à célébrer une forme de beauté épurée, mais se présente comme une réaction au consumérisme, à l’achat compulsif, à l'obsession de l'argent et au gaspillage.

De la mode à l’entretien du foyer, le minimalisme a été adopté par des millions de personnes à travers le monde. L'un des aspects les moins connus de cette philosophie est son application à l’alimentation. En réalité, il existe des définitions plutôt contradictoires de ce qu’est un régime minimaliste, car le concept n'est pas vraiment gravé dans le marbre. 

Millburn explique qu’il a changé de point de vue et considère désormais la nourriture comme un « simple carburant », ce qui l'a aidé à devenir plus sain. « Mais ça ne veut pas dire que je n'aime pas manger – j’adore ça, poursuit-il. La différence, c'est que je ne me tourne pas vers la nourriture pour me divertir, pour me réconforter ou pour me sortir des moments difficiles. »

Publicité

Dans leurs posts, les Minimalists conseillent de ne manger que deux fois par jour, de privilégier les plats simples et les aliments complets légèrement cuits. Pas de boissons sucrées, pas d'aliments transformés. L'objectif, disent-ils, est d’éviter le gaspillage, de réduire l'impact négatif de la nourriture sur nos vies et de faire en sorte qu’elle ne devienne pas une obsession.

Parmi les autres partisans de ce mouvement, citons la diététicienne canadienne Bri de Frugal Minimalist Kitchen, la photographe culinaire américaine Lucia Lee, et Minimalist Bakers, un site qui ne répertorie que des recettes pouvant être réalisées en 30 minutes ou moins, avec un maximum de 10 ingrédients ou en utilisant un seul récipient. 

« Beaucoup de plats italiens sont minimalistes par nature, explique l’influenceuse minimaliste italienne Irina Potinga. Les pâtes à la sauce tomate, par exemple, sont si bonnes et pourtant si simples. » Bien sûr, cela ne correspond pas à la définition d'une alimentation minimaliste selon Millburn, car les pâtes sont un aliment transformé largement considéré comme mauvais pour la santé par le gang des sans gluten qui s'est emparé du monde du bien-être. Mais en Italie, pays qui a l’une des plus longues espérances de vie au monde, c'est un aliment de base. 

spazio grigio, youtube, dispensa, minimalismo.png

Irina Pontiga. Photo publiée avec son aimable autorisation.

Pour Pontiga, le minimalisme en cuisine consiste plutôt à préparer des plats rapides et simples avec une poignée d’ingrédients qu'elle maîtrise bien. « Cela me permet de manger des plats sains faits maison et de ne pas avoir un garde-manger rempli de produits que je ne sais pas utiliser », dit-elle. Avant d'ajouter un nouvel ingrédient à sa liste, Pontiga aime faire des recherches et s'assurer qu'elle saura préparer ce qu'elle achète.

Publicité

« Il ne s'agit pas vraiment d'économiser de l'argent, même si c'est une conséquence naturelle. Il s'agit plutôt d'éviter le gaspillage », dit-elle. Dans ses placards, on trouve de la passata, des pommes de terre, des pâtes, du riz et des conserves, qu'elle complète avec des légumes frais.

Selon sa définition, une alimentation minimaliste signifie également avoir des placards bien rangés et bien organisés, prévoir ses repas de la semaine à l’avance avec une liste de courses précise et cuisiner avec le moins d'ustensiles possible pour éviter de perdre un temps précieux à nettoyer la vaisselle. En respectant un planning et en évitant les préparations de dernière minute, vous ne céderez pas non plus à la tentation de commander des plats à emporter ou de sortir dîner au restaurant trop souvent, surtout après une longue journée de travail. 

Terra copenaghe.jpg

Le restaurant Tèrra à Copenhague. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Valerio Serino.

En parlant de sortir dîner, à quoi ressemble une expérience minimaliste dans un restaurant ? Cela peut aller des plats préparés avec peu d'ingrédients aux petites portions, en passant par l'adoption d'aliments crus et la présentation esthétique de l'offre, du décor et du menu. La nourriture minimaliste n'est pas nécessairement végétalienne, végétarienne ou crue, mais de nombreux minimalistes s'en tiennent à ces régimes. 

En ce sens, le food-porn, les buffets à volonté et la gastronomie moléculaire sophistiquée sont à l'opposé de la philosophie minimaliste. Selon les blogs sur le sujet, l'alimentation minimaliste peut faire référence à beaucoup de choses, du rejet de la grande distribution jusqu'à la consommation exclusive de produits locaux de saison.

Publicité
Capture d’écran 2021-11-16 à 13.50.36.png

Du pain et du fromage, le minimalisme alimentaire à son niveau le plus minimal.

La cuisine scandinave est peut-être la plus minimaliste de toutes. La journaliste gastronomique norvégienne Melissa Fort cite l’exemple de la tradition du « déjeuner d’Oslo », qui consiste à manger une ou deux tranches de pain de seigle avec de la margarine et du fromage pour le déjeuner, et ce, jour après jour.

Né dans les années 1930 dans le cadre d'un programme gouvernemental destiné à nourrir les enfants pauvres à l'école primaire, ce menu tout simple est toujours apprécié par des millions de personnes dans l'un des pays les plus heureux du monde. Il peut être ennuyeux de manger la même chose tous les jours, mais « cela vous garde en forme, et vous n'avez pas à vous soucier de ce que vous allez faire pour le déjeuner et de ce que cela va vous coûter », écrit Fort.

portfolio_autumn_14.jpg

Le restaurant Tèrra à Copenhague. Photo publiée avec l’aimable autorisation de Valerio Serino.

Valerio Serino, un chef italien qui a ouvert son propre restaurant, Tèrra, à Copenhague, tente de mettre en œuvre certains de ces concepts. « Ici, le minimalisme fait partie de la culture, il est compris comme une fonctionnalité pure », explique Serino. Comme Pontiga, il trouve que la cuisine italienne est généralement assez minimaliste, car elle est basée sur des ingrédients simples et d'origine modeste.

« Même si je vis à Copenhague, je porte en moi cet héritage culturel, alors j'ai commencé à mélanger les deux cultures, italienne et nordique, dans ma propre interprétation de la cuisine minimaliste, explique-t-il. Pour moi, le minimalisme consiste aussi à utiliser principalement des ingrédients d'origine végétale et pratiquement aucune graisse et protéine animale pour créer un menu simple. »

Publicité

Pour certaines personnes, l'adoption d'un régime minimaliste est l'occasion de réécrire leur relation avec la nourriture dans un monde où elle est presque trop disponible. Trop de choix, trop de graisses, trop d'appareils de cuisine peuvent être une source de stress, d'ennui, de nervosité. 

Les Minimalists proposent d'essayer la règle des 90/90. « Prenez un objet. N'importe lequel. L’avez-vous utilisé au cours des 90 derniers jours ? Si la réponse est non, allez-vous l’utiliser au cours des 90 prochains jours ? Si la réponse est encore non, vous pouvez vous en débarrasser », peut-on lire sur leur blog. La plupart des gens appliquent cette règle à leurs placards, leurs débarras ou leurs meubles, mais elle peut aussi être utile dans la cuisine.

La prochaine fois que vous ferez vos courses, posez-vous ces questions : « Vais-je manger ou cuisiner ce produit dans les 90 prochains jours ? » ; « Ce produit risque-t-il de pourrir dans mon frigo ? » ; « Cet aliment est-il durable ? » ; « Ai-je assez de choses à grignoter si j'ai faim ? » 

Vous pouvez aussi choisir de planifier sérieusement vos repas et d’aller au supermarché une seule fois par semaine. Le minimalisme alimentaire consiste plutôt à appliquer un état d'esprit minimaliste à la nourriture, quoi que cela veuille dire pour vous.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.