Société

On a (vraiment) lu le rapport de la CIA sur l'état du monde en 2040

Sous Obama, ce rapport mettait en garde contre un risque important de pandémie dans les années 2020. Cette fois, les choses pourraient être pires.
Justine  Reix
Paris, FR
14.5.21
rapport de la CIA sur l'état du monde en 2040
Santa Rosa, en Californie. 2020. Samuel Corum / AFP

Soulèvements des peuples, réchauffement climatique et utilisation à mauvais escient des intelligences artificielles… Le résumé ne donnait déjà pas trop envie alors à la fin de la lecture de ce rapport, on a clairement eu envie de se cadenasser à double tour pour ne plus jamais sortir de chez nous. Et surtout, on a perdu toute envie d’avoir des enfants. Les pauvres bébés nés en 2020 n’ont déjà pas eu de chance mais en plus de ça leur avenir prédit par la CIA a l’air épouvantable. En comparaison, avoir 20 ans en 2020, ça n’a pas l’air si mal que ça finalement.

Publicité

À chaque nouveau mandat présidentiel américain, la CIA et le National Intelligence Council (NIC) remettent au chef du gouvernement, élu ou réélu, leur prévision sur le futur de notre planète dans 20 ans. Différents scénarios sont étudiés et bon nombre de ces précédents rapports ont souvent donné raison à la CIA. En 2009, Barack Obama avait par exemple été prévenu d’un risque très important de pandémie mondiale pour les années 2020.

« Les auteurs y listent les effets sur le long terme du réchauffement climatique sur notre planète »

Le nouveau président démocrate Joe Biden a donc reçu sur le bureau ovale de la Maison-Blanche ce rapport sur 2040. Ce document rendu public et intitulé “Un monde plus contesté” vient de paraître en français aux éditions des Équateurs. Au programme, cinq grands scénarios et plusieurs thématiques qui feront notre avenir. L’agence de renseignements américaine alerte principalement sur les conséquences du dérèglement climatique et les dérives liées au progrès technologique.

Le document aborde pour la première fois le changement climatique. Les auteurs y listent les effets sur le long terme du réchauffement climatique sur notre planète. Contrairement à aujourd’hui où seulement certains pays sont concernés par ces problématiques, personne ne sera épargné. Le manque de disponibilité des ressources et les migrations seront croissants. L’urbanisation rapide et la mauvaise gestion des terres et des ressources intensifieront le changement climatique. Les régions encore dépendantes de l’agriculture pluviale comme l’Afrique subsaharienne ou encore l’Amérique centrale seront particulièrement touchées par cette crise alimentaire et climatique.

Autour des années 2030, les effets physiques du réchauffement climatique devraient se faire sentir avec une hausse constante des températures qui s’accompagnera de sécheresses extrêmes, d’inondations et de tempêtes. En partant du principe que le réchauffement climatique n’aura pas été significativement freiné (ce vers quoi nous tendons actuellement) beaucoup de pays privilégieront la géo-ingénierie climatique. Le principe : manipuler et modifier le climat grâce à différentes technologies. Une pratique qui propose une solution à court terme avec un caractère correctif plutôt que préventif.

Publicité

Mais la hausse des températures n’est pas le seul problème à peser sur nos épaules. Si le progrès numérique nous proposera de nouvelles solutions pour lutter contre le réchauffement climatique, il est aussi la principale cause de nos soucis selon la CIA. Vous avez l’impression d’être déjà trop entouré d’écrans ? Attendez de voir 2040 où une grande partie de la société sera automatisée avec des milliers de milliards d’objets connectés.

Heureusement, cette avancée technologique améliorera une bonne partie de notre vie. Améliorations des soins de santé, découvertes dans le milieu médical, sécurités des transports, éducation et agriculture font partie des nombreux milieux qui bénéficieront de ces progrès. Mais ces innovations apporteront aussi leurs lots de tensions et de perturbations. La course mondiale à la suprématie technologique s’intensifiera tandis que l’intelligence artificielle amènera à des dérives encore jamais atteintes.

En effet, la CIA s’inquiète particulièrement de l’adoption généralisée de l’intelligence artificielle et de son utilisation dans le domaine de la guerre. Le rapport présente un risque important d’utilisation de l’intelligence artificielle à des fins terroristes avec des attaques pilotées à distance plus faciles à organiser, plus violentes et plus fréquentes.

« Alors que le décalage entre les gouvernements et les peuples se creuse de plus en plus, une rupture pourrait amener dans le pire des scénarios possibles à un soulèvement massif et sans précédent »

Autre grande difficulté amenée par le rapport : la reprise post Covid-19. Alors que l’on ne s’imaginait pas encore penser au virus en 2040, ce dernier compte bien nous poursuivre encore un temps. Même dans vingt ans, notre économie ne sera pas tout à fait remise de cette crise qui est le bouleversement le plus significatif que nous avons pu vivre depuis la Seconde Guerre mondiale selon la CIA.

La conséquence directe de cette crise est bien entendu économique avec un grand nombre de dettes lourdes à porter et rembourser mais aussi sociale avec une grande difficulté à trouver un emploi, notamment pour les jeunes générations. La crise devrait également accentuer la baisse de confiance du peuple envers le politique. Et oui, les Gilets jaunes pourraient bien être de retour en 2040 et ce dans le monde entier. Au point de faire craindre la CIA pour l’avenir des démocraties. Alors que le décalage entre les gouvernements et les peuples se creuse de plus en plus, une rupture pourrait amener dans le pire des scénarios possibles à un soulèvement massif et sans précédent.

La tendance la plus certaine pour les prochaines années reste la démographie. Si nous avons aujourd’hui l’impression d’être nombreux sur Terre, nous serons surtout très âgés en 2040. La croissance de la population mondiale ralentissant, certains pays notamment en Europe et en Asie de l’Est verront leur population vieillir plus vite que la moyenne, ce qui pèsera sur leur croissance économique.

Sur les cinq grands scénarios abordés dans le rapport, trois proposent une issue relativement positive. Un premier imagine une coopération mondiale autour des défis climatiques et économiques qui permet d’éviter des conflits. Un deuxième propose un partenariat entre la Chine et l’Union européenne avec pour même objectif que le précédent scénario : la lutte en commun contre les catastrophes climatiques qui touchent tous les pays et qui ont amené à une crise alimentaire mondiale. Un dernier scénario “positif” propose une réconciliation entre les démocraties et les peuples. Les tensions sociétales s’apaisent grâce à une confiance du public retrouvée envers les institutions démocratiques.

« Le rapport estime que Paris sera la deuxième ville la plus peuplée en Europe en 2035, juste après Istanbul »

Deux autres hypothèses, cette fois beaucoup plus pessimistes, sont imaginées. La CIA propose un scénario contraire au précédent où les pays de l’OCDE se retrouvent en proie à une croissance économique en berne et une montée des divisions sociétales toujours qui amènent à différentes instabilités dans le monde. Le dernier récit s’avère être le plus sombre. Dans celui-ci, le monde se retrouve fragmenté en plusieurs blocs économiques et sécuritaires notamment entre différents continents. Leurs priorités seront tournés vers l’autosuffisance et la défense, laissant de côté un problème pourtant global : le climat.

Et la France dans tout ça ? D’ici à 2040, notre pessimisme français qui fait notre charme ne devrait faire que grandir. Les pays développés comme la France, l’Allemagne ou le Japon seront encore plus pessimistes qu’en 2021 (oui c’est possible) concernant leurs familles et leur situation en général. On n’est pas prêt de croiser quelqu’un de souriant dans le métro de sitôt. Et en parlant de la capitale, le rapport estime que Paris sera la deuxième ville la plus peuplée en Europe en 2035, juste après Istanbul. Une mauvaise nouvelle pour le loyer des Parisiens qui ne risque pas de baisser.

Pour la première fois depuis son lancement, il y a sept mandatures de cela, ce rapport est alarmant. Souvent considérés trop optimistes, la CIA et le NIC jugent aujourd’hui l’enjeu trop important et se préfèrent fatalistes pour éviter des décisions politiques à court terme. Espérons que contrairement à la pandémie, le scénario catastrophe de ce rapport puisse être écarté au profit d’un 2040 où il ne sera pas déjà trop tard.

Justine est sur Twitter.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.