Santé

Ce qui se passe lorsque vous mélangez les antidépresseurs et la drogue

Consommer de la drogue alors que vous êtes sous antidépresseurs peut provoquer des descentes prolongées, de l'anxiété et des spasmes musculaires.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
15.2.21
MP1MK0
Photo: Anton Dos Ventos / Alamy Stock Photo 

Selon un rapport de l’ANSM, la France se situe au deuxième rang de la consommation de benzodiazépines (ou anxiolytiques) en Europe, juste derrière l’Espagne. En Belgique, malgré différentes campagnes de sensibilisation, sa consommation reste inquiétante. Un Français sur 10 consomme du cannabis au moins une fois dans l'année, c’est plus qu’en Belgique où 7% de la population affirme en avoir pris durant les 12 derniers mois. 350 000 Français ont une consommation problématique de drogues autres que le cannabis (cocaïne et MDMA principalement, dont l’usage est également en hausse en Belgique). Ce croisement pose quelques problèmes potentiels : lorsqu'ils sont combinés, les antidépresseurs et les drogues récréatives s'accompagnent de leurs propres effets secondaires et risques. 

Publicité

Mais même s'il existe des liens étroits entre la consommation de drogue, la dépendance et la dépression, il existe peu d'informations sur ce qui arrive à votre corps lorsque vous mélangez ces substances. Nous avons donc parlé à quelques experts pour mieux comprendre.

CANNABIS 

L'impact du mélange du cannabis et des antidépresseurs peut dépendre des différents types de substances consommées, explique James Giordano, professeur de neurologie et de biochimie à l'université de Georgetown à Washington, D.C. « Si le cannabis a un taux de THC légèrement plus élevé, l'effet d'excitation, d'euphorie et, dans certains cas, d'anxiété sera plus important », dit-il.

Tom, 25 ans, a pris des antidépresseurs de ses 16 à 22 ans tout en fumant quotidiennement de l'herbe. « Quand je fumais sous antidépresseurs, je devenais parfois très anxieux », dit-il. 

La consommation d'antidépresseurs peut également prolonger la descente de cannabis, explique Giordano : « Lorsque le cannabis commence à se dissiper, les gens peuvent s'agiter un peu, et certains peuvent se sentir insensibles ou émotionnellement à plat. Les antidépresseurs ont pour effet de prolonger un peu cette phase de descente. » 

Giordano s’inquiète surtout du mélange des produits à base de cannabis à forte teneur en THC avec un type d'antidépresseur appelé inhibiteur de la monoamine oxydase (IMAO) : « Avec des produits à base de cannabis à forte teneur en THC, vous pourriez commencer à constater certains effets cardiovasculaires. En effet, les IMAO peuvent augmenter la disponibilité de la noradrénaline dans le système, ce qui peut entraîner une altération des réponses cardiovasculaires, telles que des changements de la pression artérielle, du rythme et de la fréquence cardiaques. » 

MDMA

La MDMA est connue pour son effet euphorisant, mais lorsque Dora, 22 ans, en a pris alors qu'elle suivait un traitement aux inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), elle n'a presque rien ressenti. « Je regardais autour de moi et j'avais l'impression que tout le monde s'amusait sauf moi, dit-elle. J'étais à 10 %, et tous les autres à 100 %. »

Cette réaction – ou son absence – n'est pas rare chez les personnes qui prennent une dose stable d'antidépresseurs, explique Adam Winstock, psychiatre consultant en addiction et fondateur de la Global Drug Survey. « Les personnes qui prennent des antidépresseurs depuis un certain temps signalent des réactions émotionnelles atténuées à la MDMA, car il se produit une concurrence à l’emplacement du transporteur de sérotonine. » La MDMA provoque une plus grande libération de sérotonine, ce qui procure ce sentiment d'euphorie. Mais les ISRS régulent les niveaux de sérotonine, les empêchant non seulement de baisser, mais aussi de monter en flèche.

En prenant plus de MDMA pour essayer d'atteindre ce niveau, Winstock affirme que les personnes sous ISRS risquent non seulement de subir les mêmes effets indésirables de la MDMA que les autres, mais aussi de souffrir du syndrome sérotoninergique. C'est là qu'une trop grande quantité de sérotonine entre dans l'organisme. Les symptômes comprennent l'irritabilité, la rigidité et les spasmes musculaires, la confusion et la nausée, et si elle n'est pas traitée, elle peut même devenir mortelle. 

COCAÏNE 

Prendre de la cocaïne, un autre stimulant, tout en étant sous antidépresseurs vous fait également courir le risque d’avoir une trop grande quantité de sérotonine qui inonde votre corps. Winstock met en garde contre le fait que la cocaïne peut gravement compromettre les effets des antidépresseurs. 

« Je dis toujours que les antidépresseurs, c'est comme mettre un bouchon dans l'évier, parce que vous essayez de remplir votre cerveau avec de bons produits chimiques, dit-il. Et la coke retire ce bouchon. » Même si vous ressentez encore cette euphorie à court terme, la descente sera « terrible ».

C'est ce qui s'est passé pour Ben, 21 ans, qui a pris de la cocaïne pendant une période de confinement « particulièrement difficile ». « Je me souviens d'un sentiment d'anxiété accru pendant que j’étais en descente, dit-il. Mais c’est surtout parce que j’avais peur qu'en ayant mélangé la coke, la fluoxétine et l'alcool, d’avoir vraiment merdé. »

ALCOOL 

Lorsqu'Emily, 22 ans, s'est vu prescrire des antidépresseurs pour la première fois à l’âge de 16 ans, elle a continué à se saouler tous les week-ends. Avec le temps, elle a compris que ce n'était pas bon pour elle. « L'alcool me donnait des pensées suicidaires, dit-elle. Toutes mes tentatives de suicide, je les ai faites après avoir bu, ou alors quand j'étais encore ivre. »

De nombreuses personnes souffrant de dépression sont également susceptibles de boire, mais « l'alcool empêche la plupart des antidépresseurs d'agir », dit Winstock. Selon lui, cela est dû au fait que l'alcool altère la capacité de l'antidépresseur à modifier votre déséquilibre chimique, et peut exacerber votre humeur. Ainsi, si vous êtes déjà dépressif ou anxieux, vous pourriez vous sentir plus mal.

Publicité

Les différents médicaments et doses réagiront de différentes manières à divers types d'antidépresseurs. Et, bien sûr, chacun aura des réactions physiques uniques aux médicaments et aux mélanges de médicaments. 

« Nous traitons tant de personnes qui ont un "double diagnostic", c'est-à-dire qui ont à la fois un problème de drogue et de santé mentale, explique Nuno Albuquerque, responsable du traitement de la toxicomanie au UK Addiction Treatment (UKAT). La façon dont une personne réagit aux drogues diffère toujours en fonction de son état physique et psychologique au moment de la consommation. »

Si vous prenez des antidépresseurs et que vous souhaitez obtenir le meilleur résultat possible, Winstock vous conseille de prendre vos médicaments tous les jours et d'éviter tout ce qui pourrait réduire leur efficacité, comme les drogues récréatives. « Il ne faut jamais arrêter soudainement de prendre des antidépresseurs pour prendre des drogues récréatives », dit-il.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.