cadeau de noel nul
Getty Images/iStockphoto/mikkelwilliam / montage : Vincent Vallon
Life

Idées cadeaux de Noël merdiques à la hauteur de cette belle année de merde

Même pas besoin d’argumenter, à part pour Jeff Bezos, cette année 2020 aura été catastrophique pour tout le monde.
Thibault Hollebecq
Paris, FR
18.12.20

Ça y est, on entre dans la dernière ligne droite, la cerise sur le gâteau de merde qu’aura été cette année : le moment où il faut trouver des cadeaux de Noël. Normalement, vos cousines qui font des Excel pour réguler toutes leurs vies ont déjà fini leurs achats de Noël depuis le 16 novembre. Même parfois plus tôt, « parce qu’on sait jamais ». 

Publicité

Mais si vous êtes comme moi, on commence à se réveiller cinq jours avant le réveillon, alors même qu’on avait beaucoup plus de temps cette année (merci le confinement) et que le gouvernement avait rouvert les magasins presque essentiels en prévision des fêtes.

Le seul avantage, cette année, c’est qu’on devrait être moins nombreux à table pour partager la dinde farcie (ou même du sanglier), du coup moins de risques qu’une tante éloignée t’offre l’éternel pack déo-shampoing-douche-parfum Scorpio ou un assortiment de chocolats immondes avec une tour Eiffel dorée dessus.

De notre côté on s’en fout, achetez ce que vous voulez. Mais pour le plaisir on a pas pu s’empêcher de vous compiler les trucs merdiques qu’on a vu passer.

Une bougie d’intérieur qui sent l’odeur de Drake

drake.png

source : getty & revolve

Rien que ça. 

On aurait plutôt attendu Kanye West sur ce créneau de l’ultra ego transposé dans un produit de grande nécessité. Mais n’oublions jamais que depuis son clip où il nous fait visiter son nouveau manoir de millionaire, une chose est certaine : Drake devrait se cantonner à faire de la musique, le « bon goût » ne semble pas l’avoir touché pour autre chose. Mauvaise nouvelle : pour faire embaumer son salon des effluves du chanteur canadien, il ne vous en couterait que 80$, et le pire dans tout ça c’est que l’éditeur est déjà en rupture de stock moins d’un mois après sa mise en vente. Aucun doute qu’ils vont en re-produire des palettes à foison.

Du papier peint érotique dessiné par Nick Cave himself

nick cave.png

source : Cave Things & wikipedia

Là, par contre, pas de stress niveau rupture de stocks : il a avoué lui même n’avoir vendu aucun rouleau.

Apparement, plutôt que de faire comme tout le monde en revendant des merdes sur Vinted, pour arrondir ses fins de mois difficiles, l’ « artiste pluridisciplinaire australien ayant acquis sa notoriété en tant que chanteur, auteur et compositeur du groupe Nick Cave and the Bad Seeds » (c’est wikipedia qui le dit) a lancé un site nommé Cave Things où vous pouvez lui acheter plein de trucs qu’il a fait. Et si vous n’avez pas envie de perdre votre caution à cause d’un papier peint érotique couleur Rose PQ à 200€ le rouleau, vous pouvez aussi vous rabattre sur des pendentifs en céramique qu’il a moulé avec ses petites mains ou même des polaroids de son sapin de Noël. Un beau soutien à la culture.

Un abonnement à la plateforme de Svod SALTO

salto.png

source : salto

Les gros medias français ont soit-disant sorti l’artillerie lourde pour contrer Netflix.

Si vous aussi vous vous êtes étranglés sur l'adaptation imbuvable de The Witcher et que même si tous vos potes insistent pour que vous regardiez cette courte série sur une joueuse d’échec : ayez donc les couilles de binge watcher français. Du coup, vous cherchez des alternatives un peu moins mainstream, sans pour autant aller filer encore plus de fric à Jeff Besos qui n’en a pas vraiment besoin. Et vu qu’on sera en couvre-feu dès 20h -même à Nouvel An- quoi de mieux que pouvoir se refaire pépouze tous les Joséphine Ange Gardien ou les 17 saisons de Plus Belle La Vie, sans publicité et pour la modique somme de 6,99€ par mois ? Ok, ça va pas être le nirvana du fun mais au moins vous consommerez local, c’est aussi ça 2020.

L’édition vinyle d’un inédit de Britney Spears édité par Urban Outfitters 

britney.png

sources : urban outfitters & bbc

Franchement, même simplement en relisant cette phrase, rien n’a de sens.

Qui achète encore des vinyles chez UO ? C’est fini l’époque chino-moustache-chemisedebucheron. Puis, en vrai, qui voudrait écouter Britney en Vinyle, en 2020 ? À moins que vous ne viviez dans une grotte sans wifi -parce que vous flippez de la 5G par exemple- vous ne pouvez pas être passés à coté des derniers rebondissements de la vie personnelle de cette pauvre âme. Plus ça avance, plus on comprend qu’elle est exploitée depuis toujours par son propre père qui est devenu son tuteur légal quand elle a pété un cable. Ce qui veut dire, par exemple, que si elle veut sortir de chez elle pour s’acheter un Starbucks, elle doit avoir l’autorisation de son père, à 39 ans, au risque de se faire ré-interner à tout moment si papa n’a pas dit « ok » ! Comme elle l’a laissé entendre à quelques reprises, elle ne veut plus de cette vie, ne veut plus chanter, ni faire de concerts. Et comme, son père est à moitié malade en plus d’être taré, elle se retrouve dans une sorte de « jour sans fin » à poster les même selfies sur Instagram depuis son immense maison-prison. Vu le nombre de pétitions et appels des fans à boycotter ce morceau : il risque fort de se retrouver dans les bacs soldés très prochainement. Autant attendre ce moment-là, plutôt que de dépenser 17 balles pour un morceau recalé en 2016. 

Un billet d’avion pour nulle part

avion.png

2020 n’aura jamais été aussi créative.

Comme plein de frontières sont fermées à cause de ce satané virus et que les compagnies aériennes ne veulent pas arrêter de polluer, des génies du marketing de l'aéronautique ont eu une brillante idée : proposer des vols où les décollages et atterrissages ont lieux depuis le même aéroport. On aurait pu croire à un article du Gorafi, mais le pire c’est qu’une compagnie aérienne australienne n’a jamais rempli un vol aussi rapidement. Avec des billets allant de 500 à 2 300€, c’est à dire à peine plus cher qu’un Paris-Toulouse le 24 décembre en last minute, au moins une bonne nouvelle : la SNCF sait rester attractive. Si notre civilisation ne s’éteindra pas à cause d’un virus, elle réussira toujours à se tirer elle-même des balles dans le pied.

Une place pour un spectacle de mentaliste en ligne

mentalist.png

sources : zoom.us

Comme l’a dit Macron la culture « doit se ré-inventer », mais à quel prix ? 

Honnêtement y a déjà pas grand-chose qui fasse plus flipper qu’un spectacle de mentaliste. À part peut-être les apéro-zoom du premier confinement. L’idée de la fusion des deux ne peut être qu’extrêmement terrorisante. Et n’en déplaise à Roselyne Bachelot, les acteurs de la culture n’ont pas envie d’aides financières supplémentaires mais réclament surtout de pouvoir exercer leur métier, leurs passions. Et nous, on la supplie de nous permettre d’éviter un énième Visio qui donne envie de s’entailler les veines avec un cutter rouillé.

Un A340 estampillé « République Française »

Untitled-1.png

source : aerobuzz / © F. Marsaly

Qui n’a jamais rêvé d’avoir son propre avion ?

Le service des domaines vient de mettre en ligne l’annonce de la vente de deux avions qui, par exemple, ont servi à l’État français pour rapatrier les Français de Wuhan au début de la pandémie. Avec près 70 000 heures de vol au compteur, sans garantie de la part du vendeur pour la modique somme de 80 000 euros, même si t’as un peu mis de côté depuis que les bars sont fermés, c’est quand même pas rien. Puis en plus, c’est uniquement réservé aux professionnels de l’aviation. Mais bon, rêver ça n’a pas de prix à ce qu’il parait.

Le nouveau livre d’Hugo Clément 

hugo.png

sources : vanity fair & australie.com

Même si on est d’accord pour dire qu’il y a plein de trucs qui vont pas sur cette planète, que c’est la merde climatique et écologique.

Par pitié ne faites pas d’un influenceur qui achète ses followers, la nouvelle mère Theresa de l’écologie. Si votre petite soeur vous le réclame à Noël, parce qu’elle a déjà son agenda scolaire 2020/21 avec la tête du bellâtre dessus : dites lui simplement non. En vrai, c’est juste parce qu’il lui prodigue ses premiers émois en même temps qu’une belle dose d’éco-anxiété en surfant grossièrement sur l’énergie des Youth For Climate. Si vous avez envie de dépenser, pour la bonne cause, le peu de fric que vous n’avez pas encore claqué ce mois-ci, il existe plein d’alternatives bien plus engagées que son journal de guerre au prétexte qu’il est vendu sur le site de Nature&découvertes

On se retrouve en 2021, en espérant seulement que cette année ne sera pas pire que 2020.

Thibault est aussi sur Instagram.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook