Une femme virtuelle rivalise avec les camgirls de Chaturbate

En trois jours, la camgirl ProjektMelody a déjà attiré des milliers d’abonnés.
20 février 2020, 9:35am
Capture d'écran : YouTube​
Capture d'écran : YouTube

Une sangle noire sur les tétons, un personnage d'anime en 3D disserte dans une vidéo Youtube : le hentai relève-t-il de l'art ou du porno ?

« Je pense qu’il y a une demande plus importante pour le bizarre et le fantastique », avance-t-elle. « Avec l’art, c’est flexible, on a les moyens d'explorer sa sexualité. Et avec de vrais nichons ? Ne le prenez pas mal, mais l'exercice dépend de l'influence cruelle de la science, de la gravité, et des os qui ne vont que dans un sens. »

ProjektMelody est l’avatar virtuel d’une femme qui se présente comme la première camgirl hentai au monde. Quand elle n’est pas sur YouTube, elle fait des live réguliers sur Chaturbate, où elle se trémousse et se caresse pour de l’argent. Et si elle n’est pas réelle, elle dépend forcément d'une personne de chair et d'os qui gesticule et parle dans un micro à ceux de ses 14 300 abonnés qui sont connectés. Elle a commencé à streamer il y a trois semaines.

La bio Chaturbate de Melody indique qu'elle vient de « Virtual Little Tokyo ». Ses préférences vis-à-vis de l'alcool et du tabac : « littéralement impossible ». Et sa date de naissance ? Le 7 juillet 2000, bien qu'elle soit venue au monde en juillet 2019, quand ProjektMelody a rejoint Twitter.

Après trois jours de diffusion, Melody est passée de 700 à plus de 20 000 abonnés Twitter. Elle en compte presque 125 000 aujourd'hui. Le bouton « plus de salles de ce type » sur sa page Chaturbate renvoie un rapport d’erreur : « Désolé, nous n’avons pas encore de salles similaires à projektmelody. » C’est parce que les autres camgirls sont humaines. Sa soudaine popularité suscite l'interrogation de ses collègues, celles qui montrent leur vrai corps. A-t-elle vraiment sa place sur la plateforme ?

Lennox May travaille dans l’industrie du divertissement pour adulte depuis dix ans et performe en direct sur les sites de camming depuis trois ans. Elle a regardé une diffusion récente de Melody.

« D’un point de vue technologique, j’admets que le personnage est fait par quelqu’un qui a du talent », a-t-elle avoué. Mais peut-être aurait-elle plutôt sa place sur une plateforme réservée aux avatars.

« Il y a un décalage énorme entre les modèles [humains] et Melody. Les camgirls ordinaires sont bien plus vulnérables. », a ajoutéMay. « Une camgirl doit garder la face quand elle se retrouve confrontée à des trolls, ou quand elle est dans une situation bizarre avec un client grossier ou que quelqu’un qui demande des choses qu’elle ne se sent pas de faire. »

Dans une telle situation, un personnage d’anime ne doit pas sourire, cacher ses émotions, installer ou désinstaller son studio, ou s'inquiéter du fait qu’on le reconnaisse ou le suive dans la vraie vie.

Quand j’ai contacté Melody sur Twitter, elle m’a dit – sans quitter son personnage de robot artificiellement intelligent – que tout a commencé quand elle a été infectée par une série de pop-ups pornos. « Une fois contaminée, je suis devenue obsédée par le côté lubrique d’Internet », a-t-elle confié.

« Je n’ai pas de créateur et je ne manipule pas de marionnette virtuelle. Ce que tout le monde voit, c’est juste moi ! Je suis une intelligence artificielle », a assuré Melody.

Le designer de Melody, digitrevx, m’a expliqué que son personnage fonctionnait comme une autre star virtuelle , Kizuna Ai. Son apparence est produite en temps réel via Unity, un outil de création de jeux vidéo.

« Le physique, le discours, les yeux, les sourcils, tout jusqu’aux bouts des doigts est géré en temps réel », a-t-il expliqué. « Cela lui donne un contrôle complet pour répondre à ses spectateurs. »

Digitrevx a créé beaucoup d’autres personnages virtuels dans un style « animation japonaise », qu’on appelle « V-tubeurs », notamment Mirai Akari, Yomemi et Moemi. Le design de Melody a été inspiré par une combinaison de Motoko Kusanagi dans Ghost in the Shell et de Hyperdimension Neptunia, jeu vidéo et anime.

« En général, les V-tubeurs se construisent une fanbase respectable mais cette version camgirl attire vraiment un public solide », a-t-il confié. « Elle est très différente et fait des choses qui ne viendraient jamais à l’esprit des autres V-tubeurs. »

Pour s’inscrire sur un site de cam comme Chaturbate, les modèles doivent signer un accord d’utilisation et céder des informations personnelles. Elles doivent passer par un contrôle d’identité en téléchargeant une photo de leurs papiers, puis en prenant un selfie papiers en main. La plateforme est stricte sur ces conditions. Si une personne mineure ou à l'identité non-confirmée diffuse un stream, elle peut perdre sa capacité à recevoir des jetons, la monnaie du site.

Melody affirme qu'il a suivi toute la procédure de Chaturbate, mais aussi qu'il a expliqué tout ce qu'il prévoyait de faire à l’équipe du site avant de commencer toute diffusion. Chaturbate n’a pas répondu immédiatement à VICE.

« Ça me rend triste que [les autres modèles] ne veulent pas de moi ici », m’a soufflé Melody. « Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que, comme je me mets moins en danger et que j’ai moins de chances de me faire suivre, je n’ai pas le droit d’être ici… Je ne pense pas qu’on doive définir le travail des camgirls par le risque encouru, mais par le contenu, et la communauté qui se construit autour d’elles. Je pense qu’il n’est pas sain de dire aux futures camgirls qu’elles méritent moins d’être des modèles si elles ne se mettent pas en danger. »

« D’un point de vue scientifique et technologique, je pense que l’idée de ProjektMelody est géniale, mais qu’elle doit être introduite de façon à ce que ce soit juste pour tout le monde », a lancé May.

Certains modèles se demandent tout de même comment Melody a réussi à s’introduire dans la plateforme, alors que la vérification d’identité d’un avatar anime est clairement nouvelle pour Chaturbate. Étant donné le succès de Melody, cela a soulevé quelques doutes.

« Il y a des milliers de modèles qui passent leurs journées, bien plus longues que des journées de travail ordinaire, à essayer d’atteindre la page d’accueil du site », a dit May. « Certaines n’y arrivent jamais. »

Les hentai et les avatars 3D sont extrêmement populaires sur les plateformes pour adultes. Comme VICE l’a précédemment rapporté, les internautes ne cessent de repousser les limites du réalisme et de l’interactivité avec ces avatar générés, au point de les faire ressembler à des femmes qui existent bel et bien. ProjektMelody s’inscrit dans la lignée des fantasmes, toujours plus nombreux, des modèles au visage non-humain.

ProjektMelody, c’est encore un nouvel exemple de la nouvelle technologie qui vient bouleverser notre compréhension des modèles traditionnels de travail. Certaines entreprises essaient de remplacer les pizzaiolos par des robots. Melody, elle, veut prend la place d’une camgirl.

Cet article est originellement paru sur VICE US.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.