Life

Dans le monde de plus en plus étrange des influenceurs virtuels

Les « humains » numériques repoussent les limites du possible sur les réseaux sociaux.
KE
SG
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
12.10.21
imma
imma. Photo publiée avec l'aimable autorisation de Takayuki Moriya 

À bien des égards, Laserbolt est un youtubeur comme les autres : il parle des derniers jeux vidéo et collabore avec des marques pour promouvoir leurs produits. Mais bien qu'il ait l'air tout à fait humain dans ses vidéos, il n’apparaît qu’en image de synthèse sur ses réseaux sociaux. En fait, Laserbolt n’existe pas.

Décrit comme « un être humain digital intemporel de 23 ans », ses origines mêlent fantasme et réalité. L'histoire raconte que Laserbolt était, sur sa planète natale Tesla, célèbre dans le monde du gaming, mais qu'un jour il a été transporté comme par magie sur Terre par un portail mystérieux. 

GF Laserbolt, a gaming YouTuber who is a digital human.

Laserbolt. Image publiée avec l’aimable autorisation de GamerFuzion.

Dans la vraie vie, de notre côté de l’univers, il est créateur de contenu chez GamerFuzion, une société d'information et de critique de jeux vidéo. Aussi fictifs que puissent être son passé et son parcours, ses followers sont bien réels et ont dépassé la barre des 200 000 sur YouTube

« Je suis en fait un être humain comme vous, sauf que j'ai une forme numérique », confirme une réponse par mail soi-disant écrite par Laserbolt. « Je suis extraverti, j'ai du franc-parler, j'ai une forte personnalité et je suis célibataire », précise-t-il. La plupart des créateurs de contenu que nous avons contactés ont préféré s'en tenir à ces histoires et récits créés pour leur public.

Publicité

Mais nous savons déjà qu'il n'est pas nécessaire d'appartenir à l'espèce humaine pour devenir une célébrité populaire. Il suffit de penser à Lil Miquela, qui ressemble à un Sims, ou à la « chanteuse » Hatsune Miku

Les influenceurs virtuels sont de plus en plus populaires, notamment en raison de leur incapacité à créer des scandales – ce qui est une aubaine dans le monde du marketing des réseaux sociaux. Contrairement à leurs homologues humains, les influenceurs virtuels sont rarement pris dans des problèmes personnels. De plus, leurs clients et créateurs ont un contrôle total sur leurs actions et ne doivent pas faire face à des limitations entièrement humaines comme le temps ou l'espace. De plus, ils peuvent être aussi beaux et séduisants qu'ils sont programmés pour l'être, au point de donner un tout nouveau sens à l'expression « standards de beauté irréalistes ». 

Dans cette scène en plein essor, les créateurs de contenu repoussent les limites entre ce qui distingue l’espace virtuel et les relations parasociales.

Par exemple, lorsque l'influenceuse virtuelle japonaise imma a demandé des conseils à ses followers sur Instagram après une supposée dispute avec son frère, de nombreuses personnes ont commencé à partager leurs histoires personnelles de relations brisées et à offrir leur soutien dans les commentaires. Peu importe qu'imma, comme l'a souligné un utilisateur, verse de « fausses larmes numériques ». 

Depuis son apparition en 2018, imma a accumulé plus de 350 000 followers sur Instagram et environ 250 000 sur TikTok. Elle s'est fait un nom dans le milieu, a lancé une collection de mode en collaboration avec Amazon et a conçu une ligne d'articles virtuels qu'elle porte elle-même comme modèle.

Mais malgré ses activités d'influenceuse, son créateur hésite à la définir ainsi et préfère la décrire comme un « un être humain virtuel ». « Je pense qu'il est plus important de réfléchir au type d'influence que vous voulez exercer », a déclaré Takayuki Moriya, PDG d'Aww Inc.n ajoutant qu'il souhaite que les fans puissent s'identifier à imma et avoir de l'empathie pour elle.

Il est clair que la création de la personnalité d'un être virtuel est un concept vague et indistinct. Dans le but de renforcer l'authenticité, certains influenceurs virtuels ont commencé à soutenir diverses causes sociales et à montrer leur passion sur les réseaux sociaux.

Rae, une influenceuse virtuelle de Singapour, insiste souvent sur son intérêt pour l'art et le skateboard, ainsi que son talent pour se faire des amis hors ligne. On ne sait pas grand-chose d'elle, si ce n'est qu'elle est dirigée par une entité appelée Team Rae. Comme dans de nombreux cas de ce genre, les personnes qui se cachent derrière préfèrent rester anonymes et s'en tenir au récit officiel, qui dépeint Rae comme une artiste numérique qui aura 25 ans à jamais.

En janvier, Rae a fait la couverture d'un magazine avec la rappeuse chinoise VaVa, une véritable humaine.

« Nous nous sommes liées instantanément ! Nous voulons briser les stéréotypes et montrer que les femmes peuvent apporter des changements grâce à leur talent, leur passion et leur travail d'équipe », nous a écrit Rae par mail. 

En 2016, Lil Miquela est apparue avec sa micro-frange signature et ses dents écartées, devenant peut-être l'influenceuse virtuelle la plus célèbre du monde. Depuis cinq ans, elle produit régulièrement du contenu mode et lifestyle pour ses 3 millions d’abonnés sur Instagram – tout en restant à l'âge d'or de 19 ans.

Un autre avantage évident des influenceurs virtuels sur leurs homologues humains est le fait qu'ils ne vieillissent tout simplement pas. C'est dans ce contexte qu'est apparue Sylvia, antithèse de la jeunesse permanente des influenceurs virtuels. « J'étais vraiment intéressée par les influenceurs virtuels, en tant que tendance et opportunité de narration », explique Ziv Schneider, technologue créative au Brown Institute for Media Innovation. Elle a donc créé Sylvia, une influenceuse virtuelle qui vieillit sous les yeux du public.

Au cours de ce que Schneider décrit comme une « performance de cinq mois », de juillet à novembre 2020, Sylvia a récolté plus de 2 700 abonnés Instagram. Les gens se sont attachés à Sylvia bien qu'elle soit virtuelle et qu'elle s'éloigne de l'image de l’influenceuse conventionnellement attirante. Le 80e post de Sylvia était aussi son dernier, un chiffre symbolique puisqu'elle avait 80 ans lorsqu'elle est décédée ou, plus précisément, lorsque la performance s'est terminée.

« J'ai été vraiment surprise par la façon dont les gens se sont attachés au personnage pendant ces cinq mois, dit Schneider. Beaucoup de followers se sont vraiment connectés à elle, et le fait qu'elle soit vieille n'avait aucune importance pour eux. » 

Mais Sylvia a également été confrontée à des réactions négatives de la part de personnes qui détestaient l'idée même des influenceurs virtuels. « C'est très dangereux de ne plus faire la différence entre une vraie personne et une fausse personne, peut-on lire dans un commentaire sur l'Instagram de Sylvia. Sylvia est une fausse personne. »

Cette méfiance à l'égard des influenceurs virtuels n'empêche pas leurs créateurs de leur faire vivre des vies de plus en plus humaines dans des espaces virtuels. « Beaucoup ont envie de nous voir disparaître, nous les influenceurs virtuels, mais je suis plus qu'un joli visage, dit le mail de Rae, l'influenceuse virtuelle singapourienne. J’aime être connectée et vivre dans cette zone intermédiaire entre le monde réel et le monde virtuel. »

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.