Santé

Voici ce qui se passe dans votre corps lorsque vous arrêtez de boire

Une période substantielle de sobriété peut avoir des effets bénéfiques sur votre système immunitaire, votre sommeil et même votre peau.
25 mai 2020, 7:55am
Femme agenouillée contre le mur, tenant une coupe de champagne.
Image : Jesse Morrow/Stocksy 

« Arrêter de boire ne fait pas vivre plus longtemps. Cela en donne seulement l’impression. » C'est la blague que mon père sort à chaque fois que sa consommation d’alcool est remise en question. La vérité est que l’alcool, peu importe à quel point vous appréciez le goût ou la sensation qu'il vous procure, a des effets négatifs sur votre corps et votre cerveau. L'année dernière, j'ai voulu me remettre en forme et j'ai pu constater par moi-même les améliorations qui se produisent lorsqu'on arrête de boire pendant un certain temps. OK, la sobriété n’est qu'un des nombreux changements que j'ai apportés à mon quotidien, mais je ne peux m'empêcher de penser que c'est un changement particulièrement important. Voici ce que dit la science.

Votre système immunitaire sera plus efficace

Le fait de boire trop souvent et trop longtemps entraîne de nombreux problèmes de santé liés au système immunitaire. Mais c’est quoi, « trop souvent » et « trop longtemps » ? Selon l’Inserm, c'est plus de trois verres par jour pour les hommes, deux pour les femmes – soit ces chiffres sont sexistes, soit ils sont mal calculés.

En moyenne, les buveurs sont plus susceptibles de contracter une pneumonie et d'autres problèmes respiratoires. Ils ont aussi plus de risques d’avoir des complications après une opération et de développer une septicémie ou certains types de cancer. « Le fait de renoncer à l'alcool va renforcer le système immunitaire et faciliter la lutte contre les infections, explique la diététicienne Kristin Kirkpatrick. Elle cite une étude de 2015 qui a montré que l'alcool fatigue les voies immunitaires, ce qui diminue la capacité de défense de l'organisme. Et prendre une grosse cuite de temps en temps n’est pas une solution. Une étude publiée dans la revue Alcohol a conclu qu'un seul épisode d'intoxication à l'alcool entraîne un épuisement et une inflammation du système immunitaire.

Vous mangerez moins

Selon une étude publiée dans la revue Obesity, l’alcool augmente les sens, d’où les fringales. Les personnes qui ont reçu une perfusion d'alcool par voie intraveineuse égale à deux verres ont mangé 30 % de plus que celles qui ont reçu une solution saline. Leur conclusion ? Une légère intoxication peut également augmenter l'activité cérébrale dans l'hypothalamus et vous rendre plus sensible à l'odeur des aliments et, par conséquent, vous inciter à manger davantage. Une autre étude publiée dans l' American Journal of Clinical Nutrition indique que l'alcool est souvent associé à des troubles alimentaires.

Vous dormirez mieux

« L'alcool est un dépresseur, ce qui signifie qu'il ralentit le corps et vous rend naturellement somnolent », explique Kirkpatrick qui ajoute que la consommation d'alcool est également associée à des problèmes de sommeil car le corps doit faire des heures supplémentaires pour le métaboliser.

Selon un examen de 27 études, si l'alcool vous aide à vous endormir plus rapidement et plus profondément au début, il n'est pas synonyme de repos et de récupération. Lorsque les gens boivent, leur sommeil est fragmenté. Ils se réveillent plus souvent au lieu de s'endormir tout de suite, explique Amarjot Surdhar, psychiatre spécialisé dans les questions de dépendance. Les gens ressentent généralement un malaise et une fatigue générale le lendemain d’une cuite. » Il ajoute qu'en supprimant, en retardant ou en réduisant la phase de sommeil à mouvements oculaires rapides (REM), le cerveau souffre. On pense que cette phase stimule le système nerveux central, rééquilibre la chimie du cerveau et favorise la création de souvenirs. Si votre sommeil paradoxal est perturbé, vous vous sentirez probablement comme une merde le jour suivant.

Vous aurez moins de risque de contracter le cancer

L’alcool figure sur la liste de substances cancérigènes connues du programme national de toxicologie du ministère américain de la santé et des services sociaux. En particulier, l'alcool semble augmenter le risque de cancers de la tête et du cou, de l'œsophage, du foie, du sein et du colon. Il est également associé à un risque accru de mélanome, de cancer de la prostate et de cancer du pancréas. C'est pourquoi le meilleur moyen de réduire le risque est tout simplement d'arrêter d’en consommer.

L'arrêt de l'alcool peut avoir un effet bénéfique sur la reproduction

Dans le cadre d’une étude danoise, les chercheurs ont contrôlé la consommation d'alcool chez des femmes en bonne santé qui tentaient de concevoir un enfant. Les femmes du groupe ayant la plus forte consommation d'alcool (14 verres ou plus par semaine) ont eu 37 grossesses en 307 cycles. Celles qui ne buvaient pas ont eu 1 381 grossesses en 8 054 cycles. Les femmes qui buvaient le plus avaient ainsi 18 % de chances en moins de tomber enceintes.

Une étude de 2017 a révélé que si l'alcool n'avait pas d'effet sur la densité des spermatozoïdes, il augmentait la production de spermatozoïdes ayant une tête particulièrement grosse et contenant de l'ADN potentiellement endommagé. Les auteurs de l'étude ont recommandé aux parents qui voulaient avoir des enfants d'arrêter de boire au moins trois mois avant d'essayer. Toutefois, Michael Reitano, urologue basé à New York, estime que les conclusions de cette étude sont un peu radicales, car il a été démontré que seule une consommation d’alcool excessive qui peut affecter de manière exponentielle la qualité du sperme. De petites quantités d'alcool peuvent en effet avoir un certain effet sur la forme du sperme, mais de nombreuses études de grande envergure ont déterminé qu'une consommation modérée d'alcool n'affecte pas la fertilité, dit-il.

Votre peau sera plus belle

Selon Kirkpatrick, un buveur modéré ne remarquera sans doute pas d'effet néfaste sur sa peau, affirme M. Kirkpatrick, mais il met en garde contre le fait qu'une consommation excessive d'alcool peut entraîner la désertification de votre visage. De plus, l'alcool diminue également la production par le corps d'une hormone antidiurétique appelée vasopressine, qui aide le corps à réabsorber l'eau. Arrêtez de boire ou diminuez votre consommation et vous améliorerez rapidement l'apparence de votre peau, dit-elle.

L'alcool est un diurétique, ce qui signifie qu'il vous fait pisser beaucoup plus souvent. Au bout d’un moment, votre corps n’arrive plus à extraire l'eau de l'urine de vos reins. Résultat ? Votre peau est sèche et terne. « Un buveur modéré peut ne pas remarquer de différences substantielles dans la qualité de sa peau s'il ne boit qu'un verre de temps en temps », explique M. Kirkpatrick, qui prévient toutefois qu’une consommation d'alcool excessive peut rendre votre visage aussi sec que le désert du Sahara. De plus, l'alcool réduit la production d'une hormone antidiurétique appelée vasopressine, qui aide le corps à réabsorber l'eau. Pour améliorer l'apparence de votre peau en peu de temps, arrêtez de boire de l'alcool et vous verrez aussitôt les résultats.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.

Publicité