survie

Une femme survit six jours dans le désert australien en buvant sa pisse

De quoi faire pâlir Bear Grylls et Mike Horn.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
27.11.18
La voiture de Brooke dans l'outback et un pot de sauce tomate.
Image via l'utilisateur Flickr NeilsPhotohraphy, CC licence 2.0 (à gauche) et Wikimedia, CC licence 4.0 (à droite)

Bear Grylls estime que l’être humain peut tenir trois jours sans eau. Seulement voilà, Grylls est un aventurier professionnel et ancien commando du SAS. Il est donc capable de survivre dans l’Outback australien [désert semi-aride d'Australie, NDLR] en mâchant des racines d’arbres et en poignardant des crocodiles. Mais ce que je me demande, c'est si une personne comme moi – c’est-à-dire irresponsable et toujours prise au dépourvu – peut survivre plus de 24 heures à l'état sauvage.

Publicité

C’est là qu’entre en jeu Brooke Phillips. Cette femme de 40 ans s'est échouée dans le désert près des frontières de l'Australie occidentale, de l'Australie du Sud et du Territoire du Nord. Elle était en voiture avec son chat et son chien dans une communauté reculée de l'Outback quand elle s'est trompée de route et s'est enlisée au milieu de nulle part, rapporte l’ABC.

Brooke a aussitôt paniqué, comme le ferait n'importe quelle personne normale, et a bu toute son eau la première nuit. « Je faisais de l’hyperventilation. Je pensais que personne ne me retrouverait », se souvient-elle. Elle a mis la climatisation jusqu'à ce qu'elle soit à court de carburant, puis a essayé de couvrir les fenêtres avec des serviettes pour essayer de bloquer la dure chaleur du désert. Puis, à mesure que les jours passaient, elle a commencé à réfléchir à une manière de subvenir à ses besoins.

Elle se nourrissait de maigres rations de sauce tomate, de crackers, de sirop et de pisse, dans un environnement qui a coûté la vie à sept personnes au cours du dernier mois

Elle a essayé de manger des crackers, mais sa bouche était trop sèche. Elle s’est donc tournée vers les aliments liquides qu’elle avait à disposition dans sa voiture. Au menu : sauce tomate, crème de noix de coco, tomates en conserve, jus de citron et sirop de fruits rouges. Brooke a tout bu. Même l'eau de ses essuie-glaces. Et puis, le sixième jour, sa propre pisse.

« Je suppose que c’est ce qui m'a sauvée, dit-elle. Je commençais à prendre des mesures désespérées et personne ne venait… J'étais assise dans ma voiture, persuadée que je ne survivrais pas un jour de plus. »

Elle a survécu, bien sûr, en partie parce que sa famille a remarqué sa disparition et a lancé une fouille terrestre et aérienne impliquant 12 policiers et environ 20 membres de la communauté. Mais aussi parce qu’elle se nourrissait de maigres rations de sauce tomate, de crackers, de sirop et de pisse, dans un environnement qui a coûté la vie à sept personnes au cours du dernier mois. Et cela en fait une histoire de survie vraiment inspirante.

Contre toute attente, le chien et le chat de Brooke ont également survécu à l’épreuve. Bear Grylls les aurait grillés à la broche dès le deuxième jour.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.