police

La grosse déprime des flics de gauche

Si, si, ça existe.
05 janvier 2018, 6:30am
Flic de gauche policier
Image extraite de South Park, saison 12 épisode 8 (Trey Parker, 2008)

Ils sont une exception au pays des képis. À peine 10 % des policiers français ont voté à gauche aux dernières élections. Enfin, 24 % si on considère que Macron est de gauche (ce qui n’a pas encore été prouvé). Longtemps, ils n’en parlaient qu’à voix basse : de quoi donc aurait l’air un flic se revendiquant de gauche dans un monde qui a fait de l’ultra-virilité une marque de fabrique ? D’un « Bisounours », comme on les a longtemps surnommés dans les couloirs des commissariats. Du coup, ça n’est jamais eux que l’on entend dans les médias quand un fait divers implique la Police. Qu’elles soient victimes de violences (comme le 31 décembre dernier, à Champigny sur Marne) ou coupables de bavures (comme dans les affaires « Adama » ou « Théo », l’année dernière), à chaque fois, ce sont les flics les plus droitiers qui squattent les plateaux de télé.

Et à chaque fois, ça met Charlotte en colère. Assumant l’étiquette « flic de gauche », cette policière qui a exercé plus de vingt ans dans les banlieues les plus chaudes de France, milite à « Citoyens & Police », un collectif qui cherche à établir les bases d’un dialogue apaisé entre sa corporation et une partie des Français. Alors, elle supporte mal d’entendre sur BFM-TV un responsable d’Alliance parler au nom de sa profession : « les syndicats font du populisme. Ils disent ce que veulent entendre les collègues. Par exemple, s’ils parlent de remettre au goût du jour les « peines planchers », ça n’est pas parce que c’est une mesure efficace, mais parce que c’est un discours qui plaît dans une profession majoritairement de droite ». Les peines planchers, un dispositif qui contraint les juges à prononcer une peine de prison dans le cadre de certains délits, avaient été mises en place sous Sarkozy, puis abrogées sous Hollande. Les réinstaurer est LE grand combat d’Alliance mais contrairement à ce que le syndicat prétend, tous les policiers ne l’estiment pas d’une grande utilité. Car le procédé des peines planchers parie sur l’idée que les délinquants potentiels hésiteraient à commettre des actes de violence en raison de la peine à laquelle ils s’exposeraient. « Mais prenons les évènements de Champigny-sur-Marne : ça n’est pas un guet-apens, rien n’était prémédité. Dans un cas comme celui-là, les peines planchers ne servent rien. Et c’est souvent ce qui se passe dans les cas de violence contre des policiers : elles se font « à chaud », sans réflexion préalable », analyse Charlotte.

« Avec 50 % de chômage chez les jeunes dans certaines cités. Comment s'étonner que ça nous pète à la gueule ? » – Kader, officier de police judiciaire

Au-delà du décalage entre leurs opinions et celles de leurs représentants officiels, si les « flics de gauche » sont en pleine déprime, c’est aussi parce qu’ils ont l’impression de payer au prix fort la crise qui touche la France. À leurs yeux, on ne désigne pas suffisamment tous les vrais responsables des violences envers la police. Ainsi, Jules, officier de Police judiciaire à Paris peste d’entendre ses collègues dénoncer une justice prétendument laxiste : « On ne peut pas dire ça. C’est faux : 75 % des auteurs de violences envers des policiers ayant entraîné plus de 8 jours d’interruption de travail ont conduit à des peines de prison ferme ». Même son de cloche auprès de Kader, 28 ans, lui aussi officier de police judiciaire mais en région PACA : « trop souvent, les collègues oublient les raisons sociales de la violence : dans les cités où j’interviens, l’école part en vrille, il y a jusqu’à 50 % de chômage chez les jeunes, et aucune perspective d’avenir. Comment s’étonner que ça nous pète à la gueule ? Les collègues devraient se souvenir de ça au lieu de ne se voir que comme des victimes d’une jeunesse violente ». Devant la machine à café, Kader n’hésite pas à monter le ton, parfois : « je m’emporte parce que ça m’énerve de voir des flics - des représentants de l’État – porter un regard si méprisant à l’égard de ceux que l’on est censé protéger ». Mais il a souvent regretté ses envolées humanistes : « après, tu passes pour le « gaucho de service » et à la longue, c’est pénible de porter une étiquette pareille dans un environnement où globalement, tout le monde pense que « gauchiste » = « bobo à la con » ».

À cela, s’ajoute le sentiment d’être en « bad buzz » permanent dans la société. Après une année 2017 marquée par les bavures policières, la figure du flic n’est pas franchement populaire – même auprès de ses propres potes. « J’ai passé l’année me justifier d’avoir choisi ce métier. Même le soir du 31, un copain m’a pris la tête avec les bavures. Je comprends qu’il soit choqué : je le suis, aussi, évidemment. Mais c’est pénible d’avoir à expliquer tous les quatre matins cette évidence : ca n’est pas parce que je suis flic que je suis un « fasciste-qui-tape-les-rebeus ». Est-ce que tous les journalistes sont des blaireaux parce qu’Éric Zemmour et Cyril Hanouna le sont aussi ? ».

Raillés par leurs collègues et tenus en méfiance par leurs potes, les flics de gauche ont blues. Pourtant, nous, ça nous a bien remonté le moral de les rencontrer !

Clément Pouré est sur Twitter.