FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Le fer de lance de l'énergie solaire revient au charbon

Après avoir été le meilleur défenseur du photovoltaïque, le gouvernement australien lui tourne désormais le dos avec la bénédiction des lobbys du charbon.
27.8.14
Photo via Clean Energy Council

Cet article a d'abord été publié sur le site de VICE.

Dans les années 1980, l'Australie était le leader mondial dans le domaine de l'énergie solaire. Ça s'explique d'abord par le fait que le territoire australien reçoit un rayonnement solaire plus fort par mètre carré que n'importe quel autre.

Mais c'est la géographie qui a véritablement servi de catalyseur : les deux-tiers du pays constituent un désert inhabité, ce qui a posé de gros problèmes aux ingénieurs de télécom au début des années 1970. La solution qu'ils ont trouvée a été de construire des stations relais alimentées en énergie solaire, technologie nouvelle et onéreuse à l'époque. En 1978, le fournisseur national, Telecom, a commencé à développer des cellules solaires fiables qui pouvaient être installées et entretenues à moindre coût à travers tout le pays. La reconnaissance internationale est venue en 1983, quand la ville de Perth a été choisie pour accueillir le Solar World Congress.

Publicité

Aujourd'hui, en 2014, l'énergie solaire australienne n'est plus ce qu'elle était. Fin août, un projet de parc solaire comportant 2000 panneaux solaires capables d'alimenter 3000 maisons a été abandonné. Cette décision a été prise alors que tous les plans de parcs solaires sont en standby, et que les magnats du charbon font pression pour étrangler  l'énergie solaire.

« Les entreprises spécialisées dans l'énergie et les opérateurs téléphoniques ont peur », explique Giles Parkinson, rédacteur en chef du site écologiste Renew Economy.

« Il y aura toujours un réseau de distribution, mais la question est de savoir d'où vient l'énergie. Aujourd'hui, les panneaux solaires, deviennent une option plus abordable. On peut voir qu'internet a un impact sur les télécoms, avec les appareils photos numériques et les films. C'est la même chose pour l'énergie. Mais en Australie c'est une catastrophe parce qu'on était des leaders et maintenant on revient en arrière ».

Comme d'autres pays, l'Australie oscille entre désaveu climatique et action. Dans les années 1980, l'énergie solaire australienne était financée par le gouvernement. Puis, au milieu des années 1990, le gouvernement suivant a renoncé à la corporation de recherche énergie et développement. Le charbon est devenue la source d'énergie de choix, jusqu'en 2012, quand le pays a mis en place une taxe sur les émissions carbone. Cette « taxe carbone » était l'une des initiatives du plan Énergie propre, qui impose que d'ici à 2020 au moins 20% de l'énergie soit renouvelable.

Mais en 2013, c'est un gouvernement de centre-droit qui a été élu, promettant d'abolir la taxe carbone. La mesure est devenue effective le 17 juillet dernier et l'objectif des énergies renouvelables a été  "soumis à réexamen". Pour le Dr. Richard Corkish, directeur des opérations de l'Australian Center for Advanced Photovoltaics, ce terme est une façon déguisée de mettre la mesure de côté.

Publicité

Pour qu'une ferme solaire soit financée, elle a besoin de la signature d'un distributeur, qui stipule sur un contrat combien d'énergie il achètera précisément. Maintenant que les distributeurs ne sont plus tenus d'acheter de l'énergie renouvelable, et que l'énergie solaire met en péril leur business plan, ils ne signent plus les accords. D'après Richard Corkish, c'est pour cela que des projets de parcs solaires sont abandonnés.

« L'incertitude fait fuir les investisseurs. C'est terriblement dommage,» explique Richard Corkish.

Il n'y a pas que l'incertitude financière qui explique que l'énergie solaire soit en standby, il y a aussi le fait que les producteurs et distributeurs d'énergie font pression pour bloquer le déploiement de parcs solaires. Pour Giles Parkinson, c'est tout simplement « une conspiration ».

D'après lui, « Aucune des parties ne veut plus d'énergie solaire. Les producteurs sont pourris, tout le monde le sait. Les opérateurs téléphoniques pourraient continuer de profiter de l'énergie solaire, mais ils ne pensent qu'à court-terme, donc ils résistent eux aussi ».

Au nord de l'État du Queensland, depuis le mois de juillet, les compagnies d'énergie ont le droit de faire payer à leurs clients un montant supplémentaire« pour l'achat d'électricité renouvelable ou respectueuses de l'environnement ». L'avantage pour les compagnies, c'est qu'elles peuvent désormais faire payer les clients (surtout des entreprises) très cher pour les fournir en énergie solaire. Cette loi, qui est enterre l'énergie solaire a été silencieusement approuvée par les lobbyistes du charbon, qui ont suivi l'affaire avec beaucoup d'intérêt.

Suivez Julian Morgans in Twitter: @MorgansJulian

Toutes les images viennent du Clean Energy Council