L’histoire du « Mystérieux », l’Égyptien qui a survécu au Titanic
Hamad Hassab (à gauche). La couverture du New York Herald relatant le naufrage du Titanic.
Culture

L’histoire du « Mystérieux », l’Égyptien qui a survécu au Titanic

Beaucoup de gens pensaient qu'il n'existait pas, mais après trois ans de recherches, j'ai découvert l'histoire de Hamad Hassab, l'un des rares arabophones à bord du Titanic.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
31.10.18

En 2012, j’ai regardé un reportage télé sur les victimes libanaises du Titanic, diffusé à l'occasion du centenaire du naufrage. Ç'a été une nouvelle pour moi d’apprendre qu’il y avait des Arabes à bord du navire ce jour-là. Pour en savoir plus, j'ai parcouru l’Encyclopedia Titanica, une vaste base de données qui vise à documenter la vie de tous les passagers du Titanic.

J'ai trouvé beaucoup d'histoires de passagers originaires du Moyen-Orient, mais lorsque j'ai limité ma recherche à mes compatriotes égyptiens, un seul nom est apparu : Hamad Hassab.

Publicité
1538399710071-

تغطية غرق تيتانيك بالصفحة الأولى لصحيفة The Times Dispatch الأمريكية في اليوم التالي للحادث

Son nom était la seule information que le site avait à son sujet. Aucun autre détail sur sa vie ou sa famille n'était connu. Je me suis alors donné pour mission de découvrir l'histoire de cet Égyptien qui est monté à bord du plus célèbre navire de l'histoire. Peut-être sans surprise, la tâche s'est avérée plus difficile que je l'imaginais.

Hassab a voyagé en première classe, mais n’a pas passé beaucoup de temps avec les autres invités ou les belles jeunes femmes qui essayaient de bavarder avec lui

J’espérais trouver un acte de naissance ou de décès dans les archives égyptiennes. En vain. Pendant des mois, j’ai épluché tous les journaux parus dans les semaines précédant et suivant le départ du Titanic. J'ai même vérifié si Hamad Hassab avait envoyé un télégramme lorsque le bateau a commencé à couler. Rien.

Les personnes que j'ai contactées au cours de mes recherches m’ont affirmé que l'Encylopedia Titanica avait mal orthographié son nom et que l’homme que je cherchais n'existait pas, ce qui me semblait de plus en plus probable. Pourtant, ce nom était tout ce que j’avais. J'ai finalement découvert qu'il y avait bel et bien eu un Hamad Hassab, et que ce dernier était un ami de Henry Harper – homme d'affaires américain et petit-fils du fondateur de la maison d'édition internationale HarperCollins. Harper est l’un des 700 passagers du Titanic à avoir survécu. J'ai contacté sa famille, persuadée que j'étais enfin sur la bonne voie, mais personne n'avait aucun détail à partager sur Hassab.

Publicité

Après cette énième déception, j'ai compris que j'étais dans une impasse. Pour clore le chapitre, j'ai publié les détails de mes trois années de recherches infructueuses dans un journal national égyptien. Quelques semaines plus tard, une femme qui disait être une parente de Hassab m’a contactée. Elle m’a expliqué que les proches de Hassab étaient réticents à l'idée de me rencontrer, mais après les avoir rassurés sur mes intentions, je suis entrée en contact avec deux de ses petits-fils : Anmar et Serag El Din, le plus jeune étant âgé de 70 ans.

1538400367350-hammad-card

Les deux hommes semblaient en savoir beaucoup sur la vie de leur grand-père et sur son voyage à bord du Titanic, bien que leurs récits se contredisaient parfois. À travers leurs témoignages et leurs documents – y compris la seule photo de Hassab prise peu de temps avant sa mort –, j'ai pu reconstituer la façon dont Hamad Hassab avait survécu à la catastrophe.

Selon eux, Hassab a été invité à bord du Titanic par Henry Harper et son épouse, Myra, qui voulaient le remercier de les avoir accueillis chez lui, au Caire, et de leur avoir fait office de traducteur et de guide touristique.

Hassab a voyagé en première classe, mais n’a pas passé beaucoup de temps avec les autres invités ou les « belles jeunes femmes qui essayaient de bavarder avec lui », m'a raconté Anmar – ce qui a valu à Hassab d’être surnommé « Le Mystérieux ».

On pense que, après que le navire a heurté l'iceberg, Hassab a entendu, par hasard, un membre du personnel du Titanic dire que le navire était sur le point de couler. De là, il s'est précipité pour le dire aux Harper. Les trois amis ont aussitôt enfilé autant de vêtements chauds que possible et, accompagnés du chien des Harper, Sun, ils se sont dirigés vers le canot de sauvetage n° 3.

Publicité

La légende raconte que Hassab a dû porter Henry et Myra pour les déposer dans le canot, avant de sauter dedans et de couper la corde qui le rattachait au navire, échappant ainsi à la foule de passagers terrifiés qui essayaient de monter. Le canot n’était qu’à moitié plein. C'est ainsi que Hassab et les Harper auraient survécu.

.

1538399460798-WhatsApp-Image-2018-09-10-at-103807-PM1-1

La carte postale manuscrite de Hassab disant qu'il a survécu.

Trois jours après le naufrage du navire, la famille de Hassab a reçu une carte postale indiquant qu'il avait survécu. Mais il a attendu trois ans avant de rentrer chez lui. Sa famille ne sait pas où il était, ni ce qu’il a fait pendant ce temps, tout simplement parce qu'il a toujours refusé d'en parler. Au bout d’un moment, ils ont cessé de poser des questions – en tenant le traumatisme de l'événement responsable du silence entourant cette période de sa vie.

1538399502953-01-

Après avoir découvert tout cela, j'ai contacté l’Encyclopedia Titanica afin de concrétiser mon objectif initial : compléter l'histoire de Hassab. J'ai été étonnée de voir à quel point ils étaient excités d'entendre parler de sa vie. Ils m'ont dit que malgré tous leurs efforts, ils avaient du mal à obtenir des informations sur les passagers du Moyen-Orient. L’histoire de Hamad Hassab a finalement été publiée sur le site, et je suis devenue la source officielle de son séjour à bord du Titanic. Je suis fière d’avoir pu apporter ma pierre à l’édifice.

Pour plus d’articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.