Société

Les jeunes bonapartistes souhaitent toujours le retour de l'Empereur

Rencontre avec le dernier carré de fidèles qui célèbrent l'anniversaire de la naissance de Napoléon.

par Arnaud Pagès
15 Août 2018, 11:32pm

Photos: Rebecca Topakian pour Vice Fr

Napoléon Bonaparte est mort il y a 197 ans, abandonné de tous, sur un îlot rocheux perdu dans l'Atlantique sud – à Saint-Hélène –, après avoir été destitué et exilé quelques années auparavant. Rien de bien glorieux pour celui qui fut le maître de l'Europe pendant dix ans et un des plus grands génies militaires de son temps.

Pourtant, après toutes ces années, son souvenir est toujours vivace et il est admiré un peu partout dans le monde. L'évocation des grandes batailles, de l'odeur de poudre, des charges héroïques de sa cavalerie fait toujours rêver de nombreux nostalgiques. Pour preuve, il existe encore de nos jours un parti bonapartiste en France.

Mais surprise, ce parti, pourtant si anachronique, rassemble de nombreux jeunes. Mais nous sommes au XXIème siècle et il apparaît légitime de se poser une question : qu'est-ce que ces jeunes peuvent bien espérer trouver dans le bonapartisme ?

1534092702290-201808_topakian_vice_bonapartiste_03_10

Tarik Bougherira (28 ans) – Gestionnaire de la collection Chalençon – Paris

Comment en êtes-vous venu à vous intéresser à Napoléon ?
De façon atypique. J'étais sportif de haut niveau et membre de l'équipe française de lutte. Je devais participer aux JO de 2012 à Londres, mais une blessure a mis un terme à ma carrière. J'ai ensuite rencontré un passionné de Napoléon qui est devenu un ami. Au fil des années, j'ai commencé à me spécialiser dans la vente d'objets napoléoniens et j'ai ouvert une galerie rue Drouot, dans le IXe arrondissement de Paris. Je viens de Villeurbanne, d'une famille populaire et nombreuse, donc rien ne me prédestinait à ça.

Que vous inspire le personnage historique ?
Pour moi, Napoléon représente le modèle d'une intégration réussie et d'une ascension sociale fulgurante dans une société française qui, à l'époque, était encore moins propice à cela que maintenant. Napoléon, ce petit noble Corse à peine français, presque un paysan, dont la famille n'avait ni argent, ni pouvoir, est devenu l’Empereur des Français. C'est un beau parcours ! Pour moi le bonapartisme, c'est d'abord une façon de vivre. Quelqu'un qui caractérise bien Napoléon aujourd'hui, c'est Emmanuel Macron. Il a un côté très bonapartiste dans sa façon de faire. Il a cette volonté de faire changer les choses dans l'intérêt commun.

« Macron, dans cinquante ans, on ne saura plus qui c'était. Napoléon est mort il y a plus de deux-cents ans et tout le monde le connaît. »

Donc Macron et Napoléon même combat ?
Macron, dans cinquante ans, on ne saura plus qui c'était. Napoléon est mort il y a deux-cents ans et tout le monde le connaît. Pas seulement en France mais également partout dans le monde ! Après, c'est vrai qu'il y a des ressemblances : cette même envie de faire changer les choses mais aussi de recentrer le pouvoir sur le chef. Mais les comparaisons s'arrêtent là.

La France irait mieux si Napoléon la gouvernait ?
En France, 50% des gens aiment Napoléon et 50% le détestent. Mais je pense qu'il manque à une grande partie de nos concitoyens. Il faut savoir que la France n'a jamais été aussi prospère que sous Napoléon. Et sa politique aujourd'hui pourrait encore faire du bien au pays. Il avait un côté impartial. Riches ou pauvres, tout le monde était logé à la même enseigne.

1534092739057-201808_topakian_vice_bonapartiste_03_05

Pierre Mécréant (26 ans) – Sans emploi –
La Ferté-Gaucher (Seine-et-Marne)

Qu'est-ce que Napoléon représente pour vous ?
Napoléon est pour moi un modèle. Enfant, j'étais admiratif de son génie militaire. Je lisais ses campagnes comme de grandes épopées. Adolescent, j'ai découvert une autre facette de Napoléon : l'homme politique, le réformateur, le reconstructeur de la France après la Révolution.

Selon vous, pourquoi Napoléon manque à la France ?
Aujourd'hui, la France est divisée. Il lui faut un leader pour rassembler les Français et leur montrer la voie à suivre pour l'avenir. C'est ce que Napoléon avait fait en son temps. Il se plaçait au-dessus des partis dans l'intérêt du pays. Il était au-dessus de la mêlée et il indiquait le cap à suivre.

Ça veut dire quoi être bonapartiste en 2018 ? Comment peut-on résumer de façon simple cette tendance politique ?
Être bonapartiste aujourd’hui, c'est avant tout être moderne et rassembleur. C'est un mouvement qui est à la fois de gauche et de droite, tourné vers le progrès social mais qui est fondé aussi sur le respect de la souveraineté populaire et de l'autorité.

« Être bonapartiste aujourd’hui, c'est avant tout être moderne et rassembleur »

Si un candidat bonapartiste arrivait un jour au pouvoir, à quoi ressemblerait son programme ?
Son programme se concentrerait sur quatre points essentiels : restaurer la souveraineté populaire en ayant recours au referendum, garantir l'indépendance nationale, favoriser le progrès social et, enfin, redonner tout son sens au mot autorité.

Pensez-vous qu’on retrouve un peu de Napoléon dans Emmanuel Macron ?
Oui et non. On peut voir une certaine inspiration à Bonaparte dans la façon dont Macron exerce le pouvoir, mais on dirait plus une contrefaçon qu'autre chose. Napoléon était partout, mais la différence est que la politique de Napoléon faisait réellement avancer la France.

1534092761993-201808_topakian_vice_bonapartiste_03_07

Marin Menzin (20 ans) – Étudiant en Histoire et membre des Vosges napoléoniennes – Nancy

Pourquoi vous intéressez-vous à Napoléon ?
Napoléon représente pour moi la France dans ce qu'elle a de plus grand. C'est la gloire, la grandeur, la réussite. Napoléon est, à mon sens, le plus grand personnage historique que nous ayons eu avec le Général de Gaulle.

Napoléon est pourtant un personnage du passé dont les idées sont difficilement applicables aujourd'hui…
N'oublions pas que Napoléon a su faire rêver la France tout en la faisant réussir. C'est quand même un vrai exploit. Il incarne l'unité perdue de la nation. Il est un vecteur d'espoir. Et la France a besoin d'espoir.

« Napoléon est, à mon sens, le plus grand personnage historique que nous ayons eu avec le Général de Gaulle »

Pourtant, on imagine mal une politique bonapartiste dans la France du XXIème siècle ?L'arrivée au pouvoir d'un candidat bonapartiste serait synonyme d'une politique d'ordre et de réforme rapide fondée sur la volonté nationale, l'unité du peuple et sa consultation régulière par référendum. Il s'agirait de la mise en place d'une politique qui garantirait à la France son ouverture sur l'Europe et sur le monde, tout en lui conservant sa souveraineté et son indépendance.

Du coup, Emmanuel Macron semble avoir un petit côté Napoléon dans sa façon de gouverner ?
On a souvent en effet comparé Nicolas Sarkozy et Emmanuel Macron à Bonaparte. On retrouve chez eux l'énergie, la jeunesse, la volonté de réformes rapides, la recherche d'unité et la fin du règne des partis. Cependant, les comparaisons s'arrêtent là. Après si l'on cherche tant à comparer tel ou tel homme politique à Napoléon, c'est bien parce qu'il a profondément marqué la France et le monde et que, finalement, on le cherche peut-être tous inconsciemment.

1534092794711-201808_topakian_vice_bonapartiste_05_06

Quel est votre regard sur la politique actuelle ?
Les grands hommes qui ont fait la France doivent malheureusement se retourner dans leur tombe en regardant comment est orientée la politique de notre pays aujourd’hui. Notre nation est passée de modèle pour l’Europe et le monde, à simple valet du voisin allemand.

Carrément !
Le quinquennat d’aujourd’hui a démarré avec la destruction des acquis, notamment sociaux, hérités de Louis-Napoléon Bonaparte. Le service public est cassé afin de favoriser l’essor de grandes sociétés privées, dont les objectifs seront de dégager un maximum de bénéfices et non pas d’assurer une qualité au service du public. Comment faire pire ?

Comment milite-t-on ?
Au sein de notre parti « France bonapartiste », chacun est libre de participer ou non aux activités militantes. Pour militer efficacement, il faut se faire connaître d’éventuels sympathisants en diffusant nos idées, faire savoir que les bonapartistes existent encore, que nous ne sommes pas tournés vers le passé mais aptes à proposer des réponses aux questions économiques, sociales et politiques qui se posent aujourd’hui. Nous participons à la vie du mouvement sur les réseaux sociaux et distribuons des tracts pour nous faire connaître.


VICE France est aussi sur Twitter , Instagram , Facebook et sur Flipboard.