FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Fentanyl : une drogue très mortelle se répand aux USA

Cet opioïde synthétique puissant et ses cousins — dont un tranquillisant pour éléphant — ont été reliés à plusieurs overdoses de masse cette année.
1.9.16
Des pilules de Fentanyl conçues pour ressembler à de l'oxycodone, saisie par la police de l'Ohio. (Photo via Cuyahoga County Medical Examiner’s Office/AP)

La semaine dernière, dans la région de Cincinnati, en six jours, 174 personnes ont fait une overdose d'opioïdes. La semaine précédente à Huntington, en Virginie-Occidentale, 26 personnes ont fait une overdose semblable en l'espace de quatre heures. Même pour un pays confronté à une grave crise de l'héroïne, les chiffres sont choquants.

Mais ces overdoses de masse n'ont guère surpris la police et les experts de la santé qui suivent l'émergence du fentanyl, un opioïde synthétique 50 à 100 fois plus fort que la morphine, et de ses dérivés, dont l'un est utilisé comme tranquillisant pour éléphant. Le fentanyl est lié à des overdoses connues depuis au moins 2005. Mais les responsables en charge de la santé publique et de la lutte contre le trafic de drogue mettent en garde contre le fait que sa consommation est en train d'exploser.

Publicité

« Nous vous exhortons, s'il vous plaît, à ne pas prendre d'héroïne en ce moment », a déclaré Tom Synan, chef de la police de Newtown, en Ohio, et le patron de la cellule anti-drogue de la région de Cincinnati. « Ne serait-ce que parce que nous ne savons pas ce qu'est cette chose que l'on trouve dans la rue. »

La Drug Enforcement Administration (DEA) a publié une alerte nationale concernant le fentanyl en mars 2015, après que plus de 700 morts par overdose ont été reliées à cette drogue à la fin de l'année 2013 et en 2014. Cette année seulement, le fentanyl et d'autres opioïdes synthétiques de la même famille ont été liés à 53 overdoses à Sacramento— dont une douzaine a été fatale. Il y a eu 17 overdoses mortelles en une semaine à New Haven, dans le Connecticut. 11 overdoses ont tué deux personnes en une seule nuit à Columbus, en Ohio. Et l'on compte neuf décès dus à la drogue en trois mois à Tampa, en Floride.

À lire : Comment le « Walter White » du fentanyl est apparu sur le dark web, puis a disparu

Tous les laboratoires locaux ne sont pas équipés pour repérer des composés du fentanyl, la police attend toujours de confirmer si la drogue était responsable des overdoses à Cincinnati et à Huntington. Mais les dernières données de la DEA et des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) indiquent que le fentanyl et des drogues similaires pourraient en être la cause.

Un rapport publié la semaine dernière par le CDC a observé une augmentation de 426 pour cent des cas où le fentanyl et d'autres opioïdes synthétiques sont apparus parmi les drogues saisies par la police en 2013 et 2014, ce sont les années les plus récentes pour lesquelles des données sont disponibles. Dans le même temps, ils ont noté une augmentation de 79 pour cent des overdoses mortelles dans 27 États — dont l'Ohio et la Virginie-Occidentale. Beaucoup de médecins légistes et de laboratoires médico-légaux ne font pas systématiquement des tests sur la présence de fentanyl, donc la drogue pourrait être encore plus répandue.

Publicité

« Quand nous avons regardé les données, elles indiquaient vraiment le fentanyl », a assuré R. Matthew Gladden, l'auteur principal du rapport, à propos des empoisonnements mortels dus à la drogue. « C'en était le principal facteur. »

Ce graphique du CDC montre l'augmentation des saisies de fentanyl par la police en 2013 et 2014 et l'augmentation correspondante d'overdoses mortelles dans 27 États.

Gladden et ses co-auteurs ont suggéré que des personnes mouraient probablement parce qu'elles prenaient du fentanyl sans le savoir, sous la forme d'héroïne coupée ou de faux comprimés conçus pour ressembler à de l'OxyContin et d'autres marques d'anti-douleur recherchées. Ces résultats coïncident avec les renseignements sur la manière dont les opioïdes synthétiques ont inondé le trafic de drogue en Amérique du nord.

La propagation du fentanyl est en partie due à des notions élémentaires d'économie. Contrairement à l'héroïne, qui exige la culture méticuleuse de champs de pavot, les opioïdes synthétiques peuvent être fabriqués à bas coûts, à une échelle industrielle, à partir d'un savoir-faire basique en chimie. Cela coûte de 3 000 à 4 000 dollars pour produire un kilo de fentanyl — le même coût que pour produire un kilo d'héroïne, selon Russ Baer, un porte-parole de la DEA. Ce kilo d'héroïne se vend aux États-Unis 60 000 dollars ou plus, avec une valeur de revente de plusieurs centaines de milliers de dollars quand elle est diluée et vendue au gramme. Mais la puissance extrême du fentanyl fait qu'il peut être coupé et divisé en beaucoup plus de kilos, augmentant les bénéfices du dealer.

Publicité

« Ce kilo de fentanyl peut produire entre 16 et 24 kilos [de drogue], rapportant à terme des bénéfices de 1,3 million de dollars après avoir été vendu dans la rue », a expliqué Baer. « C'est plus lucratif que l'héroïne. »

Sentant une opportunité commerciale, les gangsters mexicains — Baer a mis l'accent sur les cartels Sinaloa et Jalisco New Generation — ont lancé leur production de fentanyl, soit en important le produit fini directement depuis la Chine, où il est fabriqué à la fois illégalement et par des entreprises pharmaceutiques légales, ou en achetant les substances chimiques nécessaires aux Chinois et en le fabriquant eux-mêmes.

En plus de vendre le fentanyl sous forme de poudre ou de l'utiliser pour couper l'héroïne, les cartels mexicains et les dealers aux États-Unis et au Canada le pressent aussi sous forme de comprimés. En plus d'augmenter la valeur au détail de la drogue — une dose de fentanyl représente moins de deux milligrammes, ce qui signifie qu'un kilo peut produire plus de 650 000 comprimés, vendus chacun au prix de 20-30 dollars —, les comprimés élargissent la clientèle pour inclure des personnes méfiantes à l'idée de fumer ou de s'injecter de l'héroïne. Baer a remarqué que les acheteurs et les vendeurs ignorent souvent qu'ils contiennent du fentanyl.

« Les dealers de drogue ne savent pas ce qu'ils vendent, les consommateurs ne savent pas ce qu'ils achètent et ce qu'ils font entrer dans leur corps », a déclaré Baer. « Maintenant, avec le faux étiquetage des opioïdes, il y a une extension de ce qui est une technique de marketing franchement ingénieuse de la part de ces cartels mexicains. »

Publicité

Un rapport des renseignements de la DEA, publié en juillet, a noté que les cartels mexicains ne sont pas les seuls à fabriquer et à tirer profit des comprimés de fentanyl. En janvier, les agents de la DEA ont saisi 6 000 comprimés de fentanyl, conçus pour ressembler à de l'oxycodone, à un dealer qui les fabriquait dans sa résidence de New-York. Une opération similaire, consistant à presser des comprimés, a été découverte à Los Angeles en mars.

Alors que le fentanyl est étroitement réglementé aux États-Unis, Baer a expliqué que les laboratoires chinois ont commencé à modifier légèrement la formule moléculaire pour créer des drogues similaires qui ne sont pas encore illégales dans l'un ou l'autre des pays, certaines étant même encore plus puissantes que le fentanyl. L'une de ces variations, qui est déjà réglementée aux États-Unis, est le carfentanil, un tranquillisant que les vétérinaires utilisent pour mettre sous sédatif les éléphants et d'autres grands animaux. Il est apparu récemment dans l'héroïne saisie à Cincinnati et il a aussi été lié à des overdoses dans le Kentucky, en Floride, et à Akron, dans l'Ohio, où ont eu lieu 230 empoisonnements dus à la drogue — dont 20 mortels — en juillet.

Baer a décrit un niveau de coopération « sans précédent » entre les autorités américaines et chinoises pour réduire l'approvisionnement de fentanyl, mais les experts en santé publique et en politique anti-drogue mettent en garde sur le fait que le seul moyen de s'attaquer au problème est de réduire la demande, ce qui signifie amener plus de gens à suivre des programmes de désintoxication.

Publicité

Même la DEA reconnaît qu'il est quasiment impossible de couper complètement le flux de fentanyl provenant de Chine et du Mexique.

« En fin de compte, c'est un problème d'addiction », a assuré Baer. « Les drogues vont se répandre où la demande existe, et maintenant, la demande pour les opioïdes — que ce soit l'héroïne, le fentanyl, ou des composés liés au fentanyl — se trouve dans notre pays. »


Suivez Keegan Hamilton sur Twitter : @keegan_hamilton

Cet article a d'abord été publié sur la version anglophone de VICE News.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez VICE News sur Facebook : VICE News