FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Les festivals de musique du Canada interdisent les parures indiennes comme accessoire fashion

Les coiffes aborigènes, que certains voient comme un accessoire vestimentaire, et d'autres comme un signe de ralliement des douchebags, ne seront plus autorisées dans un nombre grandissant de festivals de musique au Canada.
17.7.15
Photo via thesantaclara.org

Les coiffes aborigènes, que certains voient comme un accessoire vestimentaire, et d'autres comme un signe extérieur de douchebag (terme anglais utilisé pour qualifier des bandes de types bien virils et crétins), ne seront plus autorisées dans un nombre grandissant de festivals de musique au Canada.

Cette semaine, après que le pilier des festivals de Montréal, Osheaga, a banni les coiffes à plumes, le Edmonton Folk Festival a suivi le même mouvement, déclarant que la sécurité confisquera lesdites plumes aux entrées de l'événement.

Publicité

"En ces temps de meilleure connaissance des choses, le Edmonton Folk Music Festival voudrait demander à nos clients  de respecter les cultures des Premières Nations, et de ne porter aucune des coiffes des Premières Nations pendant le festival," a expliqué le festival folk sur sa page Facebook ce mardi. "Ce type de coiffe a un sens sacré, culturel, et nous vous demandons de respecter et d'honorer cela en n'en faisant pas un accessoire fashion."

Ce lundi, les organisateurs d'Osheaga ont demandé à la fois aux festivaliers et aux artistes de ne pas faire de ces symboles des parures pour le style. L'organisateur d'Osheaga, Evenko, a aussi interdit ce genre de parure dans deux autres de ses événements.

A Tibe Called Red, un trio amérindien de musique électronique qui joue cette année à Osheaga, avait fait parler de lui en s'adressant à ses fans en 2013, leur demandant d'arrêter de porter les coiffes à plumes des Premières Nations, idem pour les peintures sur le visage, lors de leurs concerts.

Non Natives that come to our shows, we need to talk. Please stop wearing headdresses and war paint. It's insulting. Meegwetch and Nia:we.

— A Tribe Called Red (@atribecalledred)June 2, 2013

"Les Non-Amérindiens qui viennent à nos concerts, il faut qu'on parle. S'il vous plaît, cessez de mettre des coiffes et de peintures de guerre. C'est insultant. Meegwetch et Nia:we"

Dans un autre tweet, ils écrivent : "Est-ce que ça serait OK de s'habiller "en Africain" devant des musiciens africains ?" Ce genre de prise de position prend de l'ampleur au Canada.

Publicité

Après qu'une femme a porté une coiffe et des peintures traditionnelles sur le visage au Winnipeg Folk Festival le week end dernier, les organisateurs ont dit qu'ils demanderaient aux visiteurs  d'être plus respectueux des cultures de chacun à l'avenir. Les organisateurs du festival RepublicLive's WayHome and Boots and Hearts en Ontario a interdit à la fois les coiffes et le drapeau des Confédérés pour cet été — un symbole qui a soulevé les critiques, fortes dernièrement, aux USA pour son lien historique avec l'esclavage. Le Tall Tree Music Festival sur l'île de Vancouver Island a mis en place le même type d'interdiction.

Le gigantesque festival de Glastonbury en Angleterre a interdit la vente des parures dans son enceinte l'année dernière.

Le problème des gens non amérindiens portant des tenues traditionnelles amérindiennes n'est pas nouveau et a été un motif d'indignation récurrent en ligne, à mesure que "les coiffes d'hipsters" sont devenues un accoutrement populaire, par exemple au festival de Coachella en Californie.

L'an passé, Pharrell Williams a porté une coiffe à plumes en couverture de Elle UK, soulevant des critiques.  En 2012, Gwen Stefani a été critiquée pour son apparition avec des tenues amérindiennes dans le clip de Lookin Hot .

Les deux se sont excusés. Pharrell a déclaré, "Je suis vraiment désolé.

La semaine dernière, dans une bagarre de DJ via Twitter,  Deadmau5 a critiqué David Guetta pour sa fête sur le thème des Amérindiens où l'on trouvait un cheval.

Dans uneinterview au blog du Tall Tree Music Fest , un membre de A Tribe Called Red's, Ian Campeau, a expliqué " Ces coiffes sont des imitations et des faux. Elles représentent une idée très stéréotypée et raciste de ce que nous sommes. Je ne peux pas le supporter."

Suivez Hilary Beaumont sur Twitter: @hilarybeaumont