Les mauvaises herbes zombies ne mourront jamais

Comment quarante années d’herbicides ont créé des monstres increvables : pesse vulgaire, grande herbe à poux et vergerette du Canada

|
25 Septembre 2015, 12:20pm

Photo par Arnd Wiegmann/Reuters

Dans beaucoup de fermes, le désherbant utilisé le plus fréquemment aux États-Unis ne désherbe plus.

Le Département de l'agriculture des États-Unis a identifié 14 espèces d'herbes résistantes au glyphsate dans le pays, et il en existerait 32 dans le monde, selon un groupement de gouvernements, d'industriels et d'universités.

Des chercheurs ont montré que la forte dépendance des agriculteurs au glyphsate, communément connu sous le nom de la marque de désherbant Roundup, a rendu l'herbe plus résistante, ce qui force les paysans à changer de tactique et à s'en remettre à d'autres méthodes plus coûteuses pour s'en débarrasser.

« Les zones infestées par nos coupables principaux — [des herbes comme] la pesse vulgaire, certaines espèces d'amaranthe, ou la grande herbe à poux — augmentent substantiellement chaque année, environ 10 pour cent de la superficie affectée, » a déclaré Bill Johnson, professeur de malherbologie (la science des mauvaises herbes) à l'Université Purdue, dans l'Indiana.

Le problème de la résistance à l'herbicide est aussi vieux que l'herbicide lui-même. L'herbe qui peut survivre à une pulvérisation va transmettre ses gènes à ses descendants, pendant que ses voisines meurent.

Le glyphsate, qui est utilisé depuis quarante ans, n'est pas plus susceptible de produire des herbes résistantes que ses prédécesseurs, affirme Johnson.

Selon lui, le grand changement a été causé par le développement d'une plante résistante au Roundup, introduite par Monsanto, le fabricant du Roundup, dans le milieu des années 1990. Ce maïs, ces graines de soja et ces autres plantes génétiquement modifiées étaient capables de résister à l'exposition au glyphsate. Ainsi, les agriculteurs pouvaient utiliser l'herbicide dans leurs champs — et beaucoup en sont venus à compter sur ce seul produit chimique.

« Nous n'avons pas fait preuve de discernement, » dit Johnson. « Nous avons trop fait confiance à cet herbicide, et nous ne vaincrons pas dame Nature… De ce fait, le nombre d'espèces d'herbes a fortement augmenté. »

Le glyphsate représentait 57 pour cent de tous les herbicides utilisés sur le maïs et le soja en 2013, selon un rapport du Département de l'agriculture des États-Unis (USDA) datant d'avril. L'agence a identifié 14 espèces d'herbes résistantes au glyphsate dans le pays, et il en existerait 32 dans le monde, selon un groupement de gouvernements, d'industriels et d'universités qui suivent ce problème.

En Indiana, les producteurs sont désormais aux prises avec les mauvaises herbes résistantes au glyphsate, comme la pesse vulgaire ou l'amaranthe de Palmer, qui sont une menace grandissante pour les récoltes de soja, selon Johnson. La pesse vulgaire ou la vergerette du Canada, toutes deux résistantes, ont dorénavant été identifiées dans tout l'État de l'Indiana, a-t-il dit.

« Elles ne sont pas présentes dans tous les champs, mais dans tous les comptés, » selon Johnson.

En Géorgie, l'amaranthe de Palmer est une nuisance coûteuse pour les producteurs de coton, selon Stanley Culpepper, malherbologue à l'université de Géorgie. Durant la dernière décennie, les agriculteurs ont dépensé plus d'un milliard de dollars pour la garder sous contrôle, dit-il.

L'amaranthe de Palmer est une herbe agressive, qui pousse de 5 centimètres par jour pendant l'été et qui produit un grand volume de graines. Le glyphsate était devenu l'arme de choix contre elle, notamment à cause son bas prix, selon Culpepper — jusqu'à ce que les herbes résistantes apparaissent.

« Il n'y a pas de nouveau monstre, » dit-il. « Ce monstre vivait déjà il y a beaucoup, beaucoup d'années. Nous avons juste perdu l'un des outils les plus efficaces pour lutter contre lui. »

Beaucoup d'agriculteurs vont revenir à des techniques moins sophistiquées pour lutter contre ce monstre. Culpepper et Johnson disent que les petits producteurs s'en remettent au labourage de leurs champs, ce qui déracine les mauvaises herbes, et plantent des cultures de couverture qui monopolisent la lumière du soleil. Le gouvernement des États-Unis subventionne la plantation de cultures de couverture pour encourager cette pratique, explique Johnson — mais le labourage prend du temps, de l'énergie et use les machines, alors qu'ajouter d'autres herbicides au mélange de produits chimiques peut coûter de 5 à 35 dollars par demi-hectare, selon lui.

Charla Lord, porte-parole pour Monsanto, a déclaré que l'entreprise avait découvert, en collaboration avec des universitaires malherbologues, que l'amaranthe de Palmer pouvait être contrôlée en combinant le glyphsate avec un autre herbicide connu, le dicamba.

« Bien sûr, une gestion réussie requiert d'utiliser des tactiques diverses, incluant des herbicides avec des mécanismes d'action multiples, » a-t-elle déclaré.

Monsanto et Bayer, un autre important producteur de glyphsate, promeuvent tout un éventail de stratégies pour contrer la menace. Les principaux acteurs industriels soutiennent un programme de recherche, le Comité d'action contre la résistance aux herbicides, pour s'attaquer au problème.

Le Département de l'agriculture des États-Unis (USDA) recommande d'utiliser différents herbicides pour réduire les chances d'émergence d'herbes résistantes. Et en 2014, l'Agence de protection de l'environnement a autorisé un produit de l'entreprise Dow AgroSciences, appelé Enlist Duo, qui combine le glyphsate avec un nouvel herbicide, le 2,4-D. Il a été conçu pour s'attaquer aux mauvaises herbes dans les champs de maïs et de soja génétiquement modifiés — mais l'Agence a limité son autorisation à six ans, afin de pouvoir réexaminer le problème de la résistance.

Johnson dit que la combinaison pourra fournir aux agriculteurs « des outils très puissants » à court terme. Mais s'ils utilisent les nouveaux produits de la même manière qu'ils ont utilisé le glyphsate, « nous aboutirons au même point. »

La dangerosité du glyphsate pour les humains a également été observée à l'international. En août, le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) l'a déclaré « probablement cancérigène » pour les hommes — une remise en question dramatique pour l'Agence de protection de l'environnement aux États-Unis et d'autres agences, qui l'avaient déclaré inoffensif.

Monsanto réalise en ce moment sa propre étude à partir de la décision du CIRC.

À lire : L'Inde conseille aux paysans de faire du yoga pour sauver leurs récoltes

Suivez Matt Smith sur twitter @mattsmithatl