Culture

À la recherche des trésors perdus de l'Indonésie

Le trafic d'antiquités prive le pays de millions de dollars et personne ne semble avoir de solution pour l'arrêter.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
22.11.17

Cet article a été initialement publié sur VICE Indonésie.

Les trésors perdus de l'Indonésie disparaissent les uns après les autres. Selon certaines sources, de nombreux chasseurs de trésors illégaux déterrent des artefacts dans les rizières du district de Sukoharjo, dans le centre de Java – à des centaines de kilomètres de la capitale indonésienne, Jakarta – et revendent ces objets de valeur sur le marché noir.

Publicité

Il y a trois ans, suite à la découverte d’un temple bouddhiste, le village de Joho a été classé zone de conservation par les autorités locales. Mais cette classification n'a fait qu'accroître l'appétit des pillards qui sont prêts à payer jusqu'à 222 dollars par jour les agriculteurs locaux pour avoir le droit de déterrer des trésors enfouis.

« Nous n'avons pas encore fait le calcul, mais si l’on part du principe que cela dure depuis les années 1990, alors nous avons perdu beaucoup d’argent », déclare Darno, directeur de la fondation locale pour la culture et le patrimoine. « Le gouvernement ne semble pas réaliser le potentiel des sites historiques. »

L'argent est une ressource vitale pour les riziculteurs du village, qui ne travaillent généralement pas pendant la saison sèche. Mais c’est aussi un crime difficile à poursuivre. Et étant donné que les risques de se faire arrêter sont peu élevés, les agriculteurs du village de Joho ont peu de raison de ne pas offrir leurs champs aux chasseurs de trésors prêts à payer immédiatement en argent comptant.

« Je ne sais rien de l’héritage », a déclaré au Jakarta Post un agriculteur nommé Mariman. « Si quelqu'un veut louer mon terrain… J’accepte. »

Selon le groupe de réflexion Global Financial Integrity, les antiquités disparaissent pour atteindre un marché noir et sombre, estimé à 1,6 milliard de dollars par an. 10 % seulement de ces artefacts culturels volés sont récupérés par les autorités, a déclaré à VICE Rosinta Hutauruk, porte-parole du bureau de l'UNESCO en Indonésie.

Publicité

« Le commerce illicite d'objets culturels continue d'augmenter en raison de la stabilité de la demande, a-t-elle poursuivi. Cela est également dû à une législation incohérente et à des politiques frontalières faibles. »

Les pillages qui ont lieu dans le village de Joho ne sont que les derniers d'une longue liste d'antiquités à disparaître en Indonésie. Dans les années 1960, les habitants d'un village situé à la périphérie de Cirebon, dans l'ouest de Java, ont découvert 80 sculptures datant de quatre siècles avant Jésus Christ. Les sculptures proviendraient d'un ancien royaume hindou qui régnait autrefois sur certaines parties de l’ouest de Java. Mais depuis la découverte, au moins 55 d'entre elles ont disparu sans laisser de trace.

La situation est similaire à l’est de Java, où des sites historiquement significatifs ont été découverts, puis abandonnés. Une fois enfouis sous la mer, des plongeurs ont mis la main sur de la céramique chinoise d’une valeur de 310,49 dollars.

La situation est si mauvaise que même les artefacts conservés dans les musées ont disparu – près de 9 000 depuis 2010, selon les médias locaux. Quelques années plus tard, quatre pièces d'or de l'empire Mataram ont disparu d'un musée du centre de Java.

Ces antiquités passent généralement entre les mains de plusieurs vendeurs, traversant les frontières internationales avant de se retrouver entre les mains de riches collectionneurs privés et de musées. L'Institut archéologique américain estime que jusqu'à 90 % des artefacts vendus sur le marché légal n'ont pas de documents précisant où et comment ils ont été découverts.

Ajoutez à cela le fait que le marché noir pour les antiquités volées est également plein de contrefaçons, et il est facile de voir à quel point il est difficile de traquer les artefacts manquants, comme ceux qui ont disparu des rizières du village de Joho. Même ces antiquités contrefaites constituent une menace sérieuse pour le patrimoine mondial, a expliqué Edouard Planche, spécialiste du programme de l'Unesco, dans un mail adressé à VICE.

« Il est également important de prendre en considération l'importance des objets contrefaits dans l'impact économique des activités illégales liées au patrimoine culturel, a déclaré Planche à VICE. Si elles ne représentent pas une menace directe pour le patrimoine culturel, leur présence sur le marché rend plus difficile la découverte des biens culturels réels qui circulent dans le monde entier. »

Autrement dit, une fois que les artefacts historiques de l'Indonésie disparaissent, il se peut qu’ils soient perdus à jamais.