Publicité
Culture

On a regardé l’intégralité de la cérémonie des Césars 2019

C’est moins chiant que les Victoires de la musique mais c’est pas foufou. On se demande quand même pourquoi des gens restent plantés devant leur télé pour voir ça.

par Yérim Sar
26 Février 2019, 10:02am

© Bertrand GUAY / AFP

« Tu vois ce que t'as fait pour les Victoires de la musique ? Tu veux pas le refaire pour les Césars ? » Recevoir ce mail un vendredi à 19 heures c'est toujours la garantie de passer une soirée folklorique. Pour situer un peu, l'année dernière j'étais sur place, à la salle Pleyel, pour des interviews, et la leçon à tirer de cette expérience se résume aux paroles pleines de sagesse d'un confrère, dont on taira le nom, qui assistait à la cérémonie pour la 25e fois : « Mais tu découvres ? Évidemment que tout le monde est bourré. Ils boivent dans la soirée qui précède, ils boivent au buffet à volonté juste avant, et ils boiront dès la fin de la remise des trophées, c'est comme ça que tout le monde supporte la longueur des Césars. C'est le secret ».

C'était évidemment rassurant mais quand on est à la place du spectateur, on n'a pas droit à ces conditions optimales. Advienne que pourra.

21 h 03 Kad fait son entrée sur un medley de Queen. Il reprend lui-même leurs principaux tubes histoire de prouver qu'on peut faire pire que le biopic Bohemian Rhapsody en terme de parodie. Dans ta gueule les Oscars. Personne tape dans ses mains sur « We will rock you », par contre à un moment Kad dit Inch'allah, c'est plutôt couillu de sa part vu qu'on est à une heure de grande écoute. Le traducteur dans l'oreillette de Robert Redford lui traduit les paroles revisitées, autant dire qu'on tient le héros de la soirée.

21h06 Kristin Scott Thomas parle de sa folle jeunesse dans le Quartier latin où à la sortie des cinés « les grands-mères discutaient vivement avec des jeunes gens du montage, des plans séquence et du scénario ». Apparemment elle prenait pas mal de drogues à l'époque. Cela finit évidemment par une blague sur le Brexit.

21h08 « Je déclare ouverte la 44e cérémonie des Césars. » J'imagine que je suis le seul à penser que ce serait plus classe si elle tirait un coup de feu en l'air juste après avoir dit ça.

21h10 Déjà un bon point : le monologue d'entrée, si on peut appeler ça comme ça, est très court. D'ailleurs en plein milieu, je ne suis pas sûr, mais je crois bien que Kad vient d'admettre que Le Doudou est un film à chier. Après il parle de son expérience d'organisateur au Club Med et compare ça avec son job de maître de cérémonie, c'est pas drôle mais c'est réaliste.

21h12 « Pour donner le César du meilleur espoir féminin j'appelle Yann Moix » : la vanne était pas mal donc forcément zéro réaction du public.

21h15 Alors c'est super de se la jouer féministe pour cette catégorie, mais si après c'est que des extraits qui parlent d'amour, de larguer son mec, de se faire larguer, de piquer le mec d'une autre et se dessaper devant un mec, ça annule un peu tout.

21h17 Kenza Fortas gagne le César du meilleur espoir féminin pour Shéhérazade. C'est toujours un plaisir de voir une actrice non-professionnelle mettre une branlée aux autres, pas par mesquinerie, mais parce qu'elle est fatalement plus émouvante sur scène. Et en plus elle dédicace ses « concurrentes » super gentiment. On reconnaît bien là l'humilité marseillaise de la génération Jul.

21h18 Laurence Arné vient remettre le César de la meilleure photo, puis une autre femme avec la même robe arrive. Laurence redémarre alors son discours, elle traite une meuf de pute et fait des lapsus, il y a un technicien qui arrive en robe lui aussi, bref y'avait de l'idée mais l'absence de chute se fait sentir.

21h21 La meilleure photo est pour Les Frères Sisters et c'est l'occasion de noter qu'il y a plus de blancs dans cette salle qu'à l'Assemblée nationale.

21h23 Kad pose des questions à Franck Riester, le ministre de la Culture, façon parodie de grand débat. La meilleure doit être celle-ci : « Comment tourner un film d'action avec un Renault Kangoo ». Et la plus vraie « Pourquoi les meilleures actrices et acteurs français sont belges ». Ok Kad...

21h24 Un jeu de mot lauréats/l'Oréal.

21h25 Le meilleur espoir masculin est pour Dylan Robert dans Shéhérazade. Voir un ancien taulard récompensé, ça c'est de la réinsertion. On entend « quelle chance d'avoir une queue de cheval », donc en gros Kad est 100 fois meilleur en impro que sur les textes qu'on lui a écrit, c'est balot.

21h28 Diffusion d’un magnéto sur Robert Redford dans Les Hommes du président avec un faux doublage : une version cheap du Grand Détournement mais ça marche toujours. En revanche, vue la tête de l’intéressé, je crois bien que le traducteur de Robert a jeté l’éponge.

21h32 Jérôme Commandeur rend hommage à une actrice imaginaire et c'est vraiment marrant vu qu'il dépeint une collabo des années 40 qui doit un semblant de carrière à des promotions canapés. Ils sont ultra-forts, tant que ça vanne des gens qui n’existent pas en fait.

21h40 Cela fait deux fois que des invités tentent le classique « on dit un texte solennel qu’on a appris par cœur en parlant chacun à tour de rôle ». C’est déjà deux fois de trop, mais ça permet de s’apercevoir que Raphaël Personnaz a des faux airs de Sebastian Stan.

21h44 Ah, on voit une noire à l'écran mais c'est un extrait du docu Le procès contre Mandela et les autres, en fait c'est Winnie Mandela, du coup ça compte pas, mais bel effort.

21h48 Comme aux Victoires de la musique, personne ne sait par où partir de scène et Kad doit à chaque fois se transformer en panneau signalétique. Ah, c’est l’heure de la blague du selfie . « Ils l'ont fait aux Oscars ». C’est vrai mais c’était en 2014. Et on enchaîne avec la blague du faux appel téléphonique, il fait semblant de parler à Poutine, comprenez par là qu’il se borne à « da » 20 fois. Malheureusement il n'y aura pas de vanne « oh dada, y'a pas moyen dada » puisque personne dans la salle n'aurait eu la référence.

21h51 Laurent Laffite s’est fait un maquillage qui lui déforme le visage pour parodier les excès de la chirurgie esthétique. Ce n'est pas fait exprès mais on dirait un Bogdanov. Shéhérazade gagne aussi le César du meilleur premier film. Le réal fait une liste de remerciements assez unique : l’assistante sociale, les producteurs « qui ne nous ont pas lâché quand on était au bord de la faillite » et dédie le trophée « à tous les gens qui galèrent ». Bref ce film garde sa place d’intrus de la soirée et c’est pour ça qu’on l’aime.

22h02 Les Chatouilles gagne la meilleure adaptation, apparemment personne n’a invité Gringe, ou alors il a prudemment refusé de venir comme tous les gens sains d’esprit. Andréa Bescond, qui a adapté sa propre histoire, revient sur la pédocriminalité qui est au cœur du film. Heureusement que Frédéric Mitterrand n'est plus ministre de la Culture, ça aurait pu jeter un froid.

22h04 Un montage en hommage aux disparus, on entend bizarrement des applaudissements de génies qui n’ont pas compris que c’est pas le moment, mais du coup tu vois qui était populaire ou pas.

22h09 Lucien Jean-Baptiste et Alice Belaïdi profitent du césar de l'animation – une catégorie dont tout le monde se fout tellement que les nommés pour le court et le long sont cités en même temps – pour faire une vanne sur le harcèlement et le manque de diversité, parce qu'en gros, les personnages animés ne subissent pas ça. L’intention est bonne mais apparemment des femmes ne sont que moyennement convaincues par ce constat. Un des lauréats parle encore d'abus sexuel sur enfant, apparemment c’est une soirée à thème.

22h10 « Il n'aime pas qu'on le touche, on n'a pas le droit de l'embrasser normalement » et là le producteur embrasse son réalisateur, c’est donc du harcèlement sur personne âgée.

22h15 C'est la huitième fois que Kad Merad dit « je suis cool ». On présente le César du public qui est, en gros, une médaille en chocolat pour dire « t’as été numéro 1 niveau entrées », donc zéro suspens, mais sans doute par sadisme, c’est présenté comme si d’autres nommés avaient leurs chances.

22h20 Il y a enfin Kad et Olivier réunis sur scène, ça rappelle la Grosse Emission (qu'est-ce qu’on est vieux putain) sauf que le père de Kad débarque et là c'est buffet gratuit pour tout le monde. Le daron veut pas s'arrêter de parler, n'importe quel gosse qui a déjà essayé de négocier la télécommande à un vieux sait que c'est peine perdue. Il ne lâchera rien le gars, c'est clairement son moment, il parle plus longtemps qu’Olivier, revient sur le moment où son fils l’a rencontré. Pour un peu il exhiberait des photos de Kad en couches-culottes, tout ça n’a strictement aucun rapport avec Les Tuche, mais on tient le MVP de la soirée. Olivier gâche évidemment ce moment de grâce en promettant un futur Les Tuche 4.

22h29 Elie Semoun vient avec des lunettes de bain et un bonnet. Soit il revient d'une manif « gilets jaunes », soit il prépare un gag de merde, mais vu qu'il est en peignoir on penche pour la seconde option. Il y a une vanne sur la pédophilie de Kevin Spacey et le racisme de Mel Gibson, ça aurait pu marcher avec Luc Besson ou Jack Lang mais ce serait con de sortir de la facilité.

22h30 Elie est en slip.

22h33 Le gagnant des meilleurs costumes précise « je préfère dire vêtements ». Bah du coup on le saura, merci à lui.

22h35 C'est à nouveau Elie qui donne le César des meilleurs décors, sauf que là il est habillé. En même temps vu le niveau des blagues c'était ça ou se déguiser en Tour Eiffel j'imagine.

22h37 Le gagnant des décors fait un exposé pour dire que la culture ça coûte mais ça rapporte aussi. En gros il défend tous les gens dans la salle et, naturellement, tous les plans sur le public montrent que personne ne l'écoute. La musique des discours trop longs est envoyée pour le faire dégager.
– On va me laisser parler
- C'est pas moi !
Apparemment Kad est cool mais pas le mec en régie. Par contre le lauréat n'en a rien à foutre, il attend les passages où le morceau se calme niveau violon pour reprendre son discours ; je salue le machiavélisme. Il finit par s’adresser au ministre en expliquant que les petites boîtes de prod ont besoin du crédit d’impôt etc, et là, gros plan sur le ministre qui est hilare. Soit il n'a pas compris que le mec vient de lui adresser des revendications, soit ça l'amuse, va savoir avec ces cons-là.

« Kad Merad, l'homme le plus "cool" du monde »

22h39 Après avoir rappelé qu'il est cool, Kad parle des cascadeurs, « le dernier Mission Impossible a été tourné à Paris ». C’est bien d’assumer qu’aucun film français peut rivaliser avec une grosse prod US.

22h40 Monica Bellucci se met à raconter sa vie : « J'ai découvert le cinéma français avec Godard, Truffaut » Non mais Kristin l'a déjà faite, t'emmerdes pas Monica.

22h42
– Comme je ne dois pas parler très longtemps, affirme Xavier Legrand le lauréat du meilleur scénario.
– Je suis cool, je suis cool, Xavier, je suis cool, répond Kad. Ce dernier est un grand angoissé. Le scénariste remercie les gens qui lui ont apporté des témoignages de violences conjugales. Entre ça et la pédophilie, c'est plus les Césars c’est Enquête exclusive. Le mec expose les chiffres des violences, apparemment la moyenne a bien augmenté en France dès janvier 2019, bien joué les gars. « Il serait temps de penser à ces victimes un autre jour que le 25 novembre », lance Xavier Legrand. J’ai quand même dû googleliser : le 25 c’est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Faites pas semblant, vous l’aviez déjà oublié.

22h44 On arrive sur l'hommage à Aznavour, avec un montage de plein de jolies scènes de sa filmographie. Puis on revient dans la salle plongée dans le noir, on a un gros plan sur des baskets, puis deux mains qui branchent un lecteur et... attends. Je connais un seul mec avec un set scénique aussi pauvre. OH PUTAIN. C'est Eddy de Pretto. Il n'a pas eu sa Victoire de la musique et il revient se venger en pourrissant Je m'voyais déjà à part qu'il a remplacé « j'ai quitté ma province » par « j'ai quitté ma banlieue ». L'ENCULÉ. Globalement c'est une version dépressive du morceau, il y a autant d'énergie dans cette interprétation que d'Italie dans une pizza à l'ananas.

22h50 Jamel Debbouze fait un faux duplex où il explique tourner le biopic de Woody Allen : « Demain je fais la scène où j'épouse ma mère ». On reste dans le thème, c’est finement joué.

22h53 Gastambide ramène Anouar Toubali pour remettre le César du court-métrage. Parce que c’est un nain. Court-métrage. Humour. Apparemment il y a deux courts réalisés par le même réal en compétition, ils devaient être en galère niveau sélection mais le principal c’est que dans les carrés de caméra y'a aussi deux fois un plan sur ce mec, parce que Gégé de la régie il déconne pas avec le règlement, cf. plus haut.

22h57
– On met la musique parce qu'il faut que je me taise.
– Non je suis cool, je suis cool.
– Mon film c'est l'histoire d'un gars qui prend en otage un gosse parce que...
– Ah non c'est pas cool en fait.
– Parce qu'il y a un connard qui veut l'empêcher de faire ce qu'il veut.
– Oh, joli !
Rémi Allier, le gagnant du meilleur court-métrage, a un sens de la répartie assez bienvenu.

22h59 Gérard Darmon est présenté via une sorte de CV vidéo où il fait du patin à glace, on reconnaît bien là l’école de La Cité de la peur.
- Tu vas bien Gérard ?
- Qu'est-ce que ça peut te foutre ?
Quelle classe.

23h07 « On me demande souvent quelle est la différence entre jouer avec un grand acteur US et avec un grand acteur français. » Bah il faut changer d'amis Kristin, parce que ça c'est clairement des questions de merde. Enfin, après un énième montage best-of-medley-des-familles, Robert Redford peut enfin récupérer son César d’honneur et nous raconter sa première visite à Paris tandis que le doubleur-traducteur sue à grosses gouttes pour suivre l’accumulation de souvenirs sans trop trahir son propos. Mention spéciale pour « j'ai toujours aimé Paris, j'avais acheté un béret, je me promenais, un mec m'a demandé "t'es un touriste américain ?" » Une anecdote qui a dû émouvoir beaucoup de monde.

23h23 Katerine gagne le César du meilleur second rôle masculin. Fidèle à lui-même dans sa réaction : « C’est n'importe quoi », « je me demande toujours ce que deviennent les personnages après les films », puis il se met à chanter, demande du renfort à Jean-Michel à peu près, ça fait chaud au cœur de voir que personne n’a oublié les sketches de KDO.

23h27 Cécile Cassel et Stéfi Selma reprennent La Chanson d'un jour d'été en hommage à Michel Legrand. Cela aurait pu être cool mais elles finissent par un dab synchronisé. On y était presque putain.

23h35 « C’est toujours à deux pas du buffet qu'on se casse la gueule », « c’est la première fois qu'un huissier m'apporte une bonne nouvelle ». Un jour il faudra enquêter pour savoir pourquoi ce sont toujours les lauréats les moins connus qui ont les meilleures réactions. Bien sûr on ne reste pas sur une victoire : Kad présente les voix de doublage de certains acteurs dans d’autres pays. Et c’est juste un prétexte pour avoir des gens déguisés en indien, amazonien, sans oublier un cliché d’italien avec de la pâte à pizza dans les mains. Le réal est taquin parce que tout de suite après on a un plan sur Bellucci qui rigole pas du tout. Sinon je crois avoir vu Ibrahim Maalouf dans la salle, ça explique le running gag sur la pédophilie.

23h41 Kad, Patrick Timsit et Rossy de Palma s’aperçoivent en direct qu’absolument personne lié de près ou de loin au meilleur film étranger n’a fait le déplacement. « Le distributeur peut-être ? » Non, personne.

23h42 Second hommage aux disparus, en gros ce sont les gens qui sont morts mais pas assez connus pour être mis dans la première salve.

23h45 Diane Kruger rend hommage à Karl Lagerfeld, « son sens de l'humour, sa répartie hilarante, son regard sur le monde vont nous manquer ». Ces Allemands ont décidément une façon très personnelle de prononcer le mot racisme, sans doute une question d’accent.

23h49 Alex Lutz rafle le César du meilleur acteur. « On l'a aussi vu cette année en Fantasio dans Spirou et Fantasio »: apparemment la voix off veut l’humilier.

23h53
– Bonsoir Gad.
– Kad.
– J'ai dit Gad ?
Cela fait plusieurs fois que ce « lapsus » arrive, faut en faire quelque chose de cette vanne les gars, soit vous vous foutez de sa gueule pour les affaires de plagiat, soit vous arrêtez maintenant.

23h57 Jacques Audiard gagne la meilleure réalisation.
- C'est toujours ennuyeux les remerciements après 22h30, vous trouvez pas ?
- Non, on est cool.

23h59 « J'avais prévu une vanne mais vu que je suis un male blanc hétéro je vais fermer ma gueule » Si quelqu’un sait où Guillaume Gallienne comptait aller avec ça, qu’il se manifeste tout de suite ou se taise à jamais.

00h01 Léa Drucker est la meilleure actrice, elle dédie son César aux femmes battues et remercient les féministes « qui se font insulter tous les jours ». On était à deux doigts d'avoir une référence à la ligue du lol mais elle a su rester digne.

00h10 Jusqu'à la garde gagne le César du meilleur film, un mec remercie « la région Poitou-Charentes et la chronologie des médias ». Cela se voit qu'il était pas loin de lâcher un « Netflix on vous baise ». Voilà ce qui arrive quand on laisse le micro à un producteur.

00h13 Kad remercie lui aussi les gens qui l’ont aidé à préparer la cérémonie, dont un certain (ou une certaine) « Naps » du coup je pense au rappeur du même nom et ça compense pas grand-chose.

FIN, il est temps d'aller dormir...

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.