Publicité
Food by VICE

Henry Michel regarde Top Chef – S09EP02 : la compétition commence

Christian Le Squer dans le potager du roi, des épreuves de cuisine en live et des candidats en manque de smile.

par Henry Michel
08 Février 2018, 10:57am

Chaque semaine, notre chroniqueur débriefe le dernier épisode de la meilleure émission du PAF, en toute subjectivité.

La vraie compétition commence, et avec les manières ! Cette saison 9 s'entame avec un épisode de bonne tenue d'un point de vue culinaire, un juge d'exception, et des candidats dont la progression va nous donner raison d'avoir un peu attendu avant de leur attribuer les premières notes.

Certains timides du 1er épisode se révèlent être d'excellents chefs, les grandes gueules la referment un peu et envoient du bon, les faux-calmes s'énervent, et les faux énervés se calment. Si les masques tombent aussi tôt, cela va permettre une compétition franche du collier !

Les trois brigades en compétition et leurs coachs.

Team Darroze : Tara, Thibault, Geoffrey et Clément
Team Etchebest : Camille, Jérémy, Victor et Franckélie
Team Sarran : Matthew, Vincent, Adrien et Justine

La semaine dernière, j'ai passé du temps à vous concocter les bios des candidats, n'hésitez pas à les relire et à taper dedans.

CORRECTIONS & OMISSIONS signalées par les lecteurs

-Tara Khattar n'a pas travaillé seulement un mois chez Robuchon, mais plus d'un an. Cela change pas mal de choses à ma bio initiale, mais l'épisode à venir corrigeant les réserves exprimées dans mon portrait, je ne suis pas inquiet – Erreur signalée par Tara K., sur instagram.

-Victor Mercier ne travaille plus chez City Chef, fermé depuis 3 ans. Le voyage réalisé avec un pote n'était pas pour le fun, mais dans le projet d'un documentaire à venir, mettant en lumière des initiatives telles que la permaculture et l'agriculture biologique (comme ce monsieur) – Exagération signalée par Victor M., via Facebook biomimétique.

Première épreuve : Sublimer l'ordinaire
(durée à l'antenne ressentie : 7 h 30)

Le lieu : Versailles, potager du roi.
Le pitch : 3 rounds opposant deux binômes. Les gagnants sont qualifiés pour le prochain épisode, les perdants doivent participer à la seconde épreuve, diffusée aux alentours de 3 heures du matin en France. Le premier candidat à s'endormir sera éliminé de la compétition.
Ce qu'il fallait faire : sublimer un produit ordinaire, successivement le chou-fleur, l'oignon et le lieu jaune.
Ce que j'aurais fait : je serais parti sur un chou-fleur motorisé.
Le juge unique : l'excellent Christian Le Squer

BIO EXPRESS DE CHRISTIAN LE SQUER
Né à Plouhinec (56), c'est à 14 ans dans les cales d'un chalut que Christian Le Squer découvre le caractère magique et œcuménique de la cuisine, ce truc capable de réunir le capitaine et les matelots autour d'une table, sans distinction de classe. C'est la révélation. Après un CAP/BEP cuisine passé à Vannes, Le Squer devient chef au Café de la Paix, et attire les étoiles comme certains attirent les contraventions. D'abord 2 étoiles au Café de la Paix, puis 3 chez Ledoyen qu'il reprend dans les années 2000, et enfin 1 à La Verrière et chez ETC. Actuellement au « V » du Georges V (dire « Le Cinq », pas Le Vé), il stagne à 3 étoiles et détient la note maximale du Gault & Millau, 19/20. Il s'agirait maintenant de se ressaisir.
Son allure dégingandée et élégante de pianiste, son attachement viscéral à la Bretagne, qu'il ne peut s'empêcher de faire souvent resurgir au détour de ses plats d'une finesse extrême – écumes iodées, poissons immaculés, fruits de mers érigés en confiserie –, en font un des grands maîtres actuels de la gastronomie française, autant à l'aise dans les couloirs feutrés des palaces, qu'allongé dans les cales d'un chalut, le corps couvert de poulpes et de poissons frétillants. Bon, peut-être que j'exagère.


En Bretagne, Christian Le Squer est devenu une fierté régionale. Photo : une association du Morbihan effectue la Squer Dance, sorte de quadrille armoricaine.

ROUND 1 : Camille et Jérémy Vs Mathew et Vincent
« On ne s'ennuie jamais avec un Chou-Fleur », Christian Le Squer

Camille et Jérémy « Flandre et Wallonie »
Leur plat : « Chou, chou, chou »
En réalité : blini de chou-fleur, taboulé de choux-fleur crus multicolores en vinaigrette, mousseline et pickles de chou-fleur.
Mes notes d'épreuve :
- Camille déroule comme un pro : calme, directif, organisé, propre ; Jérémy joue le jeu intelligemment en suivant le rythme imposé.
- Philippe Etchebest trouve ça trop sage. Il attend plus de folie. Comme balancer des coups de tête dans le plat plusieurs fois d'affilée en hurlant avant de le présenter, par exemple.
- Jérémy propose plutôt d'y ajouter du chocolat blanc – d'après ses souvenirs, l'association marche bien avec le chou-fleur. Mais Jérémy ne se souvient plus exactement dans quelles circonstances il avait pu tester cela : il y a une chance sur deux que ça soit en soirée étudiante. « Même si vous ne le mettez pas, essayez » conseille Etchebest, rassurant.
- Ils ajoutent donc du chocolat blanc fondu à la mousse de chou-fleur. Etchebest trouve ça intéressant. Camille, habitué à des initiatives plus classiques, voit flou jusqu'à la fin de l'épreuve. On le retrouvera flottant dans un des plans d'eaux du jardin de Versailles, l'émission est retirée de la grille des programmes de M6.
- Le dressage me laisse dubitatif. On dirait les restes du plat de Matthew et Vincent.

L'avis de Christian Le Squer : « Pas abouti au niveau de la présentation », « Sauce agréable », « Ça me plaît », « La cuisson du chou-fleur est parfaite », « Gracieux, élégant en bouche », « Il y a une cale de chalut par ici ? »

Matthew et Vincent « L'étoilé et l'étoile montante »
Leur plat : « Chou-Fleur cuit entier / Purée de chou-fleur et curry, couscous de chou-fleur »
En réalité : chou-fleur rôti au four, puis couscous et espuma de chou-fleur, purée de chou-fleur sauce curry, tchip's de chou-fleur.
Mes Notes d'épreuve :
- Beau duo puisqu'il réunit deux des candidats qui sur le papier m'enthousiasment le plus.
- Ils décident de réaliser deux assiettes, avec « un peu d'eux dans chacun des plats », ce qui est catastrophique du point de vue de l'hygiène.
- Deux chefs concentrés et apaisés, bonne communication, épaules solides, ça cuisine bien mais avec des candidats aussi sages, je vais me retrouver au chômage.
- Notons pendant que Matthew et Vincent cuisinent avec application que Michel Sarran est toujours le meilleur coach en place, de bon conseil, sympa, souriant, enthousiaste, et souvent drôle.
- Émotion sur ce chou-fleur rôti, bien caramélisé, gorgé de bon beurre, c'est plus un chou-fleur : c'est un kouign amann.

L'avis de Christian Le Squer : « Couscous très bon, beau mariage, beaucoup de subtilité dans les saveurs », « crème de curry parfaite », « Très beau plat », « J'aurais aimé le chou-fleur plus croquant, moins fondant ».

Verdict de ce round chou-fleur :

-> Camille et Jérémy relégués à la deuxième épreuve !
-> Vincent et Matthew qualifiés pour l'épisode 3 de Top Chef !

ROUND 2 : Franckélie et Victor Vs Tara et Clément
« L'oignon a du tempérament », Christian Le Squer

Si vous souhaitez connaître la recette complète de la magnifique fleur d'oignon présentée par Christian Le Squer, vous pouvez nous faire une infidélité en allant la lire dans ce papier de Josefa Lopez pour Le Monde.

Frankélie et Victor
Leur plat : « Oignons en texture, sabayon à l'huile de noix, tuiles de sarrasin et bouillon de légumes ».
Mes notes d'épreuve :
- Vous souvenez-vous lorsque la semaine dernière, j'ai pu écrire de Franckélie qu'il était potentiellement un faux calme ? Le talentueux chef de palace, lors de cette épreuve, n'a pas perdu son calme, mais a en tout cas exposé une de ses faiblesses : celle de ne pas vraiment vouloir concevoir les plats en équipe, du moins pour cette épreuve.
- C'est Victor qui en a fait les frais de manière assez nette, dès le début de l'épreuve, par ce magnifique ghosting (note technique 9/10, artistique 9/10). Version romancée :
FRANCKELIE - on va mettre des oignons frits et de la purée d'oignons, et….
VICTOR - Excuse-moi de te déranger, pardon d'exprimer mon avis, mais je mettrais bien à confire également quelques oignons au four, comme j'ai pu le découvrir lorsque j'ai visité le Swahili picard.
FRANCKELIE - … donc je disais, oignons frits, purée d'oignons…
- C'est la beauté de Top Chef : les vécus, les générations sont tellement différentes. Franckélie a tanné son cuir dans des fabriques à barbouzes des fourneaux, la prise de décision doit être rapide, solitaire, sans chichi ni bisous pour accompagner les ordres. Victor lui, a encore gardé un petit peu de fraîcheur ou d'espoir en l'être humain, il y croit encore.
- Victor conserve néanmoins son sang-froid, et va profiter d'une faille pour faire passer 10 centilitres d'une huile végétale à la cébette qui contribuera énormément, au final, à la réussite du plat.
- L'opposition se poursuit jusqu'au bout, avec la volonté, appuyée par Etchebest, de présenter un oignon entier dans le plat. Franckélie consent finalement de faire rôtir de l'oignon au four, mais pour mieux le défoncer en pétales.

ETCHEBEST - Tu veux pas mettre un oignon plein au milieu ?
FRANCKELIE - Ouaiiiiiiis j'sais paaaaaaas, on a tous nos idées, tous nos avis, comme le dit Jessica dans « Les Marseillais » : « Je suis comme je suis, moi on me prend cash, je réalise que je ne peux pas plaire à tout le monde ».
VICTOR - Mais je sais pas moi, essaie peut-être de leur faire prendre une forme d'oignon dans l'assiette ?
FRANCKELIE - Non.

Un « non » sec et plein de plomb, même Etchebest en perd son rock’n’roll et s'éloigne du binôme. Victor lâche l'affaire aussi, en se jurant d'amener avec lui une bombe lacrymogène la prochaine fois pour faire valoir ses droits.
- Au final le plat est beau, ne célèbre pas l'oignon, mais Franckélie délivre et maîtrise assez bien pour assurer un beau plat d'épreuve malgré le manque de coopération que le montage semble montrer. Victor se sort avec les honneurs de cette épreuve, en ayant gardé son sang-froid et contribué comme il pouvait.

L'avis de Christian Le Squer : « C'est un plat qui est élégant », « L'huile végétale c'est bien », « Il va pas à l'essentiel de l'oignon », « On sent bien le goût de l'oignon », « Ce sabayon, je l'ai pas beaucoup en bouche », « C'est un beau plat ».

Tara et Clément

Leur plat : « Reconstitution d'un oignon cuit en croûte de sel en différentes textures et son bouillon »
En réalité : oignon cuit en croûte de sel, compotée d'oignons, crème d'oignons, pétales d'oignons frits, bouillon de volaille au lard. Ça a l'air complètement cru, c'est la next step de Top Chef : non seulement on mange froid, mais en plus on mange cru.
Mes notes d'épreuve :
- On s'attendait à un Clément en lead, de par son expérience aux fourneaux et en équipe plus accrue que celle de Tara, de facto solitaire. Et cela s'est soldé par le contraire ! On a eu droit à une Tara déterminée, prenant les commandes par défaut, devant un Clément décontenancé par une sortie de route.
- Cette sortie de route : faire en lieu et place d'un coq en croûte de sel pour les oignons une sorte de kippa en gros sel à chaque oignon. Une bourde incompréhensible. Tara et Darroze hallucinent, et Clément ne sait plus où se mettre.
- Il faut se mettre dans la tête de Clément : il vient de révéler une lacune de débutant devant la caméra et donc 3 millions de téléspectateurs, le chrono tourne, et dans ce moment-là n'importe lequel d'entre nous aurait aimé se rouler en boule et souhaiter que ça passe. Il se roule en boule, mais mentalement.
- Tara doit prendre les décisions. Ce temps perdu à la cuisson en croûte de sel leur fait sortir un oignon quasiment cru. « Il faut que notre oignon en croûte soit fucking cuit ! » - elle prend la sage décision d'en tester deux à l'eau, et deux au four. Le plus cuit l'emportera.
- Ils arrivent à recueillir une couche entière, qui sert de cloche pour cacher la compotée. Spoiler : il est encore cru. Le Squer va en jeter les couverts dans l'assiette et hurler « MAIS MERDE, PUTAIN ! » devant la France ébahie. Une de ces affirmations est fausse.

L'avis de Christian Le Squer : « On retrouve cet oignon, entier », « Il est beau », « Il vient de me faire un clin d'œil », « S'il existait un Tinder de l'oignon, ça matcherait », « J'aime cette confiture d'oignon très parfumée », « L'oignon est cru. Ça va pas du tout. Choqué et Déçu ».

Verdict de ce round oignon :

-> Tara et Clément relégués à la deuxième épreuve !
-> Franckélie et Victor qualifiés pour l'épisode 3 de Top Chef !

ROUND 3 : Justine et Adrien Vs Geoffrey et Thibault
« J'aime le lieu jaune », Christian Le Squer

Geoffrey et Thibault
Leur plat : « Lieu jaune aux saveurs d'Automne, bouillon de racines »
En réalité : lieu jaune vapeur chemisé de salade cuit par la vapeur du fumet de poisson, carotte, fenouil, bouillon aux racines, parures de poissons et sueur de coques qui ont transpchiré dur. Ça a l'air très fin et hyperparfumé.
Mes notes d'épreuve :
- J'aime ces deux jeunes gens depuis l'épisode 1, ils ont la beauté de la passion, leurs caractères sont différents mais leur détermination fait plaisir à voir.
- Cette épreuve est formatée comme un feelgood movie américain en accéléré, durant lequel Geoffrey, le rebelle taiseux qui ne veut pas communiquer, va s'ouvrir aux autres et marquer le panier de basket final avec la collaboration d'un labrador. Le labrador n'étant pas Thibault hein, quoi qu'il en a les qualités de patience et le regard très humain.
- Dès le début de l'épreuve, Geoffrey décide de déverser l'intégralité du garde-manger du potager du roi dans son bac. Thibault le poursuit pour comprendre sa démarche, en vain.
- Geoffrey ne veut rien entendre, par trac de communiquer et maladresse, il part bille en tête dans sa recette.
- Arrive alors Hélène Darroze, interprétée par Isabelle Nanty, accompagnée de Jessica Chastain. Hélène enjoint les deux jeunes gens à communiquer sur leurs recettes. Ils s'y plient tant bien que mal.
- Geoffrey garde cependant quelques oripeaux de « jeune », en osant apostropher Thibault d'un « Hey Mec » qu'Axel Foley, le flic de Beverly Hills, n'aurait pas renié. Darroze pète un câble, rappelle à chacun ses prénoms, souligne que ce sont tous les deux des êtres humains et qu'il faut se respecter. Recalage de daronne, Geoffrey file droit. Thibault, engueulé alors qu'il n'avait rien fait, ravale sa salive, persécuté solidaire, comme Gourcuff à Knysna.
- Thibault, toujours constructif, fait goûter à Geoffrey son lieu jaune. Mégasurprise : même en 2018, la laitue cuite a un goût amer. Il dose mieux son bouillon et sauve leur binôme de la catastrophe.
- Jessica Chastain sera finalement coupée au montage.

L'avis de Christian Le Squer : « Je préfère un poisson entier », « Il est bon ce bouillon », « Il a de l'élégance », « C'est un plat qui me fait beaucoup voyager », « Qu'est-ce que le niveau est élevé ! », « Là, on est dans le futur ».

Justine et Adrien (ça sonne comme une série de livres pour enfants qui diaboliserait la GPA)
Leur plat : « Lieu jaune confit, croustillant mandarine, ail, coulis cresson, beurre noisette et avocat brûlé volontairement »
En réalité : lieu jaune confit dans l'huile d'olive, gingembre, aneth, clémentine, crémeux de cresson, avocat brûlé, panko, ail, citronnelle. Ça a l'air bon.
Mes notes d'épreuve :
- Voyez les différences de perception : Adrien prend la parole pour expliquer le plat à Justine de A à Z dans un monologue de 17 minutes, Justine y voir une fusion des esprits parfaite, presque inquiétante. De notre côté, avec le montage, on y voit plutôt un combo mansplaining/manterrupting double loots 720° sans faute, et une Justine juste fermement résolue à faire en sorte que cette collaboration se passe bien.
- « J'écoute, bien sûr, ce qu'elle a à dire, mais bon je garde le leadership ».
- L'important est que le duo fonctionne : chacun s'affaire à son poste de manière très pro et efficace, on a affaire à deux candidats bien carrés, bien techniques, ça file droit, c'est pas les recettes pompettes pour un sou.
- Justine ose intervenir sur l'assaisonnement du plat, une fois, deux fois, trois fois, Adrien écoute ce qu'elle a à dire, mais bon il garde le leadership.
- Le Squer regrettera l'assaisonnement.

L'avis de Christian Le Squer : « Je regrette l'assaisonnement », « C'est un plat qui peut être présenté à mon restaurant », « J'aime bien ce poisson rosé », « On voit de la technicité, du savoir », « Ils sont doués vos candidats ! ».

Verdict de ce lieu jaune :

-> Justine et Adrien relégués à la deuxième épreuve !
-> Geoffrey et Thibault qualifiés pour l'épisode 3 de Top Chef !

Deuxième épreuve : Finir la recette devant « Jeff Trap »

Les 6 candidats relégués pour cette seconde épreuve, concoctée par Jean-François Piège, vont devoir faire preuve de technique et d'inventivité en concevant une recette qui finisse en show laser devant le client – avec une histoire racontée, des effets visuels, de la magie et du wizz.
Ce n'est pas une épreuve si saugrenue : la tendance de montrer le geste de cuisine en salle revient à la mode, plus seulement pour préparer le poisson, et pas seulement en open kitchen. On revient à la convivialité démonstrative et pleine d'emphase du début du siècle, où l'on flambait, tranchait, découpait devant le client, et même au moyen âge, où l'on flambait, tranchait et découpait le client.

L'arrivée de Jean-François Piège

Au moment de l'enregistrement de cet épisode, prévu pour être diffusé quelques jours après les annonces du Guide Michelin 2018, on ne sait pas encore si Jean-François Piège obtiendra enfin les trois étoiles qu'il méritait pour son Grand Restaurant (et qu'il n'a finalement pas obtenues). Que faire, donc ? Arriver en plateau de manière nature et débonnaire, en simple deux étoiles, ou la jouer grande traversée sur 60 mètres de marche, torse bombé, lançant des saluts royaux en bon triple étoilé ? Finalement, la production semble avoir opté pour un entre deux : Jean-François Piège arrive sur le plateau en marchant 60 mètres, MAIS d'un air débonnaire.

Jérémy
Son plat : Magret de canard, chou, beurre d'orange, bâtonnets de betterave, sauce chou rouge canard.
L'élément live : Jérémy verse dans le jus de chou rouge passé à la centrifugeuse et mélangé à la sauce canard du vinaigre balsamique blanc. Je vous passe les détails scientifiques, mais le truc devient bleu. Etchebest n'en revient pas.
La démo : Je vous passe les détails scientifiques, mais le truc ne devient pas bleu. Etchebest n'en revient pas.
-> Jérémy gagne une invitation en « sélection dernière chance ».
-> Là, Etchebest offre à Jérémy un voyage en dernière chance.

Camille
Son plat : Selle d'agneau, viennoise au piment d'Espelette, piperade poivron tomate, caviar d'aubergine, jus d'agneau. Sur le papier c'est super miam.
L'élément live : fumer au bong l'agneau au piment d'Espelette en refaisant le monde.
La démo : Camille manque de confiance en lui. Malgré une belle idée, une belle cuisson d'agneau, il s'excuse de vivre, se décontenance, perd un ingrédient. Jean-François Piège, décidément étrange dans cet épisode, alterne engueulades et paroles rassurantes, exige soudainement de sentir la cloche au piment, se prend l'équivalent de dix bombes lacrymo en la respirant, s'étouffe, et les yeux en larmes renvoie Camille à sa place. Courage Camille, ce ne sont que de bons problèmes, car la cuisine est là !
-> Camille gagne une invitation en « sélection dernière chance ».
-> Là, Etchebest la sauve.
Camille qualifié pour l'épisode 3 de Top Chef !

Tara
Son plat : tartare de crevette fumée sous cloche, purée de menthe, coriandre et basilic congelée au bon azote des Vosges.
L'élément live : le fumage du tartare de crevettes, la congélation de la purée, et une tentative de meurtre sur le juge.
La démo :
- Avant toute chose, notons-le : Tara est un sourire permanent, et sa bonne humeur et son humour apportent énormément dans une saison où la plupart des candidats sont pour l'instant trop flippés, trop timides ou trop sérieux. C'est un casting hyper serious, non ? Sur cet épisode, qui d'autre sourit ou fait des blagues ? Personne. Franckélie, à la rigueur, lorsqu'on le laisse un peu tranquille. On en regretterait presque une petite séquence de Scotchman.
- Tara part immédiatement en courant chercher son chariot, ce qui choque Piège, qui ne tardera pas à revoir à la baisse son niveau d'indignation dans les secondes qui suivront.
- Tara fume son tartare, passe à la congélation en laissant Piège se farcir une deuxième asphyxiade.
- La jeune candidate libanaise pose ensuite la belle quenelle congelée dans l'assiette, et subitement, ECLATE la quenelle d'un coup de cuillère qui évite de peu la boîte crânienne du chef double étoilé, projetant des fragments de purée dans tout le studio. Le résultat est un massacre, on passe d'une jolie quenelle à un shrapnel légumier.
- Jean-François Piège, intégralement maculé de purée de menthe, pose un sobre « bravo » et éclate en sanglots intérieurement.

-> Plat sélectionné par JF Piège pour la dégustation.
- Avis de Piège : « Beaucoup d'originalité », « Mariage des goûts réussis » mais cela ne suffit pas.
-> Seule candidate sélectionnable par Darroze, Tara se retrouve en dernière chance.

Clément
Son plat : crevette lardée, purée et brunoise de potimarron, sphérification de coulis de potimarron.
L'élément live : la cuisson de la crevette lardée, et l'ouverture du coulis en sphères par le client.
La démo :
- Le plat est super yummy et vient allumer toutes les lumières de Jean-François Piège sortant de 6 mois de régime à l'hyperprotéiné et à la laitue. Le chopper à l'odeur du lard grillé, c'est moche mais diablement efficace.
- Je trouve néanmoins la démo un peu flat. La sphérification ayant pris pendant l'attente ne coule plus, et le passage à la plancha n'est pas non plus un moment foufou.
- Le plat est néanmoins super-appétissant, on n'est pas vraiment dans du gastro mais cela fait envie.
-> Plat sélectionné par JF Piège pour la dégustation.
- Avis de Piège : « Mariage potimarron, lard et crevette intéressant », « On a envie d'y revenir », le chef kiffe son retour au lard.
-> Clément qualifié pour l'épisode 3 de top Chef 2017 !

Justine
Son plat : gambas flambées, artichauts barigoule, maïs, purée d'artichauts
L'élément live : le flambage de gambas
La démo :
- Pour des raisons sûrement très différentes d'un Clément ou d'un Camille, Justine perd ses moyens et cherche encore la confiance en elle - nous ne sommes pas ici pour parler sérieusement, rappelons quand même que le rapport des chefs femmes à la confiance n'est pas seulement une affaire individuelle, mais également institutionnelle. Il y a encore plus de combats à gagner pour Justine que pour ses congénères masculins.
- La démo de Justine est un peu tristoune, qui aligne quelques phrases cartes postales sur le Sud et un petit dressage dont le minimalisme me paraît contraster avec l'aspect chaleureux de ses gambas flambées.
-> Plat sélectionné par JF Piège pour la dégustation. Je n'ai rien compris à ses choix de finalistes, personnellement. Rien compris.
- Avis de Piège : « Beaucoup d'inventivité », « Mélange maïs basilic audacieux », « Très intéressant », mais cela ne suffit pas.
-> Justine gagne une invitation en « sélection dernière chance ».
-> Là, Sarran la sauve.

Justine qualifiée pour l'épisode 3 de Top Chef !

Adrien
Son plat : Risotto de topinambour lié au foie gras dans un Bethmale flambé à l'armagnac, huile d'olive, de tournesol, de colza, beurre doux, saindoux, mélange pour moteur 2T et 4T.
L'élément live : la présentation dans le Bethmale, le flambage à l'armagnac, et le nom du plat.
La démo :
- Ce plat original à l'histoire émouvante donnera lieu à mon plus gros fou rire depuis l'apparition de Top Chef.
- Adrien, bonne tenue, altier, élégant, aux bons réflexes de langage, aux gestes assurés, lance sa démo en évoquant les souvenirs que lui évoque le Bethmale, mangé chez sa grand-mère dans les Pyrénées. Cela fonctionne.
- Les choses dégénèrent vite. Le plat est riche. Le risotto est lié à la crème de foie gras, dans un fromage fort. Il y rajoute de l'huile d'olive. Les sourcils se haussent. Le plat n'est plus riche, le plat est millionnaire.
- Le moment le plus beau arrive : Adrien présente à Piège son plat qui par sa couleur, sa texture et sa tenue dans l'assiette tient visuellement plus du vomitto que du risotto , et en annonce le nom :

« Descente des montagnes avec ma grand-mère »

Les coachs, en coulisse, éclatent de rire, et Piège se mord les lèvres pour garder sa tenue.

Finalement, la contrainte de Jean-François Piège a donné un enseignement à tous les candidats : de bonnes idées, de bonnes réalisations, réalisées avec maîtrise, peuvent tourner au fou rire si la présentation passe à côté. Et c'est passé à côté. Visuellement, j'aurais mis mamie de côté pour nommer le plat « Descente de montagne russe avec un caniche nourri de topinambour ».

Le risotto, de millionnaire, passe a ruiné. Ce n'est plus un plat, c'est une cryptomonnaie.
-> Adrien gagne une invitation en « sélection dernière chance ».
-> Sarran place Adrien en dernière chance.

Épreuve de la dernière chance

Tara Vs Jérémy Vs Adrien
Ce qu'il fallait faire : sublimer le saumon
Ce que j'aurais fait : à cette heure-ci, j'aurais fait livrer des sushis sur le plateau, et un petit Netflix puis au lit.

En raison des limitations de mon traitement de texte à 300 000 signes par article, je vais expédier l'épreuve, quelques notes pêle-mêle :
- Adrien est traumatisé par ses problèmes d'assaisonnements. Il roule tout dans le sel quatre fois, et enfonce littéralement un poivrier dans sa ballotine. Piège ne trouve pas le plat assez salé, Adrien jette une table.
- J'ai trouvé le terme exact pour définir Adrien dans ces deux épisodes : une gravité technique. Il est extrêmement sérieux sur son ouvrage, enchaine, aligne, un peu incrédule de se retrouver sur la dernière chance, gestes précis, techniques, mais toujours ce visage grave, comme s'il réanimait un chaton noyé à chaque préparation.
- J'avais une copine libanaise à l'école qui pleurait dès qu'elle avait 17/20, Tara fait pareil à l'annonce plutôt positive du jury. Je retrouve ce perfectionnisme.
- Jérémy a fait l'association sucrée/salée rigolote de trop.

-> Jérémy Vandernoot éliminé de Top Chef 2018 !

De beaux éclaircissements de personnages, un juge d'exception, des profils qui s'affinent, mais beaucoup de gravité, d'angoisse et de sérieux de la part des candidats !
Quelle promo tristoune ! Un voyage en Savoie chez Marc Veyrat leur fera le plus grand bien ! À la semaine prochaine !

Mes notes candidats
Pas encore de pronostics pour le gagnant 2018 (j'ai le droit)
Réunit les performances des épisodes 1 et 2.

Mathew Hegarty 16/20
Vincent Crepel 15/20
Camille Delcroix 15/20
Geoffrey Degros 15/20
Franckélie Laloum 15/20
Justine Imbert 14/20
Victor Mercier 14/20
Thibault Barbafieri 14/20
Adrien Descouls 14/20
Tara Khattar 13/20
Clément Vergeat 13/20

Retrouvez également Henry Michel dans son état naturel, @henrymichel