Culture

Voici la fondatrice du Rotten Tomatoes 100% féminin

Le monde de la critique serait-il macho ? C'est ce que pense Miranda Bailey, la fondatrice de CherryPicks, le site qui passe en revue l'actualité culturelle avec un regard exclusivement féminin.
13 avril 2018, 1:57pm
Photos de Miranda Bailey

En septembre dernier, I Do… Until I Do not, un film avec Lake Bell, Amber Heard et Ed Helms à l’affiche, est sorti en salles. "C'est un film assez mignon", a déclaré Miranda Bailey, qui a produit et assuré la distribution de ce film qui porte sur les interactions de trois couples avec un cinéaste un peu blasé qui insiste sur le fait que le mariage ne devrait être qu'un contrat de sept ans – à renouveler, ou pas. « Ce n'est pas Moonlight et le film ne prétend pas l’être, mais c'est un film amusant. On s’est dit que les femmes aimeraient ça."

En ce moment, la comédie d'ensemble écrite et dirigée par Lake Bell détient une note de 30 pour cent sur Rotten Tomatoes et une petite tache verte, ce qui signifie que le film est « pourri ». Ne vous inquiétez pas, pour ceux qui n'ont jamais entendu parler du film : Miranda Bailey s’en doute, et elle pense que cela a beaucoup à voir avec le système de critique de films Rotten Tomatoes – actuellement dominé par les hommes.

« Pendant longtemps, j'ai remarqué que le public n’allait pas voir certains films qui pourraient plaire ou qui sont destinés aux femmes, tout simplement parce qu'ils ont été critiqués sur Rotten Tomatoes ».

D’après Miranda Bailey 73% des «grands critiques» du site en 2016 étaient des hommes – et ceux-ci semblent particulièrement durs avec les cinéastes femmes. « Quand j'ai lu certaines critiques, j'ai été choquée de voir à quel point ils étaient cruels et étrangement désobligeants au sujet de Lake Bell, et les critiques masculins étaient mécontents de ce film car elle ne répondait pas à leurs attentes. Pour les réalisatrices et les films qu'elles créent, ces critiques ont vraiment deux poids, deux mesures. »

Après la sortie de I Do… Until I Do not, Miranda Bailey a eu un coup de génie : Si les critiques de Rotten Tomatoes sont écrites par des critiques – pour la plupart masculins, pourquoi ne pas créer une plateforme dédiée aux voix féminines ? Ainsi, Miranda Bailey et sa cofondatrice, Rebecca Odes, ont annoncé le lancement de CherryPicks, un site comme Rotten Tomatoes mettant sur le devant de la scène les critiques féminines qui passent en revue le cinéma, le théâtre, les jeux vidéo et la musique. Le site ne devrait être lancé que plus tard cette année, mais d’ici là un bulletin d'information contenant des évaluations, des entrevues et des critiques du site sont maintenant disponibles.

Broadly s’est entretenu avec Miranda Bailey au sujet du système d’évaluation de CherryPicks et de son plan pour faire de CherryPicks une communauté interactive qui encourage et encadre les jeunes femmes espérant devenir des critiques d'art.

VICE : Comment CherryPicks remplacerait-il le système de notation binaire « bon » ou « pourri » de Rotten Tomatoes ?
Miranda Bailey : L'objectif principal du système d'évaluation de CherryPicks est de donner plus de profondeur au système de révision et de permettre aux gens de lire la critique – au lieu d’y voir un symbole. Nous avons de tous nouveaux symboles : les noyaux : bof, et un bol plein de cerises : à pas manquer. Et nous avons aussi l'entre-deux avec une cerise et deux cerises. Il est vraiment important de conserver cet entre-deux, donc si quelqu'un voit une ou deux cerises, il voudra lire la critique pour en savoir plus. Ensuite, le public pourra prendre une décision éclairée quant à la possibilité d'aller voir le film.

Pouvez-vous nous donner un exemple d'un film mal noté par Rotten Tomatoes qui aurait pu connaître un sort différent sur CherryPicks ?
Il y a un film sorti l'année dernière appelée The Zookeeper's Wife, que beaucoup de femmes ont aimé mais beaucoup de gens n'ont eu l’occasion de voir le film parce qu'il a été mal noté par grands critiques sur Rotten Tomatoes. Quand j'ai parlé avec des femmes qui avaient vu le film, elles, elles disent qu'elles l'ont aimé. Et la plupart des hommes à qui j'ai parlé ne l'ont pas vu parce qu'ils ont entendu dire que c'était un mauvais film. C'est vraiment dérangeant. Je pense que si CherryPicks était là quand The Zookeeper's Wife est sorti, il aurait pu être noté différemment par les critiques féminines et le public aurait pu aller au cinéma pour comprendre, par lui-même, si c’était un bon film ou pas.

Quels types de critiques seront mis en évidence sur CherryPicks ?
Il y a beaucoup de femmes critiques avec beaucoup d’expérience qui ne sont pas mises en évidence sur Rotten Tomatoes. Même avec plus de 10 ans d'expérience, si vous n'avez pas écrit pour le New York Times, ils auront du mal à vous faire une place. CherryPicks est justement à la recherche de critiques comme les femmes là, celles qui font déjà un travail important pour le mettre sur notre plate-forme.

Mais on est aussi à la recherche de critiques amateurs. Je veux encourager plus de femmes à critiquer les arts et les médias parce que nos voix méritent d'être entendues. Je pense qu'il est important d'encourager les jeunes filles à entrer dans le journalisme. C'est un des objectifs majeurs de CherryPicks, nous travaillons actuellement sur une section intitulée Cherry Blossoms qui s'adresse aux jeunes femmes, même celles qui sont encore à l'école, qui écrivent pour leurs journaux scolaires, on aimerait leur donner l'occasion de faire entendre leur voix, et d’être entendue. En plus d'avoir des évaluations agrégées, nous allons avoir du contenu original. Ainsi, les lecteurs peuvent demander aux critiques professionnelles comment elles ont commencé leurs carrières.

Comme Rotten Tomatoes, CherryPicks passe en revue le cinéma et la télévision. Mais vous avez également inclus de la musique, des jeux vidéo et des critiques de théâtre. Pourquoi avoir décidé de choisir ces catégories ?
Il y a tellement de choses que l’on suppose que les femmes n'aiment pas. Mais je connais des femmes fans de heavy metal. Des femmes punks aussi. Je sais aussi qu’il y a beaucoup de femmes obsédées par les jeux vidéo. Mais ces domaines-là sont souvent très orientés pour les hommes. J'ai pensé que nous ne devions pas nous limiter au cinéma et à la télévision - nous pouvons avoir un site de critique exclusivement féminin couvre aussi le théâtre, la musique et les jeux vidéo aussi.

Comment les critiques ont-ils réagi à l'annonce de CherryPicks ?
Beaucoup de réponses ont été positives ! Il y a aussi eu quelques inquiétudes concernant le fait que ce site soit dirigé et fait pour des femmes blanches. Je peux vous assurer que ce ne sera pas le cas. CherryPicks tend à diversifier l'industrie. Nous cherchons à faire entendre des voix sous-représentées pour notre plate-forme – nous cherchons donc non seulement les femmes blanches, mais surtout toutes les femmes. Nous sommes des femmes qui soutiennent les femmes.

Bien sûr, nous avons eu des critiques de la part des hommes. Certains grands critiques masculins qui disent que c'est sexiste, je trouve ça choquant. En quoi est-ce sexiste ? Pensez à ces magazines comme Marie Claire ou GQ, ils sont commercialisés auprès de différentes personnes. Ceci est un magazine de médias en ligne et une communauté sociale où les femmes peuvent se réunir et voir ce que les autres femmes pensent de l'art. Bien qu'il y ait beaucoup d'hommes qui craignent que CherryPicks soit contre l'homme ou contre l'homme blanc, ce n'est certainement pas le cas. Et j'encourage les hommes à se joindre à la newsletter pour apprendre à connaître ces critiques féminines, et les lires.