Le plus haut barrage des États-Unis risque de céder

Plus de 180 000 personnes vivant en contrebas du barrage d'Oroville en Californie, ont reçu l'ordre d'évacuer la zone ce dimanche soir.

|
13 février 2017, 12:04pm

Une photo aérienne du déversoir auxiliaire du barrage d'Oroville, le 11 février 2017. (California Department of Water Resources/William Croyle/Handout via REUTERS)

Plus de 180 000 personnes vivant en contrebas du plus haut barrage des États-Unis, à Oroville en Californie, ont reçu l'ordre d'évacuer la zone ce dimanche soir. L'imposante structure de 230 mètres de haut, construite dans les années 1960, est soumise à de fortes pressions suite à d'importantes pluies dans la région, qui ont fait monter le niveau du lac Oroville.

Un déversoir du barrage serait endommagé et menacerait de rompre selon les autorités locales. Tard ce dimanche soir, le Département des Ressources en Eaux de Californie a néanmoins indiqué que l'érosion du déversoir endommagé ne se faisait pas aussi rapidement que prévue, « ce qui est une très bonne chose, » a indiqué le shérif du comté de Butte, Kory Honea.

Des images aériennes du déversoir d'urgence du barrage d'Oroville, le 11 février à 16 heures (heure locale).

Mardi dernier, un trou béant s'est formé dans le principal déversoir du barrage, rapporte le New York Times. Ce samedi, un autre déversoir adjacent, qui n'a pas été utilisé depuis la création du barrage en 1968, a été mis à contribution pour libérer l'eau supplémentaire. En revanche, le barrage en lui-même ne risque rien, assurent les autorités.

La zone à évacuer, ce dimanche à 16 heurs 20 (heure locale) via le compte Twitter du comté de Butte.

Le gouverneur de Californie, Jerry Brown, a indiqué dans un communiqué ce dimanche soir que la situation est « particulièrement sérieuse ». Des hélicoptères doivent larguer des sacs de rochers au-dessus du déversoir auxiliaire afin de freiner l'érosion.

Les habitants concernés par l'ordre d'évacuation ont dû se rendre à Chico où des centres d'accueil ont été installés. Immanquablement, les axes routiers menant Oroville à Chico ont été rapidement saturés.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR

Plus de VICE
Chaînes de VICE