FYI.

This story is over 5 years old.

FRANCE

Inondations dans les Alpes-Maritimes : Si vous n’avez rien suivi de ce qu’il s’est passé ce week-end

Le président François Hollande va décréter l’état de catastrophe naturelle, alors que les dégâts pourraient atteindre les 500 millions d’euros. La sururbanisation du littoral français pourrait expliquer ce drame selon certains experts.
Pierre Longeray
Paris, FR
5.10.15
Vue d'illustration de Mandelieu-La-Napoule via Google Maps

Ce sont désormais au moins 20 personnes qui ont été tuées dans les graves inondations qui ont touché les Alpes-Maritimes (sud-est de la France) dans la soirée de ce samedi. Un Britannique, une Italienne et un Portugais font partie des victimes. Deux nouveaux corps ont été découverts ce lundi après-midi — tous deux dans la ville de Mandelieu-la-Napoule.

Deux personnes dont on était sans nouvelles ont été retrouvées vivantes ce lundi après-midi. L'une d'entre elles se trouvait dans un hôpital de la région, d'après les informations de France Info. Il s'agit encore d'un bilan « provisoire » d'après la préfecture.

Publicité

Ainsi, ce dernier bilan fait état d'un mort à Antibes dans un camping, de 8 personnes décédées à Mandelieu-la-Napoule, dont 7 après avoir été pris au piège dans les garages de leurs résidences, de trois personnes âgées noyées dans leur maison de retraite à Biot, de 4 personnes (dont 3 dans un parking) décédées à Cannes et d'une famille de trois personnes prise au piège de leur voiture dans un tunnel à Vallauris-Golfe-Juan.

Ce lundi matin, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve (présent sur place ce dimanche aux côtés du président François Hollande) a confirmé que des pillages avaient eu lieu suite aux inondations. Neuf personnes ont été interpellées et deux d'entre elles ont été déferées devant le juge.

« Il y a des individus sans scrupule, des délinquants qui ne reculent devant rien », a déclaré Cazeneuve sur les ondes de la radio Europe 1, mais « la police est intervenue très rapidement pour mettre fin aux actes ignobles de ces individus ».

Plein cœur de République. Voitures défoncées et magasins pillés. — Nawal Bonnefoy (@nawalbonnefoy)October 4, 2015

10 pour cent des précipitations de l'année en 2 jours

Le gros des intempéries a eu lieu entre 19 heures et 22 heures ce samedi soir dans la région de Nice — un match de Ligue 1 opposant l'OGC Nice au FC Nantes a dû être arrêté et reporté à cause la violence de la pluie. En deux jours, la Côte d'Azur a reçu l'équivalent de 10 pour cent des précipitations de l'année.

Publicité

— Keraunos (@KeraunosObs)October 3, 2015

Le déluge a fait déborder plusieurs rivières de la région qui vont se jeter dans la mer Méditerranée, notamment la Brague (près de Biot) et le Riou (Mandelieu). Les eaux boueuses des deux cours d'eau ont alors envahi tout ce qui se trouvait à proximité — notamment les garages de résidence, où se sont retrouvées prises au piège 7 personnes à Mandelieu.

Place du port à Nice — Stephane (@Stephane_SNCF)October 3, 2015

Toujours à Mandelieu, 4 personnes ont échappé à un sort semblable grâce à un courageux voisin. 2 couples de retraités se sont fait surprendre par la rapide montée des eaux dans leur garage souterrain. Ils étaient allés mettre leurs voitures à l'abri. « J'ai coulé, j'ai vu le paradis, » a déclaré à BFM TV, une retraitée sauvée des eaux par son voisin, alors qu'elle avait de l'eau jusqu'au cou.

État de catastrophe naturelle déclaré mercredi

9 000 foyers sont toujours sans électricité ce lundi matin a fait savoir le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité ERDF. Le réseau ferré de la zone a aussi été lourdement touché — les TGV Paris-Nice s'arrêtent en gare de Toulon, et les TER (trains régionaux) circulent à un rythme très limité. Nombre d'établissements scolaires des communes sinistrées sont restés fermés ce lundi matin.

Photos de la gare de — LesNews (@LesNews)October 3, 2015

Le parc aquatique Marineland, situé en bord de mer près de la ville d'Antibes, a été dévasté par les inondations. Les bassins des animaux sont désormais remplis d'eau boueuse. La plupart des animaux sont sains et saufs. Les otaries qui s'étaient échappées de leur bassin ont été retrouvées, mais trois tortues sont toujours portées disparues. Le parc pourrait être fermé pendant 15 jours.

Publicité

D'après la radio RTL, les dégâts pourraient atteindre les 500 millions d'euros. Dès mercredi, en Conseil des ministres, le président Hollande va décréter l'état de catastrophe naturelle. Le président a assuré que les indemnisations seront versées dans un délai de trois mois. Bernard Cazeneuve a assuré ce lundi matin, qu'une réunion serait tenue avant mercredi, avec les assureurs, pour « accélérer les choses ».

Le département des Alpes-Maritimes a débloqué ce dimanche soir 5 millions d'euros destinés à la « solidarité » et à « l'accompagnement », a fait savoir Éric Ciotti, député (LR) et président du Conseil général des Alpes-Maritimes. Cette solidarité s'organise aussi au niveau de la société civile. avec notamment une page Facebook, lancée par le journal Nice-Matin, pour recenser toutes les propositions d'aide dans la région. Dans le même temps, le Secours Populaire a lancé un appel aux dons.

La faute du réchauffement climatique ?

« Il y a toujours eu des catastrophes, mais leur rythme, leur intensité se sont renforcés, » a déclaré ce dimanche François Hollande à son arrivée sur place — faisant référence au réchauffement climatique. Cécile Duflot (EELV) a elle aussi enjoint à « se préparer à une aggravation des phénomènes météo violents, » ce lundi sur les ondes de France Info.

Philippe Drobinski, directeur de recherche au CNRS, interrogé par le journal Le Monde, estime qu'il est « difficile de faire le lien entre la tendance de fond du réchauffement et les épisodes météorologiques ponctuels, » mais note néanmoins l'augmentation de la fréquence des « épisodes cévenols [épisodes de pluie brefs mais très intenses, et de crues, dans tout l'arc méditerranéen]. »

Du côté d'Éric Ciotti et de Christian Estrosi, le problème réside au niveau de l'urbanisation du littoral. « Il y a eu des erreurs commises il y a 50 ans quand l'État délivrait les permis de construire, » a expliqué Éric Ciotti. La région est sururbanisée d'après nombre d'experts, ce qui n'est pas idéal en cas de rapide montée des eaux.

La plupart des immeubles en zone inondable ont été construits à une époque - responsable. Nous intégrons maintenant risques inondations

— Christian Estrosi (@cestrosi)October 5, 2015

Suivez Pierre Longeray sur Twitter : @PLongeray 

Vue d'illustration de Mandelieu-La-Napoule via Google Maps.