©Rafael Yaghobzadeh/AP/SIPA

En photos : l'incendie qui a frappé la cathédrale Notre-Dame

Lundi 16 avril, 400 pompiers ont été réquisitionnés pour combattre les flammes qui ravageaient l'édifice vieux de plus de 850 ans.

|
16 Avril 2019, 9:40am

©Rafael Yaghobzadeh/AP/SIPA

Notre lundi 16 avril a pris une tournure tragique aux alentours de 18h50 lorsqu’un incendie s’est déclaré dans les combles de Notre-Dame de Paris. Très rapidement, les flammes se sont propagées et ont avalé une partie du toit de la cathédrale, qui avait fêté ses 850 ans en 2013.

Parisiens et touristes ont afflué aux alentours de Notre-Dame pour assister à cette tragédie, en silence, les yeux rougis. Et comme le disait Victor Hugo en 1831 lorsqu’il décrivait l’incendie de l’édifice dans son roman Notre-Dame de Paris : « Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’équipe. Ce qu’ils voyaient était extraordinaire. Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles, une grande flamme désordonnée et furieuse dont le vent emportait par moment un lambeau dans la fumée ».

1555402634079-SIPA_ap22324954_000019
©Lori Hinnant/AP/SIPA

Fort heureusement, à mesure que Paris s’enfonçait dans la nuit, les 400 pompiers et leurs 18 lances à incendie, ont réussi à maîtriser le feu, sauvant notamment les deux tours de Notre-Dame. Si en ce mardi 16 avril au matin le pire a été évité, les Français ont tous la gueule de bois. Car au-delà des dégâts matériels, c’est toute une partie du patrimoine historique et culturel français qui est parti en fumée. La cathédrale se retrouve aujourd’hui amputée de son immense charpente en chêne, de sa toiture de plomb et de sa flèche, perchée à 93 mètres de haut. Sans parler des multiples tableaux et autres œuvres d’art, témoins de la riche histoire de ce monument qui a pourtant survécu dignement à un vingtième siècle père de deux guerres mondiales.

L'heure est aujourd'hui au recueillement, avant que l'enquête pour « destruction involontaire par incendie » débute, mais elle s'annonce déjà compliquée comme l'explique Le Monde. Les combles, d’où le feu est parti, étaient au cœur d’un vaste chantier de rénovation lancé depuis l’été 2018. Ils ont été largement détruits, ce qui laisse peu d’espoir d’y retrouver des preuves matérielles.Ce sera ensuite le temps de la reconstruction et non de la rénovation.

Les photos ci-dessous :

1555402652931-SIPA_00903773_000004
©Lewis Joly/SIPA
1555402682054-SIPA_00903843_000008
©Emma Francis/SIPA
1555402725273-SIPA_00903779_000001
©SOLAL/SIPA
1555402736446-SIPA_00903779_000005
©SOLAL/SIPA
1555402949389-SIPA_sipausa30164956_000003
©NorthJersey.com/SIPA
1555402772622-SIPA_00903839_000011
©Celine Bregand/SIPA
1555403208828-SIPA_00903795_000019
©Jacques Witt/SIPA
1555402790494-SIPA_00903840_000029
©Marin Driguez/SIPA
1555402807460-SIPA_00903840_000001
©Marin Driguez/SIPA
1555402755308-SIPA_00903841_000017
©Emma Prosdocim/SIPA
1555402702874-SIPA_ap22324954_000072
©Francois Mori/AP/SIPA
1555402665628-SIPA_ap22324986_000001
©Thibault Camus/AP/SIPA
1555403144108-SIPA_00903844_000006
©Lewis JOLY/SIPA

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.