Publicité
El Chapo

El Chapo a été condamné à la prison à vie

Le baron de la drogue s'est évadé de deux prisons mexicaines, mais personne ne sort de l'ADX.

par Keegan Hamilton; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
18 Juillet 2019, 11:58am

22 février 2014. Joaquin « El Chapo » Guzmán, chef du cartel mexicain de Sinaloa, est escorté dans un hélicoptère à Mexico après son arrestation dans la ville balnéaire de Mazatlan.

Le boss du cartel de Sinaloa, né Joaquin Guzmán-Loera, a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle ce mercredi 17 juillet. Lors d’une audience qui s’est tenue dans la même salle où il a été reconnu coupable de dix chefs d’accusation en février dernier, le baron de la drogue a déclaré qu’il n’avait pas bénéficié d’un procès équitable, en référence aux allégations d’inconduite d'un juré.

Cette audience marquait très certainement les derniers instants d’El Chapo en public et il en a profité pour dire ce qu’il avait sur le cœur. Au sujet de la possible inconduite d’un juré, El Chapo s’est adressé au juge en espagnol par l’intermédiaire d’un interprète : « Face à cette situation, vous avez décidé de ne rien faire. Vous n’avez pas voulu interroger ne serait-ce qu’un membre du jury pour déterminer si justice m’était rendue. »

Le procès d’El Chapo a duré trois mois et s’est soldé le 12 février par un verdict de culpabilité unanime. Une dizaine d’anciens membres de cartel de haut rang ont témoigné, mais le narcotrafiquant de 62 ans a choisi de ne pas se défendre à la barre. Hier, il a parlé longuement, pour la première fois depuis cette interview enregistrée qu’il avait accordée à Rolling Stone en 2016. Il s’est présenté avec une moustache poivre et sel et a donné des baisers à sa femme, assise dans la tribune du public, tout au long de l’audience.

Le juge Brian Cogan, qui a présidé le procès d’El Chapo, a prononcé sa condamnation à vie, ainsi que trente ans de prison à purger de manière concomitante, qui était obligatoire en vertu de la loi en raison de la condamnation d’El Chapo pour avoir dirigé un groupe criminel organisé.

Les paroles d’El Chapo sont sans doute les dernières que le monde entendra de lui. Il compte deux évasions de prisons à sécurité maximale à son actif, la plus récente en traversant un tunnel d’un kilomètre de long en motocross relié directement à sa cellule. Il devrait maintenant être transféré dans la prison fédérale la plus sûre d'Amérique, surnommée l’« Alcatraz des Rocheuses » à Florence, dans le Colorado, dont il est impossible de s’échapper.

« Ils disent qu'ils vont m’envoyer dans une prison où l’on n'entendra plus jamais parler de moi, a dit El Chapo. Je profite de cette occasion pour dire qu'il n'y a pas de justice ici. »

Les procureurs ne sont pas de cet avis. Le procureur adjoint Gina Parlovecchio a déclaré qu’El Chapo méritait sa peine d'emprisonnement à vie et semblait consternée par son absence manifeste de remords. « Tout au long de sa carrière criminelle, l'accusé n'a pas montré la moindre once de remords pour ses crimes et il nous l’a prouvé encore une fois aujourd'hui », a-t-elle déclaré.

Elle a été suivie à la barre par Andrea Velez, une ancienne membre du cartel de Sinaloa devenue informatrice du gouvernement américain après qu’El Chapo a essayé de la kidnapper et d’embaucher des Hells Angels au Canada pour la tuer. Toute vêtue de noir, les cheveux tirés en queue-de-cheval, Velez s’est exprimée en regardant son ancien boss dans les yeux.

« Je dois boire de l'eau insalubre. Je n’ai pas accès à l'air et à la lumière du soleil. Pour dormir, je dois mettre du papier toilette dans mes oreilles » – El Chapo

« Lorsque j’ai voulu quitter l’organisation, on m’a dit qu’il n’y avait qu’un moyen : dans un sac plastique, les pieds en premier », a-t-elle raconté. Et de poursuivre, en retenant ses larmes : « J’ai perdu ma famille, mes amis… Je n’étais plus qu’une ombre sans nom. J’avais tout et j’ai tout perdu, jusqu’à mon identité. »

Alors qu’elle décrivait une tentative d’enlèvement en Équateur, dont elle tient El Chapo pour responsable, ce dernier s’est retourné pour embrasser sa femme. Velez a dit, en pleurant, qu’elle pardonnait à El Chapo, mais qu’elle ne voulait pas que ses filles, ou n’importe quelle autre femme qui pourrait rejoindre le commerce de la drogue, vivent les mêmes expériences.

La prison dans laquelle El Chapo va être transféré s’appelle officiellement l’United States Penitentiary Administrative Maximum Facility, ou ADX. Elle abrite près de 450 hommes jugés trop dangereux pour être enfermés dans des établissements moins sécurisés. Chaque détenu est gardé en isolement, généralement entre 22 et 23 heures par jour, mais El Chapo sera soumis à des restrictions encore plus sévères. Ses avocats ont demandé qu’il reste à New York pour les 60 prochains jours afin de préparer son recours en appel.

Parce que les autorités américaines craignent qu’El Chapo continue à contrôler le cartel de Sinaloa depuis derrière les barreaux, comme il l'a fait pendant des années au Mexique, il sera soumis à des « mesures administratives spéciales ». Ces règles lui interdisent tout contact avec des personnes autres que ses avocats et ses parents proches, à savoir sa mère, ses sœurs et ses filles, et l’empêchent de lire ou écouter l’actualité.

Selon Bob Hood, ancien gardien de l’ADX, El Chapo pourrait être placé dans une zone spéciale appelée la Rangée 13, qui n’a accueilli que deux détenus depuis l’ouverture de la prison en 1994. L’unité se compose de quatre cellules conçues pour empêcher les détenus de se voir ou se parler.

« Cela permet au personnel de changer souvent le détenu de cellule pour prévenir toute tentative d’évasion, explique Hood. La zone est constamment sous surveillance audio et visuelle. La cellule de 2x3,5 mètres est occupée 23 heures par jour, avec seulement une heure d'exercice dans un espace grillagé. »

El Chapo pourrait également être placé dans l'unité H de l'ADX, qui est principalement occupée par des terroristes. L'unité est décrite comme « un enfer particulier » ; les prisonniers peuvent y passer des jours sans quitter leur cellule et sans parler à personne. Certains détenus ont protesté contre ces conditions difficiles en faisant des grèves de la faim prolongées, et les autorités pénitentiaires ont réagi en les nourrissant de force.

Depuis son extradition du Mexique en janvier 2017, El Chapo et ses avocats dénoncent ses conditions de détention. Il a été détenu à l'isolement dans un quartier de haute sécurité d'une prison de Manhattan connue sous le nom de « Little Gitmo » et ses avocats affirment que, dans un isolement extrême, « son état mental a souffert et sa santé s’est détériorée rapidement ». Lors de sa condamnation, il a qualifié cela de « torture ». Sa demande d'exercice en plein air, de boules Quiès et d'eau en bouteille lui a été refusée en juin après que les procureurs ont soutenu qu'il pourrait utiliser ces articles dans le cadre d’une évasion.

« Je dois boire de l'eau insalubre. Je n’ai pas accès à l'air et à la lumière du soleil. Pour dormir, je dois mettre du papier toilette dans mes oreilles. C’est de la torture psychologique, émotionnelle et mentale 24 heures sur 24, a-t-il déclaré. C'est la situation la plus inhumaine que j'ai vécue dans ma vie. »

Bien qu’El Chapo ait le droit de recevoir des visiteurs à l'ADX, il n'est pas certain que les membres de sa famille pourront entrer dans le pays. Sa mère, âgée de plus de 90 ans, a lancé un appel aux présidents du Mexique et des États-Unis pour obtenir un « visa humanitaire » qui lui permettrait de venir voir son fils avec deux de ses filles. Son épouse, Emma Coronel, sera interdite de visites, apparemment parce qu'elle a aidé à orchestrer son évasion en 2015. Les filles du couple, des jumelles de 7 ans, ont la double nationalité et lui ont rendu visite à New York.

En plus de la peine d'emprisonnement à vie, les procureurs fédéraux ont également décidé de saisir 12,6 milliards de dollars sur la fortune d’El Chapo, la prétendue valeur marchande de toutes les drogues qu'il a expédiées aux États-Unis pendant plus de trois décennies via le cartel du Sinaloa. Jusqu'à présent, les enquêteurs américains n'ont pas réussi à mettre la main sur son argent.

Même avec un El Chapo isolé et enfermé aux États-Unis, les affaires continuent de tourner dans le narco-empire qu’il a laissé derrière lui au Mexique. Ses fils et son frère, Aureliano « El Guano » Guzman, ont pris le relais. L’actuel leader du cartel de Sinaloa, Ismael « El Mayo » Zambada, partenaire de longue date d’El Chapo, n’a jamais été arrêté, bien que son fils aîné et son frère aient témoigné contre El Chapo durant le procès.

Les avocats d’El Chapo ont indiqué qu'ils allaient faire appel de sa condamnation, mais les chances de succès sont minces. La demande de la défense pour un nouveau procès – déposée après qu'un juré anonyme a enfreint plusieurs règles imposées par le juge – a été rejetée le 3 juillet.

L'avocat d’El Chapo, Jeff Lichtman, a déclaré lors de l'audience que « l'histoire traitera ce verdict avec scepticisme ». Il a accusé le juge d'avoir ignoré la possible inconduite d'un juré et de l'avoir « balayée sous le tapis ».

Le juge Cogan a rendu sa décision à la fin de l'audience, affirmant que l'inconduite décrite par un juré ne l'emporterait pas sur la « montagne de preuves » qui prouvent la culpabilité de l’accusé.

Avant de quitter la salle d'audience, El Chapo a donné un dernier baiser à sa femme.

VICE France est aussi sur Twitter , Instagram , Facebook et sur Flipboard.

Tagged:
mexico
CARTEL
Sinaloa
drogue
procès
ADX